A la recherche du n°10

Un article publié à l’origine en 2014

Kopa, Platini, Zidane ont fait rêver la France au fil des générations. L’histoire commence en 1958 durant l’épopée suèdoise qui reste malgré tout sans lendemain. Mais est né le premier meneur de jeu de l’histoire de l’équipe de France. Raymond Kopaszweski, né le 31 octobre 1931 , est surnommé le Napoléon du football. Il est élu meilleur joueur du mondial 58 et joue au Real Madrid. Il est d’ailleurs le premier joueur français a remporter le Ballon d’or. Il finira sa carièrre au Stade de Reims, là où il s’est fait connaître. Mais après Kopa, il n’y aura plus de meneur de jeu, de 62 à 78. Entretemps le joueur de Nantes Henri Michel débute au poste de meneur de jeu, il est performant pendant plusieurs matches mais n’arrive pas au niveau de Kopa.

Alors arrive l’année 1976. Les Français ne sont pas en forme. Ils manquent successivement le Mondial 70, l’Euro 72, le Mondial 74 et l’Euro 76. En mars 76 les Bleus affrontent la Tchéquoslovaquie au Parc des Princes. Le grand espoir du foot français Michel Platini fait son entrée ce jour-là. Vers la 70ème minute arrive un coup franc. Henri Michel s’élance, quand Platini demande le ballon. Henri Michel le donne à Platini qui frappe et le ballon « lob » le mur et entre dans les filets. La France a trouvé son Kopa qui devra pourtant attendre deux ans avant de faire ses débuts, lors du Mondial argentin de 78. Le Mundial 82 marque le talent de Platoche avec son carré magique composé de Giresse, Tigana et Genghini. La demi-finale de légende face à la RFA marque les esprits. Platini marque ensuite 9 buts en 5 matches à l’Euro 84. Enfin sa dernière compétition se déroule au Mexique en 86. Là aussi Platini termine la compétition face aux Allemands.

Les Bleus n’auront aucun vrai meneur de jeu jusqu’à Zinédine Zidane. Après la retraite de Platini, le jeune espoir prometteur Eric Cantona est désigné comme le futur numéro 10. Mais des embrouilles avec le séléctionneur de l’époque (Henri Michel) vont gâcher sa carrière internationale. Pourtant tenante du titre l’EDF ne se qualifie pas pour l’Euro de 1988 disputé aux Pays-Bas ni pour le « Mondiale 1990 » en Italie. Les Bleus se qualifieront pour l’Euro suédois de 1992. Les Bleus entament ensuite les qualifications pour la World CUP 1994 américaine. Tout se passe bien jusqu’au 17 novembre 1993. La France est pratiquement qualifiée, il ne lui reste plus qu’à faire match nul avec la Bulgarie pour se qualifier. Le score reste de 1–1 pendant le temps réglementaire, mais un ballon perdu par les Français entraîne la remontée des Bulgares dans leur moitié de terrain et Emil Kostadinov envoie les Bleus en enfer.

La France joue des matches amicaux assez tranquilles au début de l’année 1994. Le match contre la République tchèque à Bordeaux trouve le futur meneur de jeu. Zinedine Zidane joueur des Girondins de Bordeaux, remplace Corentin Martins a la 64ème minute. A la 85ème minute Zidane reçoit un ballon de Laurent Blanc, élimine un défenseur par son passement de jambe, et un autre par un crochet. Il est à trente mètres du but et frappe de son pied gauche qui fusille le gardien adverse. Ensuite, deux minutes plus tard, sur un corner de Jocelyn Angloma, il saute plus haut que tout le monde et place sa tête hors de portée du gardien. Le 11 octobre 1995 à Bucarest il marque le but de la victoire contre la Roumanie qui envoie les Bleus à l’Euro anglais de 1996. La génération Zidane aura été celle qui aura ressemblé le plus à la bande de Platini. Le Mondial 98 et l’Euro 2000 donneront l’occasion de remporter deux autres palmarès. Après la retraite de Zidane, l’équipe de France cherche toujours le meneur de jeu qui permettra à la France de s’enrichir de nouveaux titres dans les années à venir.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Pleine lucarne’s story.