Pramana était à l’AWS Summit 2019 de Paris. Petite revue de l’événement à travers le regard de nos consultants…

En l’espace de quelques années, Amazon est devenu par le biais de sa division AWS (Amazon Web Services) un acteur incontournable du monde du cloud computing. Depuis une demi-décennie déjà, la firme de Seattle pose ses valises à Paris à l’occasion de l’AWS Summit qui est aujourd’hui le rendez-vous annuel français le plus important de l’entreprise. C’est à cette occasion que Pramana, dans le cadre de son offre d’architecture cloud s’est rendue le 2 avril dernier au Palais des Congrès de Paris, lieux où s’est déroulée l’édition 2019 de l’AWS Summit.

Mais avant toute chose, qu’est-ce que l’AWS Summit ? Il s’agit d’un salon d’une journée, où se rencontrent les acteurs majeurs de la plateforme (Amazon, ses clients et les fournisseurs) et où se déroulent de multiples présentations, que ce soit d’éditeurs logiciels ou encore d’ingénieurs d’Amazon. Les présentations sont réparties par thématiques et par niveaux de connaissance de la plateforme, permettant aux moins initiés comme aux plus expérimentés d’y trouver leur compte.

L’édition de cette année fût construite autour de quatre grands thèmes : le machine learning, l’architecture hybride, la migration de bases de données et enfin, la sécurité. Ce choix de programmation n’a rien de surprenant. Il s’agit principalement de sujets destinés aux entreprises envisageant d’utiliser le cloud public ou utilisant l’infrastructure du géant américain depuis peu (à l’exception du machine learning, sujet un peu plus exotique mais servant de vitrine technologique). La position d’Amazon est donc claire : l’entreprise souhaite renforcer sa position de leader du secteur en attirant de nouveaux utilisateurs encore réfractaires à ce modèle économique et fidéliser ceux actuels en les rassurant quant à la viabilité de la plateforme.

Il semblerait d’ailleurs que cela fonctionne puisqu’environ 6000 visiteurs étaient présents dans les allées du Palais des Congrès de Paris (dont Pramana), un nombre à la hauteur de l’intérêt que portent les entreprises françaises au cloud computing. En témoigne la salle comble lors de l’évènement.

Se tenant seulement une semaine après l’édition Américaine de Santa Clara, il fût logique que l’AWS Summit de Paris soit avare en annonces. On retiendra principalement de cette conférence d’ouverture un partenariat entre Amazon et l’Ecole d’Affaires publiques de Sciences Po dont l’objectif sera de réaliser, via les outils du fournisseur cloud, des prototypes dans les domaines de la santé des personnes âgées, la mobilité des citoyens et la gestion des Jeux olympiques de 2024. Un bon moyen pour Amazon de s’intégrer un peu plus dans le secteur public. Gameloft, Euler Hermès ainsi que Dataiku sont aussi venus sur scène pour ajouter leur touche personnelle au show et partager leur utilisation du cloud d’Amazon. Des présentations très intéressantes permettant d’avoir une bonne image des capacités offertes par AWS dans des domaines d’activités relativement différents.

L’après Keynote fût organisé sous la forme de sessions, animées par Amazon et une multitude d’entreprises exploitant la plateforme. Nous retiendrons notamment le retour d’expérience d’Enedis, filiale d’EDF chargée de la gestion et de l’aménagement de la quasi-totalité du réseau de distribution d’électricité en France. Ce fût l’occasion, pour cette entreprise que Pramana accompagne depuis quelques années déjà dans sa migration vers le cloud public, de présenter le projet SmartConnect, projet ayant pour objectif de collecter et transmettre les données issues d’objets communiquant et de fournir des services de gestion et de supervision de ceux-ci. Ce projet, entièrement hébergé sur AWS représente parfaitement l’augmentation de la confiance des entreprises françaises envers le cloud public, confiance accélérant les politiques de bascules progressives des projets dans le nuage (notamment celui d’Amazon dans le cas d’Enedis).

Les startups étaient également à l’honneur puisque le premier étage du Palais des Congrès accueillait pas moins de 36 exposants venant d’horizons différents. Il était ainsi possible de discuter avec eux ou encore d’assister à des talkshows pour découvrir comment ces startups construisent et accélèrent leur croissance à l’aide d’AWS. Pour accompagner ce beau monde, le premier étage accueillait aussi l’AWS DeepRacer League, premier championnat mondial de voitures autonomes remporté, pour cette édition parisienne, par un étudiant de l’Université de Technologie de Troyes, fournisseuse de talents de Pramana.

Que retenir finalement de cette édition 2019 ? L’ouverture des acteurs du secteur public français à AWS témoigne d’un gain de confiance général vis-à-vis du cloud computing. Cependant, nul ne pourra contredire que le fait le plus marquant restera le nombre impressionnant de visiteurs. Le cloud public est un sujet qui intéresse beaucoup le secteur informatique français et cela se voit. Au-delà de cet intérêt certain, beaucoup de questions subsistes sur le « comment faire » et sur la sécurisation de ces infrastructures. C’est pour lever ces zones d’ombres et aider les acteurs du privé comme du public à aborder leur virage technologique vers le cloud que Pramana accompagne ses partenaires, tout en veillant à conserver l’humain au cœur de ces projets, fidèle à sa devise #NOROBOTS.

En espérant vous croiser lors de l’édition de 2020.

Rémi BERAUX
Consultant en Architecture Technique chez Pramana