Au Kenya, les femmes se préparent pour les élections locales

Le PNUD, avec ONU Femmes et le HCDH, appuie les processus électoraux et responsabilise les femmes en tant que candidates et électrices.

Récemment diplômée en gestion d’entreprise de l’une des principales universités kenyanes, Abdia Gole, la trentaine, est candidate aux prochaines élections des assemblées locales pour la circonscription de Gorbo, comté de Marsabit, dans le nord du Kenya.

« Je fais du porte à porte, pour inciter les femmes et les jeunes à voter pour moi. Pour nous, c’est le moment ou jamais », explique Abdia.
Maimuna Mudao (à gauche) avec Wanjiku Kabira (centre) lors d’un atelier pour les femmes candidates aux prochaines élections locales. Photo: ONU Femmes / Kennedy Okoth

Lorsqu’elle a annoncé son intention de se présenter à des élections, les gens de sa communauté se sont moqués d’elle. Pour eux, une femme est censée rester à la maison pour s’occuper de sa famille, plutôt que de se mesurer aux hommes sur le terrain électoral.

À quelque 734 km de Gorbo, dans la ville côtière de Mombasa, Maimuna Mudao est optimiste quant à ses chances de remporter l’élection au poste de Représentante des femmes du comté de Mombasa.

« Je me suis déjà présentée à des élections pour devenir député (Kisauni), dans le comté de Mombasa en 2004 et 2007. Depuis lors, la situation a beaucoup évolué, relativement aux processus électoraux et à l’attitude des électeurs, mais également avec la promulgation de la nouvelle Constitution.

« Aujourd’hui, les citoyens sont plus conscients des questions de genre », dit-elle. « C’est un pas en avant pour nous les femmes qui aspirons à devenir leaders ».
Des femmes aspirant à des positions politiques au Kenya échangent leurs idées. Photo: ONU Femmes / Kennedy Okoth

L’Assemblée nationale du Kenya compte 47 «Représentantes des femmes», élues toutes par les électeurs inscrits des différents comtés. Selon la législation en vigueur, au moins un tiers des candidats investis par un parti politique pour un scrutin doivent être des femmes. Mais dans la pratique, cette disposition n’est pas appliquée, réduisant ainsi les chances des femmes d’être élues lors d’élections générales.

« Les femmes doivent comprendre que lorsque d’autres femmes occupent des postes de leadership, elles peuvent contribuer à l’adoption de lois et de politiques plus sensibles au genre », indique Mudao.

Abdia Gole et Maimuna Mudao participent à un projet commun du PNUD, d’ONU Femmes et du Haut Commissariat des Nations Unies (HCDH) pour le « Renforcement des processus électoraux » (en anglais). Ce projet vise à encourager la tenue d’élections crédibles et sûres.

Un aspect essentiel du projet consiste à renforcer la participation des femmes aux processus électoraux. Photo: PNUD Kenya

La Constitution du Kenya de 2010 garantit aux femmes l’égalité des droits et des chances dans les domaines politique, social et économique. Mais, si la représentation féminine au Parlement kenyan a augmenté ces dernières années, passant de 9,8% en 2007 à 19% en 2013, les femmes continuent à se heurter à des obstacles institutionnels tenaces et peu d’entre elles sont nommées ou élues au sein des partis.

L’éducation et l’inscription électorale sur le terrain font partie d’un effort de sensibilisation civique à l’échelle du pays. Photos: PNUD Kenya

EN vue des élections générales du 8 aout prochain, des actions d’éducation civique ont été menées à l’échelle des comtés pour renforcer les capacités des femmes à participer au processus électoral, aussi bien en tant que candidates qu’électrices.

Ces activités ont permis de sensibiliser le public à la nécessité d’avoir plus de femmes à des postes électifs et de revisiter des modèles de leadership féminin. Elles ont également aidé les participants à mieux prendre conscience de leurs droits vis-à-vis du processus électoral, et initié les femmes aspirant à des fonctions électives aux techniques de gestion de campagne.

Le PNUD forme les membres du scrutin et aide à enregistrer 1,5 million de nouveaux électeurs, dont beaucoup sont des jeunes. Photos: PNUD Kenya

Pour ce qui est des prochaines élections générales du 8 août, les femmes en lice nourrissent de grands espoirs. Au total, 9 candidatures féminines sont enregistrées pour les postes de gouverneurs, 115 pour ceux de députés, 25 de sénateurs et 261 de membres des assemblées locales.

Cette histoire a d’abord été publiée en anglais par ONU Femmes.

Like what you read? Give ONU Développement a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.