Travail, dialogue et solidarité : le secret des femmes de Mugunga

Dans les faubourgs de Goma, au bord d’une route de terre parsemée de roches volcaniques, des chants de femmes s’élèvent des murs du Centre Communautaire Polyvalent de Mugunga. Aujourd’hui est un jour spécial pour les 300 bénéficiaires des lieux…

Une importante délégation vient leur rendre visite et échanger sur leurs réalités. En mission à l’Est de la RDC, Mme Bolduc, la nouvelle Coordonnatrice Résidente du Système des Nations Unies et l’Ambassadeur du Canada font étape à Mugunga pour écouter les membres du centre communautaire. Ils sont accompagnés par le ministre provinciale du Genre au Nord Kivu. Les activités du Centre Communautaire Polyvalent de Mugunga sont appuyées par le PNUD à travers le programme Tupinge Ubakaji financé par le Canada.

Mme Kim Bolduc, Coordonnatrice des Nations Unies en RDC, M. Nicolas Simard, Ambassadeur du Canada, et laministre provinciale du genre à l’écoute des témoignages des bénéficiaires du Centre Communautaire Polyvalent de Mugunga

Ce centre est un lieu d’apprentissage des métiers de la couture, du petit élevage, de la savonnerie et du tissage dans le but de la réinsertion et de l’autonomisation des victimes. Il offre également un accompagnement psychosocial pour les survivantes de violences et se charge du référencement médical.

Autogérée, la structure se professionnalise et gagne de la renommée en matière de promotion et défense des droits de la femme au sein de la communauté de Mugunga et au Nord Kivu. Le centre pérennise ses activités, en particulier dans l’encadrement des femmes au sein d’une mutuelle de Solidarité (MUSO), l’assistance psychosociale et juridique apportée aux Victimes de Violence Sexuelle et Violence basées sur le Genre.

Salima, membre du comité de gestion, a connu un passé difficile. Elle témoigne :

« J’ai été victime de violences. J’avais tellement maigri que l’on me croyait porteuse du VIH. Grâce au centre à présent je suis en bonne santé, j’ai suivi un traitement médical. J’ai reçu des formations qui m’aident à faire de bonnes choses pour mon entourage. Avant j’étais mendiante, mais maintenant grâce aux AGR d’élevage et d’agriculture, je suis réintégrée dans la communauté. Je viens de récolter 5 sacs de haricots ! Mes enfants vont à l’école et mangent à leur faim. Grâce aux formations en alphabétisation, je peux avoir accès aux services administratifs. A présent je fais ma part : j’aide les autres qui rencontrent des problèmes »

Charlie, survivante de violences, a démarré une unité de production de savons :

« Aujourd’hui je peux témoigner sans craintes devant vous. Je suis une déplacée de guerre. Grâce à l’accueil et aux formations de ce centre qui nous a accueilli sans discrimination, nous avons tous réussi nos formations. Nous avons reçu l’argent pour créer des Associations Génératrices de Revenus (AGR). Personnellement je me suis lancée dans la savonnerie. Avec mes nouveaux revenus, j’ai pu scolariser mes deux enfants, l’aîné fréquente d’ailleurs l’université. Je plaide pour que des fonds additionnels des bailleurs viennent aider d’autres mamans qui souffrent. »

Nicolas Simard, Ambassadeur du Canada, a pu découvrir la dynamique du centre et l‘implication des bénéficiaires et de volontaires. Il a profité de la tribune qui lui était offerte pour rappeler les engagements de son pays en matière de Genre :

« Je voudrais rappeler l’importance de la femme dans la politique de développement du Canada. Les très bons résultats du centre ne peuvent être atteints que lorsque tous les acteurs travaillent ensemble. Je suis heureux de la collaboration avec les Nations Unies, avec le gouvernement congolais et les volontaires. »

La Représentante Résidente du PNUD et Coordonnatrice Résidente du Système des Nations Unies en RDC a pris le temps d’écouter chaque témoignage, de visiter les activités des bénéficiaires et d’échanger avec elles. Impressionnée par le courage des personnes qui font vivre le Centre, elle a pu à son tour apporter quelques paroles de réconfort:

« Je suis heureuse de vous rencontrer dans un lieu communautaire entouré de volontaires qui s’occupent du bien-être des femmes. Je vous exprime toute ma solidarité et mes encouragements pour ce que vous faites. Vous êtes un exemple pour toutes les autres femmes » Kim Bolduc

Les hommes ont également pu témoigner des activités qu’ils mènent au centre, du bienfait des diverses formations reçues et de leur engagement contre les violences.

Cette prise en compte des hommes dans les activités du Centre Communautaire Polyvalent a été saluée par Mme Kim Bolduc:

“Je vous félicite d’avoir inclus le dialogue avec les maris dans votre action. Ce dialogue doit être élargi avec tous les hommes pour résoudre le problème des violences. Les Nations Unies n’épargneront aucun effort pour protéger les droits des femmes et les droits de l’homme afin de garantir à toutes et tous de vivre en paix”

Grâce au financement du Ministère des Affaires Mondiales Canada, le programme conjoint holistique dénommé TUPINGE UBAKAJI, « Programme de lutte contre l’impunité, d’appui aux victimes de violences et basées sur le Genre et d’autonomisation des femmes à l’est de la RDC » est une des contributions des Nations Unies à relever le défi de la lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre. Le PNUD, le FNUAP, le BCNUDH et l’UNESCO sont les entités partenaires.

Ce programme a été mis en œuvre au Nord Kivu, Sud-Kivu et en Ituri. Il se distingue par son approche holistique dans ses interventions.

Depuis 2014, 4987 survivantes de violences d’être prises en charge sur le plan médical et psychosocial, 4521 cas de VSBG ont été portés en justice par toutes voies de saisine, et 3679 bénéficiaires ont bénéficié du paquet de réinsertion socio-économique.


Textes et photos: Aude Rossignol / PNUD RDC / 2018