Je n’ai pas trouvé ma place dans ce monde du travail et je compte bien la créer
Matthieu Leventis
44123

“ouf, il a enfin trouvé ce qu’il veut faire”

Derrière ce “Ouf !” peut se cacher une vie. Une vie professionnelle entière. Une vie entière tout court. Ouf, mes parents, mon entourage est rassuré. Mes “amis” peuvent enfin me ranger dans une case. Mes collègues aussi. “Ouf, ça y est, on sait ce qu’il est puisqu’on sait ce qu’il fait…”

Merci pour ce très bel article qui formalise ce que je ressens, enfin, à 44 ans. Je suis en train de me “réfugier” moi aussi. Je monte ma boîte. Je n’ai plus envie de faire les choses pour que mon entourage se dise “ouf”. On ne sait pas qui je suis ni, surtout, ce que j’aime faire de ma vie ? Tant pis, c’est ma vie. Je choisis. Et si je change d’avis, je rechoisis.

Je choisis, même si ça ne vous rassure pas, vous, tout ceux que j’aime et pour qui je vis depuis toujours. Ça ne veut pas dire que je ne vous aime plus. Au contraire : plus je serai “moi”, mieux je vous aimerai. Acceptez simplement que je ne sache pas encore ce que je suis. Ni ce que je fais. Je veux juste devenir “moi”.
Je choisis même de ne pas choisir et de faire les choses au gré de mes envies… au détriment de mes besoins… Que voulez-vous : tout m’intéresse, tout me passionne… Ça vous affole ? En tout cas ça ne vous rassure pas, je le vois bien. Mais c’est parfait comme ça.

You just can never connect the dots looking forward. You can only connect them looking backwards.

Heureux, je le suis plus aujourd’hui qu’hier. Grâce à vous, Matthieu, ainsi que toutes les personnes qui commentent ici, je me sens moins seul. C’est pas beaucoup, c’est beaucoup. C’est déjà ça.

Le chemin est long. Serais-je heureux un jour ? Je ne sais pas. Tous, ici, je suis heureux de tous vous rencontrer. Et c’est parfait comme ça.