Salut,
Rafael Munoz
31

Merci Rafael Munoz, je te confirme que la partie sur la mise en place d’une Suisse romande ‘séparatiste’ est une boutade ! Mais cette provocation volontaire pose la question des dictatures démocratiques,: Quand une majorité, impose une vision, des règles, dont ne veulent pas une minorité !

Et quand cette minorité est localement majoritaire sur certains espaces géographiques, alors, se pose la question de la recevabilité de certaines lois fédérales !

Comme l’interdiction de construire de minarets. Je n’ai pas la moindre envie de voir apparaître des minarets en Suisse ! Mais je ne trouve pas normal que cette loi soit imposée au niveau fédéral, et je considère que cela aurait dû être rejeté pour être discuté comme une loi locale à chaque canton, et de faire déposer cela au niveau cantonal. Et au canton, j’eu trouvé normal de décider que cela puisse concerner la commune, et de pouvoir reporter ce vote au niveau de chaque commune. Evidemment, c’est plus lourd à gérer, à quand le tout électronique ?

Je considère que le peuple Suisse a le droit de ne pas être d’accord avec certaines règles internationales.

Je ne trouve pas normal, de devoir signer un document imposé par les USA, pour ouvrir un compte en banque, à la BCV, pour mes enfants suisses, en Suisse !

Les politiques doivent vulgariser et donner les moyens à tous de comprendre les enjeux, pour décider en conscience.

Même si la majorité s’en fiche, il est important pour que la Démocratie ait un sens, que le sentiment civique et l’implication citoyenne soit en progression positive constante. Si ce n’est pas le cas, alors, il y a une crise identitaire et sociétale majeure à gérer ! Ce qui est la situation actuelle, me semble-t-il ! Mais ce n’est pas pris en compte suffisamment sérieusement, à mon sentiment.

Je ne trouve pas que la Ploutocracie planétaire soit un modèle à suivre. Et j’aimerai que le Suisse puisse évoluer vers mieux, même si je suis un utopiste rêveur. Et si cela doit se faire en rupture avec des “règles internationales” et bien, la désobéissance civile doit pouvoir être aussi possible à l’international et c’est une carte à jouer, pour justement, inter-agir avec intelligence sur les autres nations de cette planète. Pas de le faire en gentil mouton, mais en explorateur éclairant, sans imposer ni agresser nos voisins. En bon suisse quoi ! En acceptant aussi de se tromper et de refaire, mieux encore…

J’entends bien, mais je maintiens le OUI sur le point 2. Essaye encore ;-)

Sachant que le tour est déjà joué. Nos politiques ont tiré des leçons sur la votation du rétablissement des quotas, et cette fois, ils ont investi dans une campagne massive pour le NON… Cela ne passera donc pas, aucun soucis.

Au fait, comment donc a-t-elle été mise en oeuvre, cette règle sur les quotas ? Je n’ai rien vu, à mon niveau !