Philippe Huneman
Oct 11 · 7 min read

L’Université ne doit pas laisser entrer les imposteurs.

Chercheur CNRS affilié à l’Université Paris I Sorbonne, j’ai été invité à un évenement placé sous le haut patronage de la présidence de l’Université à un événement intitulé le Procès de Dieu. Or à ce festival d’éloquence étaient programmés, entre autres éminents orateurs:

  • M. Georges HADDAD, Président de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M.Christophe VIGOUROUX, Président de l’institut Pasteur
  • Pascal RUFFENACH, Président du directoire de Bayard, directeur du journal La Croix
  • M.Florian BACHELIER, premier questeur de l’Assemblée Nationale
  • Me Olivier COUSI, Bâtonnier élu de l’ordre des avocats de Paris
  • Mme Mireille MARTY DELMAS, Professeur honoraire au collège de France
  • Mme Aude de THUIN, fondatrice de l’initiative Women in Africa
  • Mme Monique CANTO- SPERBER, philosophe, ancienne directrice de l’école normale supérieure (ENS)
  • M.Jean Arnold de CLERMONT, Président de l’Observatoire PHAROS des cultures et des religions
  • Mme Fabienne MOLLE, représentante personnelle de l’ambassadeur des États — Unis d’Amérique en France , Chargée de Projets aux Affaires culturelles
  • M.Calixte MADJOULBA, ambassadeur plénipotentiaire du Togo en France
  • Le député Patrice ANATO, président du groupe diplomatie économique en Afrique de l’Assemblée nationale et président du groupe d’amitié France-Nigéria
  • La députée Naïma MOUTCHOU, vice-présidente de LREM, whip de la Commission des Lois
  • M.Pierre BERLIOZ, directeur de l’école de Formation des Barreaux (EFB)
  • Me Elie ELKAIM, Président de la Conférence Internationale des Barreaux de tradition juridique commune (CIB)
  • Pr Daniel COHEN, généticien qui a dirigé la première carte du génome humain, directeur général de Pharnext
  • Le général Dominique TRINQUAND, ancien chef de la mission militaire française auprès de l’ONU et de l’OTAN, directeur des relations extérieures du groupe Marck

Et le “Dr Laurent ALEXANDRE, chirurgien, entrepreneur, essayiste et expert en intelligence artificielle “

Comme tous mes collègues et de nombreux citoyens, je considère ce dernier comme un imposteur nuisible, que les médias chouchoutent mais auquel nous,universitaires, devons à tout prix refuser toute reconnaissance de quelque forme qu’elle soit.

Je publie ici ma réponse à cette invitation, laquelle, après avoir circulé, a reçu l’assentiment d’un grand nombres de collègues, biologistes, philosophes, sociologues, historiens ou autres, au point qu’il me semble naturel de répondre à une demande de la rendre publique. Je souhaite aussi ce faisant informer ceux — nommés ou pas dans la liste des orateurs ci-dessus — qui, dans l’ignorance de la présence de Mr Alexandre, ou bien peu au fait de qui il est vraiment, entendaient se rendre à l’événement sans en avoir une nette perception des enjeux.

Ces enjeux touchent la défense de l’idée même d’Université, et des valeurs que celle-ci représente.

Réponse envoyée le le 4 Ocobre, et retransmise aux autorités de l’Université

Cher collègue

Merci de votre invitation. Je suis très sensible à l‘honneur qui m‘est fait d’être invité à m’exprimer dans un tel contexte, et j’apprécie l’idée du projet.

Je serai malheureusement ce jour-là en conférence en province et ne pourrai donc honorer l’invitation.

Néanmoins, l’honnêteté m’oblige à dire que, eussé-je été disponible ce jour-là, j’aurais toutefois décliné l’invitation, pour des raisons d’éthique universitaire qu’il me faut par politesse exposer exhaustivement.

Il s’agira certes ce jour-là d’un panel prestigieux, et c’est une chance pour quiconque que de débattre avec des juristes, politiciens et savants aussi éminents que ceux que nomme votre message. Cependant je constate que la liste des invités inclut aussi le Dr Laurent Alexandre, et je me refuse à partager, dans une université, une estrade avec lui. Au-delà de mon sentiment personnel, je pense que ce personnage ne devrait pas être le bienvenu dans un tel contexte, et je ne pourrais donc pas, quelles que soient les circonstances, me rendre à un événement organisé dans un lieu universitaire, sous le patronage du Président de l’Université, où il s’exprimerait à titre d’invité. Je vous en dirai en quelques mots les raisons.

Monsieur Alexandre est présenté comme un « expert en intelligence artificielle ». Je n’en vois pas la raison: il n’a jamais publié dans une revue savante du domaine, ne travaille pas comme informaticien dans le département de R&D en IA d’une entreprise de haute technologie; il a simplement exprimé sur ce sujet des opinions dans des livres à grand tirage et des tribunes d’opinion dans des hebdomadaires. Jusqu’à nouvel ordre, l’Université lui a décerné le seul titre de Docteur en médecine, et il n’est, académiquement parlant, que le coauteur de quelques études sur le dysfonctionnement érectile chez le rat, sujet certes honorable s’il en est. Seul l’usage présumé d’un ordinateur personnel ou d’un téléphone portable pourrait faire de lui un « expert en intelligence artificielle », mais à ce compte, le pain que j’achète au boulanger étant empreint de levure — cet organisme modèle des biologistes moléculaires -, me conférerait le titre respectable de microbiologiste, et le simple fait que je sois ultimement constitué de quarks m’instituerait en spécialiste de physique quantique.

Monsieur Alexandre, fort de la vente d’un forum en ligne très fréquenté, de l’achat d’une part notable d’actions dans la Tribune et de son diplôme de médecine, se fend d’innombrables éditoriaux dans divers journaux, pour beaucoup consacrés à diffuser un message néo-eugéniste (du type : les femmes intelligentes ne font pas assez d’enfants et les imbéciles en font trop, l’intelligence a une cause génétique, les pauvres sont bêtes, etc.). Francis Galton et les eugénistes du siècle dernier disaient en 1920 des choses semblables, mais c’étaient de vrais biologistes, même s’ils étaient dans l’erreur, et surtout nous avons derrière nous une expérience (malheureuse) de l’eugénisme qu’ils n’avaient pas.

Ces dernières semaines, ce sexagénaire s’emploie à calomnier dans ses écrits une adolescente engagée dans la popularisation de la lutte contre le changement climatique, et fait d’être « anti Greta Thunberg » un nouveau motif de gloire. Le reste du temps enfin, il se répand en saillies plus ou moins grossières sur les réseaux sociaux, ou en prestations dans les meetings d’un parti d’extrême droite

L’Université selon moi n’a pas à renforcer encore la légitimité usurpée de ce genre de personnages; elle ne doit donc pas les accueillir et leur fournir une tribune qui confère ispo facto aux orateurs l’autorité de la chose académique. Le monde intellectuel français n’est pas, je crois, désertique au point qu’il faille inviter dans nos amphithéâtres des polémistes dont le mérite académique n’excède pas celui d’un gnou.

Entendons nous-bien. Je n’appelle pas au boycott d’un orateur pour des raisons politiques, je ne veux aucunement limiter la liberté d’expression, en l’occurrence d’un personnage qui s’exprime déjà bien davantage que la plupart de mes collègues dans des publications du soir et du matin. Mon souci est avant tout l’honneur de l’Université, et les conséquences que tout recul en la matière entraine dans la forme du débat public.

J’exècre certes les positions politiques de Monsieur Alexandre mais là n’est pas le problème. Si par les grâces technologiques de la désextinction (comme on l’envisage pour les dinosaures et les mammouths) ou du voyage dans le temps il nous était demain possible de convier dans nos amphis Ronald Fisher, un des plus importants biologistes darwiniens du 20ème siècle, et un eugéniste majeur et véhément, je n’y verrais aucun problème. C’est un savant, auteur d’une oeuvre cruciale, même s’il serait aujourd’hui mon ennemi politique.

Mais Monsieur Alexandre, à côté de tirades eugénistes ou racistes, dit avant tout des choses totalement fausses, en particulier sur le QI, l’héritabilité, les gènes, et les conséquences de la génomique sur notre compréhension de la diversité des populations humaines. Le problème n’est pas qu’un individu que ses ennemis voient comme fasciste s’exprime à l’Université; mais plutôt qu’un tribun, visiblement ignorant des matières complexes dont il parle, scande depuis des années des choses totalement fausses, et vienne maintenant les énoncer dans ce qui demeure, pour ceux qui le font vivre, le temple du savoir. D’autant que la légitimité dont il se prévaut auprès des oreilles qu’il séduit et des médias qui l’invitent et le rémunèrent s’appuie constamment d’un renvoi à la science que tout adoubement par le monde académique rendrait encore plus crédible.

Il est frappant et navrant que les erreurs que colporte cet individu à longueur de tribunes, de tweets, de plateaux, sont immunes à toute réfutation. Il y a plus d’un an, des généticiens se sont déjà élevés contre les interprétations totalement fasses des acquis de la génomique par des intellectuels publics, au premier rang desquels ce Monsieur — dans un texte publié par Le Monde auquel je vous renvoie pour vérifier l’exactitude de mes affirmations. Convaincu d’erreur, un étudiant dans nos classes recevrait une mauvaise note; persévérant dans l’erreur, sa diablesse — perseverare diabolicum — lui vaudrait redoublement, recalage, exclusion. Le monde des médias où Monsieur Alexandre parade fonctionne visiblement autrement. Raison de plus pour que nous, en tant qu’universitaires — unis malgré nos différences idéologiques par un même respect pour le savoir, une même volonté de probité — le refusions.

Qu’on les déplore ou qu’on les combatte, nous ne faisons pas les règles des médias et des réseaux sociaux. Mais collectivement, nous définissons les règles de notre monde académique; au nom des valeurs qu’elles instancient, il me semble nécessaire d’en laisser des gens comme Monsieur Alexandre à la porte, et de ne pas accroître encore par nos négligences ou nos faiblesses sa légitimité usurpée.

De fait, depuis plusieurs années on nous encourage, en tant que chercheurs, universitaires, intellectuels, à résister aux « fake news », aux théories du complot, à tout ce dévoiement du savoir dont les élites estiment friande la population, et à penser des outils susceptibles d’endiguer ce supposé flot d’irrationnel. Ces efforts certes louables, probablement justifiés, se voient réduits à néant dès lors que dans le même temps l’on invite en grande pompe entre nos murs un prêcheur de contrevérités.

Voilà pourquoi, cher collègue, quoi qu’il en soit de mon emploi du temps, et de mon respect pour l’honneur qui m’a été fait en m‘invitant à ce prestigieux événement, je ne pourrais pas partager une estrade avec Laurent Alexandre dans une Université.