10 moments qui ont marqué 2016

1. Une partie de volley pour les droits des femmes en Afghanistan

©Sayed Omer Sadaat/ PNUD Afghanistan

En 2016, le PNUD et le Croissant-Rouge en Afghanistan ont organisé un match de volleyball féminin à l’Université de Kaboul pour la campagne « 16 jours d’activisme », destinée à sensibiliser le public sur la violence contre les femmes. Les joueuses comptent parmi les premières femmes du pays à être allées à l’université et à pratiquer un sport depuis que le régime taliban a pris fin en 2001.

Depuis 2002, les inscriptions ont grimpé en flèche, faisant passer le nombre de filles dans l’enseignement secondaire de 3% à 36%. Toutefois, l’accès des jeunes femmes à l’enseignement supérieur reste limité.

2. Le changement climatique menace les Maldives de disparition

© PNUD Maldives

Si le niveau de la mer continue d’augmenter, les Maldives, dont le point culminant s’élève à 2,3 mètres seulement, disparaitront En 2016, les températures anormalement chaudes de l’eau ont causé le blanchiment de 60% des récifs coralliens, mettant en péril les moyens d’existence de la population qui proviennent en grande partie de la pêche.

Le PNUD travaille avec le gouvernement pour ralentir l’érosion des sols et la salinité de l’eau douce, planter des mangroves, restaurer les récifs de corail, et lutter contre la pollution et la surpêche.

3 . L’ouragan Matthew fait des ravages en Haïti

©Andrea Ruffini/ PNUD

« Ma maison est détruite » : ce sont les mots d’Abellard Raymond, 66 ans, l’une des millions de victimes que l’ouragan Matthew a fait sur son passage au sud d’Haïti le 4 octobre 2016, 6 ans seulement après le tremblement de terre de 2010.

Depuis la mi-décembre, nous avons fourni 23 680 emplois d’urgence dans les régions les plus touchées. Les travailleurs ont dégagé 40 800 mètres carrés de débris, et nettoyé un canal d’irrigation de 19 200 mètres pour assurer l’écoulement de l’eau propre et freiner la propagation des maladies d’origine hydrique.

4 . Le secteur de l’agriculture à sec en Moldavie

A cause des changements climatiques, les vagues de sècheresse deviennent plus fréquentes et affectent aussi bien le Mali que cette exploitation agricole en Moldavie.

D’après notre Rapport sur le développement humain 2015, 500 millions de familles dans le monde produisent plus de 80% de la nourriture globale.

Une réponse efficace au changement climatique passe par des partenariats solides. La Moldavie fait partie des pays membres de Meteolam, une initiative du réseau des services météorologiques européens EUMETNET soutenue par l’Organisation météorologique mondiale.

5. Le Nigéria fait front commun contre Boko Haram

Depuis 2009, le conflit alimenté par le groupe extrémiste Boko Haram a dévasté le nord du Nigéria et fait plus de 20 000 morts. Les femmes et les filles continuent d’être enlevées, et les enfants sont utilisés comme bombes humaines. Au total, près de 2,1 millions de personnes ont fui le conflit, dont 10% partis se réfugier dans les pays voisins.

En 2016, notre principal objectif au Nigéria a été d’aider les familles déplacées à subvenir à leurs besoins et d’accompagner les pays d’accueil dans la prise en charge des réfugiés. Nous avons travaillé aux côtés des communautés pour construire des logements et des systèmes d’irrigation en eau potable.

Le Centre de compétence Maiduguri a été fondé par le PNUD en collaboration avec le ministère nigérian pour la reconstruction, la réhabilitation et la réinstallation, grâce au soutien du gouvernement du Japon. Chaque mois, le centre forme 200 Nigérians qui ont été déplacées par les combats violents. Ils utiliseront les compétences professionnelles acquises pour reconstruire leur pays.

6. Avant, cette vallée de l’Himalaya avait de la neige et des glaciers.

2016 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée. L’émergence de maladies nouvelles comme la Dengue, accentuée par les changements climatiques, mettent les pays comme le Népal à rude épreuve face aux risques de crises sanitaires et de pandémie.

A travers plusieurs projets dans la région, nous avons formé les communautés à sauver des vies en cas de catastrophes. En parallèle, nous avons aidé les agriculteurs et les décideurs à adapter les plans de développement locaux et nationaux aux cas de sècheresse, de pénuries d’eau et d’inondations mortelles.

7. Au Soudan du Sud, la jeunesse est plus forte que la guerre

Des policiers et de jeunes bénévoles communautaires patrouillent le marché de Jebel Ker, dans le Soudan du Sud, ou les taux de criminalité sont particulièrement élevés à cause de l’anarchie causée par la guerre civile. Dans la nation la plus jeune du monde, le PNUD s’emploie à former des policiers et des bénévoles communautaires qui travaillent ensemble pour rétablir l’ordre.

Les patrouilles nocturnes quotidiennes apportent un sentiment de sécurité dans les quartiers commerçants au moment où les gens ferment boutique et rentrent chez eux.

8. La crise en Syrie a bientôt 6 ans

D’après l’Office du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), les réfugiés n’ont jamais été aussi nombreux depuis la fin de la seconde guerre mondiale ; et les syriens en représentent une large proportion.

Actuellement, plus de 4,8 millions de syriens sont réfugiés dans les pays voisins, et 13,5 millions de personnes restées en Syrie ont besoin d’une aide humanitaire.

Nous aidons les syriens à rétablir les moyens dont ils ont besoin pour survivre, ainsi que les services de base tels que le travail, la santé, la chaleur et l’assainissement.

En 2016 seulement, 3 000 personnes handicapées ont reçu des prothèses, une physiothérapie, des services psychosociaux et une formation professionnelle dans nos centres de réadaptation physique. 27 000 femmes ont trouvé du travail grâce à nos programmes de formation professionnelle pour les petites entreprises qui fournissent de la nourriture et des vêtements aux communautés. Les travailleurs de notre projet ‘Argent contre Travail’ ont déblayé 236 000 tonnes de débris et dégagé des routes.

9. Et la crise en Ukraine de l’Est, 4 ans…

Le 21 novembre 2013, le conflit qui a éclaté dans l’Est de l’Ukraine a fait des millions de victimes. A ce jour, 3,8 millions de civils ont besoin d’une aide humanitaire et plus de 300 0000 personnes se sont déplacées dans les zones contrôlées par le gouvernement ukrainien.

Alors que de plus en plus de familles fuient le pays pour se réfugier dans les communautés d’accueil à l’Ouest de l’Ukraine, les services publics tels que l’eau, les emplois, l’éducation, les systèmes de santé et d’énergie sont devenus rares. Notre programme d’emploi offre aux communautés d’accueil et aux personnes déplacées de nouvelles compétences professionnelles pour reconstruire et maintenir les services essentiels.

10. Yémen en guerre, femmes en première ligne

Lorsque la guerre civile a explosé en mars 2015 au Yémen, l’eau, le carburant et l’électricité ont été les premiers à se rendre dans les villes très peuplées de Sana’a et Aden, qui ont été transformées en champs de bataille.

Avec le gouvernement du Japon, nous avons travaillé avec des agriculteurs à l’extérieur des zones de combat, en particulier les femmes rurales, pour les aider à maintenir les moyens d’existence tels que les légumes et le fromage. Nous avons également fourni des emplois d’urgence pour déblayer les routes, réparer les camions d’approvisionnement et assurer l’acheminement de la nourriture dans les zones les plus touchées.

Avant la guerre, le Yémen avait l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés du Moyen-Orient. Nous avons formé des sages-femmes dans les régions rurales difficiles pour dispenser des soins prénataux aux femmes enceintes.

Le PNUD est présent dans près de 170 pays et territoires. Au moment où nous commencions notre travail il y a 50 ans, 1 personne sur 3 dans le monde vivait dans la pauvreté. Aujourd’hui, c’est 1 personne sur 8. Aidez-nous à en aider encore plus en 2017.