10 Femmes actives dans le monde

Que ce soit dans des exploitations agricoles, en entreprise ou encore depuis chez elles, les femmes font bouger les choses.

Du Soudan du Sud à la Syrie, en passant par l’Equateur et l’Inde, découvrez le travail de ces femmes à travers le monde.

1. Inde

Pour Kavita, 23 ans et mère de deux enfants, travailler n’était qu’un rêve — jusqu’à ce qu’elle décide de s’inscrire à un cours d’ingénierie du plastique. A l’issue de 3 mois de formation, Kavita a obtenu un diplôme lui assurant un emploi. Originaire de l’Haryana, un des états avec le moins de femmes actives en Inde, elle est aussi la première femme de sa famille à chercher du travail.

Ce projet est soutenu par le gouvernement indien et le projet Disha — un partenariat entre la Fondation indienne de développement, le PNUD et Xyntéo, soutenu par la Fondation IKEA.

2. Syrie

L’horreur de la guerre civile n’empêchera pas Fatima de travailler dans ses plantations de tomates. Une micro-irrigation, des engrais, des semences et du matériel pour la construction de la serre — fournis par le PNUD — permettent à Fatima de sauvegarder son exploitation éco-énergétique.

3. Soudan du Sud

Juwa travaille dans une équipe composée exclusivement de femmes. Sa mission ? Désamorcer les bombes, mines et autres munitions non explosées, héritage de plusieurs décennies de guerre civile. C’est ça le pouvoir des filles !

4. République dominicaine

Comment aller de l’avant après le passage non pas d’une, mais de deux tempêtes ? En s’assurant que les femmes soient bien intégrées dans le processus de reconstruction.

Avec le soutien du PNUD et de ses partenaires, les femmes de la République dominicaine ont été formées aux métiers de menuiserie et d’ameublement. Suite aux ravages causés par les tempêtes Noël et Olga en 2007, elles ont activement participé à la reconstruction et ont ainsi contribué au relèvement de l’économie.

5. Tajikistan

Au Tajikistan, Okhunova et Hodjaeva utilisent quotidiennement ce chauffe-eau solaire fait-maison, réalisé pendant un atelier du PNUD.

Grace à cette source permanente d’eau chaude, elles n’ont plus besoin de passer des heures à trouver et brûler des combustibles fossiles pour chauffer leur maison.

6. Népal

Tous les matins, Khagisara se réveillait avant le chant du coq et marchait 6 à 8 km, pour livrer ses légumes frais au porte-à-porte aux citadins.

Grâce au soutien du PNUD et du gouvernement népalais, Khagisara a reçu une formation en entreprenariat et un vélo qui lui permettent de rentabiliser son petit commerce.

7. Laos

Voici Chantavone, première experte en déminage au Laos : un métier difficile mais nécessaire. Elle est également responsable de la formation et de l’encadrement d’une quarantaine de personnes, et s’assure au quotidien que les normes de securité soient respectées.

« Je ne peux négliger aucun détail » dit-elle. « Quand j’étais petite, j’ai entendu si souvent des histoires de personnes blessées, ayant perdu un membre et même leur vie. Je voulais faire quelque chose contre ça. »

8. Équateur

Lorsqu’un séisme majeur a dévasté l’Equateur en avril 2016, les femmes, déterminées à reconstruire leur communauté et leur vie, ont joué un rôle crucial dans le relèvement du pays.

Le PNUD travaille avec les gouvernements du monde entier pour assurer que les femmes soient bien intégrées dans les processus de reconstruction. Donner du travail aux femmes, c’est se donner les moyens de se relever plus efficacement et rapidement des conséquences d’une catastrophe naturelle.

9. Haïti

Imaginez être responsable du transport d’autant de fruits et légumes à travers les provinces de l’île et au-delà des frontières. C’est la responsabilité de nombreuses femmes en Haïti. Le PNUD travaille avec les communautés locales et les gouvernements pour s’assurer que les femmes participent et jouent un rôle actif dans le commerce international.

10. Kosovo

Au Kosovo, la discrimination à l’égard des femmes travaillant dans des domaines tels que l’ingénierie et l’informatique est une réalité. Pour lutter contre ces préjugés, Blerta a lancé sa propre ONG : Girls Coding Kosova. Avec le soutien du PNUD et d’autres agences, elle a formé plus de 500 femmes kosovares à la programmation informatique. Blerta s’attaque ainsi aux stéréotypes et s’attache particulièrement à vérifier qu’une fois formées, les femmes ne soient pas discriminées lorsqu’elles cherchent du travail.

Like what you read? Give ONU Développement a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.