Ceci n’est pas un exercice.

Ceci n’est pas un exercice. Je répète ceci n’est PAS UN EXERCICE.

Je suis très flatté que mes blagues soient diffusées et partagées un peu partout sur internet, via Réseaux sociaux et au-delà. Flatté que mon humour aussi noir et cynique, puisse plaire à tant de gens et ramener un sourire même en temps de souffrance. Il est plus difficile encore d’user cet exercice surtout quand on est soit même affecté toutefois, ceci n’exclut en rien le ridicule de certaines situations.

« L’humour est un masque pour cacher ce cynisme profond que la vie fait naître en tous les hommes.» André Maurois

Moi ma première réaction est donc l’humour, c’est rire et se moquer, quoi de plus normal de plus humain ? Exercice périlleux et difficile. Au risque de me répéter, “ceci n’est pas un exercice”.

Je dois vous avouer que j’ai trop souvent exprimé mon sérieux, mon mécontentement à parler du système en place comme nuisible, inégale et corrompu; parler d’un avenir flou et illisible pour une jeunesse à l’abandon, de la confiscation de l’élite, du rejet des vieux et des moins nantis, la démagogie, la gabegie, le vieillissement de nos institutions, du manque de civisme, d’éducation, d’énergie, d’eau, bref j’ai essayé cette voix d’expression réaliste et idéaliste, elle n’a pas marché. Alors, Pourquoi pas le rire ?

Ça passe tellement bien, c’est indolore, c’est pertinent, c’est puissant, c’est si efficace et dans le cas du Cameroun il y a de la matière, Franchement ! Pas besoin de se forcer, tout est drôle dans ce pays.

Je vous parle d’un pays qui a:

- ‘Le même président et système de gouvernance depuis 34 ans.’ — Bon là déjà la blague n’a pas besoin d’explication. On rit d’entrée de jeu, je devrais même m’arrêter là parce que franchement c’est le maximum de la blague de base au Cameroun. Tellement de monde la connait qu’elle ne fait même plus rire personne. —

- ‘Un gouvernement de 63 Ministres (ou secrétaires d’Etat)’ — … Voyez là, on se roule par terre. Non mais oui c’est drôle… Faut rigoler… C’est tout ce qui nous reste. —

- ‘Pour Résumer, le chef de l’État aura « usé » 299 ministres et composé 34 équipes différentes depuis 82.’ — C’est drôle et en plus vous aurez appris quelque chose de nouveau. —

Bon ça se sont des vieilles blagues on les connait celles-là. Voilà On parle

- D’un chef de l’État qui n’est présent dans son pays que 170 Jours par an ; le même qui a acheté 500 Ordinateurs pour “distribuer” à des étudiant en octroyant un empreint de 75 milliards de francs CFA (Le Cameroun est déjà endette!); il n’a assisté à aucune obsèques officielle depuis la venue du groupe terroriste qui sévit actuellement, il n’est même pas présent pour assister les familles en cas de sinistre.
- De ministres qui ne sont pas au courant de nos réalités et qui exhibent leurs incompétences au grand jour. Un d’entre eux à démenti un incident sérieux et grave 3 heures après coup, un autre félicite les hôpitaux Camerounais mais fait ses bilans de santé à l’étranger, par contre ces deux monsieurs sont les premiers à débarquer en cas de sinistres… EUX! Complètement déconnecté je vous dis.
- Une nation où le système de santé est inefficace et inopérant, les transports sont dans l’impossibilité d’exercer car peu de routes (si on appelle ça route)
- Un pays où les sociétés nationales : d’électricité, de transport ferroviaire, transport aérien, transport urbain, BTP, Infrastructures; Industries nationales… Sont gérées en majorité pas des mains étrangères.
- D’un pays où la corruption est légion, le chômage probant, le fossé social profond, manque d’infrastructure, de vision, d’ambition, de clarté, de solidarité…

Voilà que vous constatez également que tout est drôle au Cameroun, mais il y en a qui sont toujours rabat-joie qui vous diront : « Au moins, on a la PAIX. »

Oui, sauf que la paix ça ne fait rire personne.
Surtout pas ceux qui ont l’habitude de rigoler le plus, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas de quoi se nourrir (ils sont nombreux, trop nombreux pour que l’on les ignore), ceux qui n’ont pas d’accès à l’électricité ni à l’eau potable, sans éducation, isolés…

Ah oui qu’est ce qu’ils rigolent là-bas à Mora ou à Mokolo où la menace terroriste n’est toujours pas éludée ni même le taux d’alphabétisation; à l’Est même au Centre ça rigole sévère avec les routes enclavées et cahoteuses où l’économie est ralentie car les déplacements pour les métropoles sont impossibles; les foyers moyens camerounais rigolent forts et avec entrain quand ils constatent le manque de service de base : services de santé, de services sanitaires, de la prise en charge sociale. A ESEKA, ville qui a subi les accidents récents (21/10/2016 avec +55 morts), alors que la ville est privée d’électricité depuis 1mois et peine à être alimenté en eau potable… ça rigole bien là-bas quand on voit débarquer des ministres en cravate, par hélicoptère, venus réitérer les promesses avec convictions et certitudes comme ci ces promesses pouvaient ramener vie et changer véritablement le destin de toutes ces personnes!! Encore EUX!

« Au Cameroun c’est soit tu as le sens de l’humour, soit tu te casses à la nage ! »

Croyez-moi il y en a comme moi qui ont le sens de l’humour certes mais on aimerait rester ici, voir nos enfants grandir dans ce pays beau et riche, trouver des alternatives pour un réel développement et changement, avoir un projet de société, évoluer avec des chances égales, profiter de cette paix et cette indépendance pour laquelle des Héros comme Ruben Um Nyobe, Félix Moumié, Ouandié Ernest ont sacrifiés leurs vies; jouir de notre diversité, notre mixité et nos complexités culturelles, humaines, culinaires, etc.

Oui on voudrait jouir de notre Cameroun en paix, dans la joie et dans l’honneur. C’est trop demandé?

Qu’est-ce qu’on rigole bien mais voilà toute blague à une fin. Est-ce qu’on pourrait devenir moins drôle juste pour les années à venir ? J’ai bien envie de devenir sérieux mais ce pays, dans l’État actuel ne me laisse pas le choix.

Alors ne vous inquiétez pas, tant qu’il y aura matière à rire il me restera de mon humour. Les mêmes causes induisent les mêmes effets.

J’applique ma « loi de @pmoyz - out Murphy -»
- “Tout ce qui est susceptible de faire rire fera rire”
- “S’il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu’au moins l’une de ces façons peut entraîner un fou rire, il se trouvera forcément quelqu’un quelque part pour emprunter cette voie.”

Partager l’humour est excellent, et même sain mais on peut tout autant partager nos idées, nos frustrations, articles, coup de gueule et aussi nos désaccords avec autant de véhémence, ce serait une prouesse et un bon début pour la cohésion nationale, chercher ensemble et dans la bonne humeur un début, une base de solutions.

Je ne suis donc plus seul avec mon humour, vous aussi avez vos claviers, vos voix et moyens pour éduquer, informer, réveiller, et faire bouger les choses.

Une pensée grave et profonde accompagne mes prières de condoléances pour les familles affectées par les accidents survenus au Cameroun ; qu’elles accompagnent également la population camerounaise dans son ensemble. /

Moïse PAGA.

Moïse PAGA. www.aaron-consult.com
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.