Bâtir un avenir inclusif

De jeunes leaders du monde entier partagent leurs idées

ONU Développement
Une participante du Forum de la jeunesse 2019, organisé par le Conseil économique et social des Nations Unis (ECOSOC) fait un high-five à la statuette de Nelson Mandela au siège des Nations Unis à New York.

Le monde rajeunit. Une personne sur cinq a entre 15 et 24 ans. Pourtant, les jeunes ne sont pas toujours inclus aux tables de décisions et font face à un risque d’exclusion et d’inégalité. Ils sont confrontés à des obstacles en ce qui a trait à la vie politique; ils sont plus vulnérables à la pauvreté que la population moyenne; et leur nombre dans les zones de conflit a considérablement augmenté ces dernières années. Néanmoins, selon les statistiques, les jeunes sont les plus susceptibles de devenir entrepreneurs, ont un taux d’alphabétisation plus élevé et sont plus connectés que jamais auparavant grâce à la technologie. Ces qualités font d’eux d’excellents acteurs de la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD).

Le Forum de la jeunesse du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) de 2019 a réuni plus de 1 000 jeunes dirigeants du monde entier pour faire le point sur comment atteindre les Objectifs mondiaux. Il s’agit de la seule réunion intergouvernementale officielle réunissant des représentants de la jeunesse, des ministres et des fonctionnaires.

Le rôle des jeunes dans la construction d’un avenir sans conflits et sans inégalités était au centre des discussions cette année. Il est essentiel qu’ils puissent mieux connecter et participer pleinement au maintien de la paix et à la réduction des disparités dans les domaines du genre, de la pauvreté, de l’éducation, du handicap et de l’inclusion politique.

Rencontrez six jeunes leaders qui nous ont parlé de leur travail pour la promotion de la paix et de l’inclusion.

Créer des espaces inclusifs

Kasunjith Satanarchchi est le responsable de la jeunesse du PNUD au Sri Lanka. Il est le premier handicapé à avoir été recruté par le PNUD en Asie.

Kasunjith Satanarchchi est le responsable de la jeunesse du PNUD au Sri Lanka. Il est la première personne handicapée à avoir été recruté par le PNUD en Asie. Avec son équipe, il travaille à améliorer les espaces de travail du PNUD au Sri Lanka et d’autres agences des Nations Unies afin d’inclure davantage de personnes handicapées. « Le PNUD a compris l’intérêt d’être inclusif en milieu de travail. Cette approche leur a permis de penser en dehors des sentiers battus et de voir les choses sous un angle différent », dit-il.

Parmi ces initiatives, figurent l’amélioration de l’accessibilité, la prestation de documents dans des formats différents comme le braille, et la formation de collègues. Il est essentiel que les membres de l’équipe comprennent les dynamiques entourant le handicap et qu’ils apprennent à travailler avec des jeunes avec des capacités différentes pour les mettre à l’aise et leur permettre d’atteindre leur plein potentiel.

« Nous devons intégrer pleinement le handicap dans les effectifs existants du PNUD, ce qui ne peut être fait sans la participation des personnes handicapées », dit-il.

Des droits pour tous

Tina Hocevar est membre de la Commission européenne et vice-présidente du European Youth Forum. © PNUD / Lei Katof

En Europe, les jeunes font encore face à des obstacles pour faire valoir leurs droits. Il y a des limites d’âge pour voter ou se porter candidat à des fonctions politiques et l’accès est limité à l’éducation, à un emploi de qualité et à la protection sociale.

Tina Hocevar, de Slovénie, veut changer la situation. Elle est vice-présidente du Forum Européen de la Jeunesse. Elle milite pour l’égalité des droits des jeunes et pour une vie sans discrimination. Elle a aidé à créer un outil en ligne interactif, où il est possible d’en apprendre davantage sur les droits des jeunes.

Construire un avenir de paix

Christian travaille avec le PNUD pour prévenir la violence chez les jeunes. © UNDP / Sumaya Agha

La tenue de Christian Achaleke a été conçue par l’un des détenus de la prison qu’il a aidés grâce à l’organisation locale Local Corner Corner. Christian travaille au Cameroun pour prévenir la violence chez les jeunes.

« J’ai grandi avec la violence dans ma communauté, mais mon mentor, qui était coordinateur national de Local Youth Corner à l’époque, m’a conseillé de travailler pour la paix en utilisant mon énergie et mon talent pour faire quelque chose de positif », dit-il.

En 2015, l’organisation a commencé à travailler avec les jeunes dans les prisons, en leur fournissant des conseils et en développant leurs compétences professionnelles et entrepreneuriales, et des activités telles que le sport pour promouvoir la réhabilitation sociale. Les détenus apprennent à fabriquer une gamme variée de produits, notamment des vêtements et des bijoux, pour les aider à démarrer une nouvelle vie après leur sortie de prison.

Appel à l’action pour le climat

Pia Risoer Bierre est déléguée du Conseil danois de la jeunesse. © PNUD / Lei Katof

Beaucoup de jeunes Danois participent aux grèves des vendredis dans les écoles. Parmi eux figure Pia Risoer Bierre, déléguée du Conseil danois de la jeunesse. Pour elle, l’action pour le climat est la priorité absolue.

« Les jeunes danois sont très conscients du fait que le changement climatique se produit à un rythme rapide et que le gouvernement et la communauté internationale ne sont pas suffisamment réactifs », déclare-t-elle.

Les rassemblements devant le parlement tous les vendredis ont conduit à l’initiative du Conseil danois des jeunes pour le climat, un groupe d’experts et de militants motivés qui engagent et recommandent directement des initiatives en matière d’action pour le climat aux membres du parlement et du gouvernement. Pia espère que cela se traduira par des changements politiques concrets.

Entrepreneurs énergiques

Ogutu Okudo est responsable nationale de la société pétrolière et gazière Spring Rock Energy au Kenya. © PNUD / Daniela Peris

Ogutu Okudo est responsable nationale de la société pétrolière et gazière Spring Rock Energy au Kenya. Après avoir évolué dans le monde — majoritairement dominé par les hommes — du secteur de l’énergie et des industries extractives, Ogutu s’est mise à encourager et à inclure davantage de jeunes femmes. En 2011, elle a fondé WEX Africa (Women in Energy and Extraction Africa), une organisation à but non lucratif qui travaille dans les pays d’Afrique subsaharienne. Elle développe des compétences entrepreneuriales chez les jeunes femmes et milite pour leur participation aux sciences, à la technologie, aux technologies et aux mathématiques.

Ce sont souvent les filles et les femmes qui vont chercher de l’essence et de l’eau pour les tâches ménagères. Cependant, on sait peu de choses sur la manière dont l’énergie les affecte directement ou indirectement. WEX Africa met également en œuvre des programmes pour étudier l’impact du pétrole, du gaz, des mines, du nucléaire et des énergies alternatives sur les moyens de subsistance des femmes et des filles.

« Les femmes s’occupent normalement des tâches comme le ménage ou la cuisine, mais nous voulons leur donner la possibilité de s’impliquer dans le monde des entreprises », dit-elle.

Réaliser son plein potentiel

Regine Guevara, originaire des Philippines, travaille pour ONU Femmes et a également été Représentante des jeunes de l’ANASE. © PNUD / Sumaya Agha

Regine Guevara, originaire des Philippines, travaille pour ONU Femmes et a également été Représentante des jeunes de l’ANASE. En tant que militante et éducatrice pour la paix, Regine a travaillé avec de jeunes réfugiés Rohingya en Malaisie, a donné des formations aux femmes autochtones en Thaïlande et a contribué à la consolidation de la paix aux Philippines.

Son travail auprès des réfugiés rohingyas en Malaisie s’est concentré sur l’enseignement de l’anglais, de la langue et des mathématiques, ce qui les aide à s’intégrer dans leur nouvel environnement. Son travail avec les femmes autochtones en Thaïlande était axé sur les compétences professionnelles des petites entreprises et sur l’éducation à la mobilisation de capitaux. Pour les femmes autochtones, les opportunités offertes par les entreprises respectueuses de l’environnement ont permis d’exploiter leur capacité de générer des revenus et garantir la durabilité environnementale.

« L’éducation apparaît sous différentes formes, mais, comme tout objectif de développement, elle repose essentiellement sur le renforcement des capacités des peuples et des communautés pour leur permettre de réaliser leur propre potentiel », a-t-elle déclaré.

Par Daniela Peris, stagiaire espagnole en édition Web et médias sociaux au PNUD à New York.

ONU Développement

Written by

Compte Twitter officiel du Programme des Nations Unies pour le développement. Le PNUD œuvre pour les peuples et la planète depuis plus de 50 ans.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade