I found this today on the train, in a notebook I kept 10 years ago:

Turn a page
Just one more
Then no more
A few more days and you’ll get to the shore

Turn a page
Put on a smile
Just for a while
Before you know it you’ll have covered a mile

One more page
Of a lifelong book
Now take a look
It’s another chapter and you’re on the hook

You and I
How much time we spend
Standing on the edge of a spring
Somewhere in spring
Looking at the horizon
Following the bees
Listening to the breeze

Today
Early morning
Leaning on my window
I saw one pass by
Treasuring a flower nearby
Then going on its way
Kissing it goodbye

That buzzing sound
Not that sad
Rather melancholic
Somehow monotonic
At noon
It breaks
Just like this rhythm
Verse schism

If you ever abandon me my love
And I know you would not
Remember the bees
And forget me not

Willebroek, une petite ville où je t’ai fait une grande promesse. Une ville sans raison, sinon celles que l’on lui a créées. Une ville qui assurera à jamais la résolution de tous nos problèmes. Une ville où je t’ai embrassé cent fois sur la bouche et infiniment avec les yeux.

Les jours passeront et les nuits cesseront. Parfois vite et d’autres fois lentement. Mais le temps, quand bien même têtu, finira par céder à trois mots qui résonnent en toute douceur, et à tous moments.

Aux tons de tes yeux
Qui étincellent plus fort
Que le soleil encore
Sur Londres à son zénith

Aux tons de ces yeux
Profonds
Véhéments
Bleus comme une mer
Je t’écris ces vers
Fabuleux comme un mythe

Au-delà des cieux
Émus
Suspendus
Au-delà du sol
Notre premier vol
Comme tu m’as dit
Comme je t’écris

Au tons de ces cieux
Au-delà des mots
De l’encre du stylo
Bleu comme les eaux
Des océans infinis
Si je suis poète
Tu es la poésie

Osama Sayed

Exploring the world, one word at a time.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store