Le libre-arbitre qui nous rassemble

Cher Monsieur, 
En vous observant aujourd’hui dans le métro avec votre drapeau, revenant de la manifestation de soutien à François Fillon, je nous ai imaginé débattre en cherchant ce qui nous séparait vraiment. Avec toute la bienveillance et la tendresse que vous m’inspirez, je n’imagine pas que nous ayons de réelles écarts de valeurs, juste une appréciation différente de cette campagne.

Ma crainte en vous voyant ainsi, c’est que cette si petite différence de conviction se transforme sous peu en fossé générationnel et nous empêche de vivre ensemble sereinement à l’avenir.

Ce matin, au delà de votre opinion respectable et du bulletin que vous placerez dans l’urne le 23 avril, vous avez décidé de vous engagé !

A l’appel de “votre” candidat désigné, vous avez donc braver internet pour imprimer le plan d’accès, affronter le métro, la foule, la tempête pour écouter une messe incantatoire, pour applaudir à des arguments alambiqués que vous ne partagez pas, et pour entendre vos voisins vociférer des bêtises de militants. Que cela a du heurter vos valeurs d’exemplarité et votre coeur qui fustige ces « affaires » … En faisant cela vous prenez un pari énorme avec votre conscience comme si vous faisiez “tapis” au poker : placer ce qui vous reste d’espoir en l’innocence de ce candidat au risque qu’il vous déçoive lui aussi et vous dégoute définitivement de la politique.

Mais pourquoi faites vous cela ? Par habitude surement, par fidélité au Général peut-être (alors qu’il aurait lui-même rejeté cette classe politique), mais surtout parce que vous ne voyez pas d’autres alternatives : vous ne voterez jamais pour Marine Le Pen (ce qui nous rassemble) et ne supportez pas ces « doux rêveurs » ou « dangeureux gauchistes », c’est votre droit. Quant à Emmanuel Macron, vous n’avez rien de particulier contre lui sinon la méfiance envers le marketing, la jeunesse, le parcours et le style de l’homme (et encore heureusement qu’il est homme, blanc et hétérosexuel !)

Et c’est là notre différence, pourquoi préférer la confiance envers l’indéfendable à la méfiance envers l’inconnu ? Ma jeunesse et mon goût du progrès me poussent naturellement à me tourner vers l’inconnu et l’innovation, votre « fidélité » partisane et votre nostalgie vous tournent vers l’indéfendable.

Puisque je ne souhaite pas que notre différence de point de vue se transforme en conflit de génération, alors je vous en supplie : Laissez votre libre-arbitre l’emporter sur ce tourbillon médiatique qui vous débecte, où les défenses éhontées des candidats répondent au traitement à charge des journalistes. Essayez de juger en pensant plus à l’avenir de vos petits enfants qu’à vos souvenirs d’une époque qui ne reviendra pas.


Mon cher Monsieur, nous n’avons pas eu ce débat et peut-être êtes vous à l’opposé de ce que j‘imagine, juste un vieux réac qui déteste les gens comme moi et mes amis. Dans ce cas, je comprendrais votre implication à cette manifestation, tout comme je comprendrai quand vous vous tournerez vers votre droite lorsque votre candidat sera « empêché ».

Like what you read? Give Phil Bourquin a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.