Kalenji Kiprace,

une fusée sur orbite


La Kiprun Comp est morte, vive la Kiprace ! La formule est à peine exagérée puisque la Kiprace qui se veut l’évolution de la Comp est en réalité une nouvelle chaussure. Le changement de nom atteste bien que Kalenji a de nouveau franchi un cap.

Conçue avec la collaboration précieuse de Benjamin Malaty qui court depuis plus de 3 ans avec Kalenji, c’est notamment toute la semelle extérieure qui a été revue. Le résultat est étonnant. Lorsque j’ai eu la chaussure en main pour la première fois, je l’ai trouvée extrêmement rigide et j’ai craint d’être gêné sur le terrain. Or la Kiprace, qui s’est allégée de quelques grammes (annoncée à 205 grammes en pointure 43), s’est d’emblée montrée d’un dynamisme plus que convaincant ! La partie avant de la semelle présente des propriétés de grip particulièrement efficaces tant sur le plan de l’adhérence que sur celui de la relance en fin d’appui.

J’ai assisté à la présentation de la Kiprace à l’occasion de la prom’classic de Nice du mois de janvier. J’espérais pouvoir courir le semi-marathon de Paris avec mais en raison de problèmes d’approvisionnement je ne l’ai reçue qu’au mois d’avril. J’ai pu éprouver cette racer de haut niveau sur différents types de séance avec bonheur (footing, seuil, piste, côtes). À pointure égale, je n’ai pas retrouvé le défaut (à mon sens) qui m’avait gêné avec la Comp dans laquelle mon pied étroit n’avait pas tout à fait trouvé sa place et subi quelques frottements gênants à l’avant extérieur.

Tige et languette sans couture améliorent son confort qui reste malgré tout celui d’une chaussure orientée performance et qui se veut donc logiquement plus ou moins minimaliste. Cette chaussure n’est évidemment pas faite pour être portée sur marathon par monsieur tout le monde même si bizarrement sa fiche technique sur le site de Kalenji indique : 10/21/42km pour des coureurs de 65/75kg.

Pour couronner l’affaire, je suis particulièrement séduit par son look (cela reste très subjectif) mais un peu moins par son drop de 10mm (j’ai ouïe dire au détour d’une conversation que Kalenji menait une sérieuse réflexion à ce niveau mais chut). Je la considère comme une sérieuse concurrente de l’adidas adios boost. Avec un prix de vente toujours inférieur à 80 euros, la Kiprace fait donc figure de réel outsider et mérite sa place dans la cour des grands !

J’ai très récemment mis la Kiprace à l’épreuve sur une petite course de moins de 5 kilomètres et je dois avouer qu’à mon niveau, j’ai pu courir à plus de 16,5km/h dans d’excellentes conditions !


Originally published at jahom.wordpress.com on June 13, 2015.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.