Un été à sauver des vies - maître-nageur à Gaza

La mer est un espace de liberté pour de nombreux habitants de Gaza pendant les mois d’été, mais comporte des risques. Le PNUD et ses partenaires ont fourni aux sauveteurs qualifiés la possibilité de gagner leur vie et d’assurer la sécurité des vacanciers.
« Mon père m’a appris la pêche mais aussi les techniques de sauvetage. »

Bilal Basheer, 28 ans, est pêcheur et occasionnellement maître-nageur à Gaza. Il a à charge une famille de quatre personnes et est amoureux de la mer depuis l’âge de dix ans.

Il y a six ans, Bilal a suivi une formation de 30 jours pour devenir maître-nageur agréé. « Depuis que j’ai reçu mon certificat, je postule chaque été pour un emploi afin de gagner un revenu stable pendant trois mois.»

Avec plus de 18 heures de coupures d’électricité par jour, les conditions de vie à Gaza sont difficiles. La mer est souvent la seule activité de détente pour de nombreux vacanciers pendant les mois d’été. Selon le Syndicat des pêcheurs et des travailleurs de la pêche et de la pisciculture, au moins 600 sauveteurs sont nécessaires pour couvrir le littoral de Gaza en période estivale et seulement 300 sauveteurs travaillent toute l’année.

Bilal est l’un des 120 sauveteurs soutenus par le programme de création d’emplois d’urgence du PNUD à Gaza avec un fonds de 105 000 dollars de la Banque islamique de développement.

Au cours de la deuxième phase du programme d’autonomisation économique palestinien (DEEP II) mis en œuvre par le PNUD, l’initiative de création d’emplois d’urgence pour les maîtres-nageurs a généré environ 6 000 journées de travail pour des personnes âgées de 20 à 40 ans, sur une période de 50 jours qui s’est achevée en octobre 2018. Cette initiative a aussi donné des moyens de subsistance aux sauveteurs qualifiés de la bande de Gaza et leur a permis d’assurer la sécurité des vacanciers.

« Je considère comme un privilège et un fardeau d’être responsable de la vie des gens. Je doit toujours être prudent et concentré, » explique Bilal.

« Je suis heureux d'avoir eu cette opportunité, sinon j'aurais été endetté. La pêche n’a pas été très lucrative cette année, parce que nous ne sommes pas autorisés à aller au-delà des neuf ou six milles marins, dans le meilleur des cas. Par conséquent, j'ai dû emprunter de l'argent pour subvenir aux besoins de ma famille - pour acheter de la nourriture, du lait et des couches pour mes enfants. Maintenant, je peux rendre l'argent dès que je reçois mon salaire de maître-nageur », explique Bilal.

Avec un taux de chômage atteignant les 60% chez les 15-29 ans, le programme d'urgence du PNUD pour la création d'emplois à Gaza couvre des interventions liées aux infrastructures et à la fourniture de services, à l'agriculture, à l'entrepreneuriat des jeunes, à l'éducation, au développement des capacités et à la formation professionnelle. Cette initiative spécifique est mise en œuvre en partenariat avec le ministère du Travail et le Syndicat des pêcheurs et des travailleurs de la pêche et de la pisciculture.

Pour Bilal, il ne s’agit pas seulement d’un revenu, mais aussi de sauver des vies. «Quand je lis ou que j'entends parler de quelqu'un qui a perdu la vie en nageant, je me sens triste et j'aurais aimé avoir été là pour lui porter secours. Je considère comme un privilège et un fardeau d’être responsable de la vie des gens. Je doit toujours être prudent et concentré, mais avec chaque personne que je sauve, je suis plus fier et plus heureux », explique Bilal.

Amoureux de la mer depuis son enfance, Bilal Basheer, âgé de 28 ans, est un pêcheur palestinien et un maître-nageur à Gaza.

A retenir :

  • Selon l’Autorité de la qualité de l’environnement, près de 75% de la plage de Gaza est polluée et la baignade n’est pas autorisée dans toutes les régions. En conséquence, les zones propres sont très denses en visiteurs et nécessitent un plus grand nombre de sauveteurs.
  • L'initiative, d'un montant de 105 000 USD, s'inscrit dans le cadre d'un programme d'urgence de création d'emplois à Gaza, doté de 2 millions de USD, visant à créer des emplois destinés aux jeunes du secteur industriel et de l'entrepreneuriat. Avec un taux de chômage de près de 60% chez les jeunes Palestiniens à Gaza, le PNUD créera plus de 2 500 emplois immédiats et à court terme sur une période de 12 mois, bénéficiant directement à 2 979 personnes, dont 40% sont destinées aux femmes.
  • Avec le soutien de la Banque islamique de développement et de la Direction du développement et de la coopération, le PNUD a lancé un nouveau programme d’emploi rapide, qui concerne environ 1 500 jeunes hommes et femmes, y compris des personnes handicapées, qui bénéficieront de possibilités d’emploi à court et à moyen terme.

Histoire: PNUD PAPP; Photos : PNUD PAPP/Shareef Sarhan