Le Parallèle technologie et biologie : Naissance et disparition d’une espèce

Vous avez peut-être du mal à vous retrouver dans l’ensemble des innovations qui apparaissent à un rythme effréné aujourd’hui. Entre la Réalité Virtuelle, la Réalité Augmentée, les drones, les interfaces Vocales, les chatbots, l’Intelligence Artificielle, pas facile de dissocier les vraies ruptures du bruit passager. L’objectif de cet article est de vous proposer une clé de lecture basée sur la biologie.

Quel est le point commun entre l’Homme de Néandertal et les Google Glasses? On ne sait pas exactement ce qui n’a pas marché, mais ils ont tous deux disparu alors qu’ils semblaient capables de s’imposer. Est-ce une maladie ? Biologique dans le cas de Néandertal, marketing pour les Google Glasses (Glasshole)? Ou un concurrent plus fort? Différentes hypothèses se valent. 
Peut-on trouver d’autres parallèles, même un peu capillotractés entre l’innovation technologique et la biologie? Y aurait-il des enseignements à tirer de l’explosion Cambrienne pour trouver un sens à la Réalité Virtuelle, la Réalité Augmentée, les montres connectées, ou les cafetières intelligentes? 
Pourquoi pas…

Nouveau device = Nouvelle Espèce

Le concept de cycles biologique d’expansion et de rétractation du nombre d’espèces est largement accepté. Il est clair qu’au cours de l’Histoire de notre planète des périodes ont vu de nouvelles espèces apparaitre à un rythme effréné. Tandis que d’autres périodes au contraire ont été témoins de disparition en masse. Ces cycles correspondent aussi à la vision darwinienne de l’Évolution. Dans une période de disparition des espèces, les plus adaptées ( attention fittest ne veut pas dire “plus fort”) survivent et prospèrent. A l’inverse, lors d’une explosion biologique, aussi appelé diversification les nouvelles espèces partent un peu dans toutes les directions. C’est une exploration du champ des possibles.

Photo by Sebastian Spindler on Unsplash

Cela ne vous rappelle rien? Parce qu’aujourd’hui, un nouvel appareil connecté apparait chaque semaine. Sans oublier les nouvelles espèces comme les masques de Réalité Virtuelle, de Réalité Augmentée, les montres intelligentes, les télés 3D. Pourtant aucune de ces innovations semble avoir l’impact que l’iPhone a pu avoir en 2007, ou l’ordinateur personnel en son temps. De là à dire que la cafetière connectée est le concombre de mer de la technologie, il n’y a qu’un pas que nous franchissons allègrement. Nous sommes en pleine diversification. Tout est possible, toutes les idées sont recevables. Les plateformes de crowdfunding permettent aux projets les plus farfelus d’être financés.

Schéma parfaitement scientifique de l’écosystème d’innovation technologique.

On parle beaucoup en biologie d’évolution divergente et convergente. (article Wikipédia ici). La convergence correspond à 2 espèces sans ancêtre commun mais avec beaucoup de caractéristiques communes. Hello Samsung et Apple.

Le concept de the “Next Big Thing” ou NBT

A chaque noeud illustré dans le schéma précédent correspond une innovation qui bouleverse les usages et l’écosystème. Avant l’iPhone, chacun avait besoin d’un ordinateur pour les mails, d’un appareil MP3 (iPod ou autre), d’un téléphone, d’un appareil photo numérique, etc. Puis l’iPhone a remplacé tout cela. Et a créé son propre écosystème, avec les applications venant nourrir sa suprématie et sa domination. L’iPhone 3G est l’Apex prédateur de son temps. C’était The “Next Big Thing” (NBT) quand Steve Jobs l’a révélé au monde dans la célébrissime présentation du 9 Janvier 2007. De la même façon, l’ordinateur personnel a conquis le monde et est devenu indispensable. 
Aujourd’hui malgré tout le bruit et les articles autour de la Réalité Virtuelle, le phénomène n’a pas la même ampleur. Ce n’est pas la révolution qui va écraser toutes les autres, l’espèce qui s’en va dominer la planète et déterminer le destin des autres. Ce n’est pas Homo Sapiens. 
A chaque époque correspond un NBT dont l’apparition est lié à un ensemble de facteurs. Ces facteurs existent également en biologie. On les appelle l’environnement, le climat, les maladies, etc.

Homo Sapiens est aujourd’hui l’espèce dominante sur Terre, pour le meilleur et pour le pire. Il est présent sur tous les continents, toutes les latitudes, tous les climats. Plus encore, ses actions ont une influence majeure sur le destin des autres espèces. Le nombre de bovins présents sur Terre, ainsi que la survie des Gorilles a plus à voir avec le bon vouloir de l’Homme qu’avec les choix de vie de ceux-ci. Yuval Noah Harari l’exprime très bien dans son fantastique livre Homo Deus. De la même façon, l’éco-système entier des applications dépend des équipes App Store et PlayStore d’Apple et Google. On se souvient d’App Gratis, éradiqué de l’App Store du jour au lendemain car Apple ne souhaitait plus le voir apparaitre. L’iPhone a donné à Apple le droit de vie ou de mort sur TOUTES les nouvelles espèces qui sont nées de ce nouveau type d’interface et qui en dépend donc intégralement.

Qu’est-ce qui fait qu’une innovation est le NBT ou non?

  1. Il apparait après une phase de convergence technologique

Si nous reprenons l’exemple de l’iPhone, la progression des technologies de transmission de données sur un réseau mobile (3G, 4G, etc.), la miniaturisation des processeurs, les progrès des écrans de petites tailles, la progression du tactile, la démocratisation des MP3, de l’usage des mails, sont autant de contributions chacune essentielle à l’existence même d’un outil tel que l’iPhone.

2. Il génère des “petits”

Internet. Est-il nécessaire d’élaborer?

Les mails, le e-commerce, les réseaux sociaux, les médias en ligne, et milles autres nouveautés qui se basent sur une innovation-mère, aussi connue sous le nom de World Wide Web.

3. Tout le monde s’y met, le NBT est inévitable

De la même façon qu’Homo Sapiens est présent partout sur Terre, on ne peut échapper au NBT, même si on le souhaite. Il s’étend à l’ensemble de la société qu’il révolutionne. Et des activités complètement annexes se retrouvent directement liées, transformées et dépendantes au NBT.

Quand est-ce que vous avez été en agence de voyage pour acheter un billet d’avion ou de train pour la dernière fois? Même les impôts passent uniquement par Internet en 2017.

4. Il “tue” la concurrence

Le NBT est tellement dominant qu’il écrase les différentes innovations qui ont pu profiter de la phase de divergence, d’exploration. Dans le cimetière des bonnes idées qui n’ont pas résisté à un NBT : le Minitel, le “smartphone” façon BlackBerry, les Personal Digital Assistant (PDA), les lecteurs MP3 indépendants, Yahoo!, bientôt les Taxis.

5. Son cycle de vie est plus long que les autres innovations

Le Smartphone façon iPhone est là depuis 10ans, il domine encore le marché de l’électronique. A l’inverse, les ventes de drones personnels sont déjà en baisse, les caméras d’actions comme celles de GoPro ne se portent pas très bien, etc. Le NBT n’est pas une mode. Le NBT est une révolution.

Quel est le prochain Next Big Thing?

Si je devais prendre un pari, je miserai sur l’Ubiquitous computing. Il s’agit d’interfaces omniprésentes, sans friction. Imaginez que votre table devienne votre écran d’ordinateur, avec vos dossiers, vos préférences, vos goûts quand vous en avez besoin, et redevienne une table quand vous ne l’utilisez plus. Pareil pour votre miroir de salle de bain, l’accoudoir de votre fauteuil, le côté du siège de votre véhicule. 
Pourquoi?

Parce que c’est la convergence d’explorations diverses et de technologies qui arriveront à maturité d’ici 5 à 10 ans :

L’Ubiquitous computing réunit l’intelligence artificielle, la personnalisation au plus haut degré, donc le Big Data, mais aussi la reconnaissance d’image, la Réalité Augmentée, les Réalités Mixtes, ou encore l’interface vocale. 
De plus, en tant que NBT, il permettra la création de tout un écosystème de services, de technologies, d’entreprises même, basé sur ses capacités. 
Enfin, le jour où l’Ubiquitous computing sera possible, il remplacera tous les écrans, à l’exception peut-être de notre smartphone. Fini l’ordinateur de bureau, l’ordinateur portable, la tablette hydride, la télévision, le rétroprojecteur de salle de réunion etc. Bienvenue dans l’air des interfaces intelligentes et sans friction. Bienvenue dans un monde où la technologie disparait en arrière plan quand je ne l’utilise pas. Bienvenue dans le Next Big Thing.

Bibliographie :