Demain tous formés au numérique ?

Pouvons-nous légitimement espérer, d’ici quelques années, un accès au numérique pour tous et une formation appropriée à chaque public sur tout notre territoire ? A l’heure d’un monde hyper informatisé dans lequel les objets connectés sont en train d’envahir notre quotidien, nous sommes tous en droit de poser cette question essentielle et surtout d’espérer des réponses. Et malheureusement, il faut bien reconnaître que l’accès au numérique pour tous sur tout notre territoire, ce n’est pas pour tout de suite. Nous observons une fracture numérique et sociale immense suivant les régions, les départements, les villes et bien sûr les populations. Le discours politique est une chose, la réalité du terrain en est une autre. Aujourd’hui, de nombreuses personnes sont complètement laissées de côté, soit par des infrastructures techniques inexistantes ou défaillantes (absence de réseau, 4G, adsl, fibre optique…) soit par l’impossibilité d’avoir accès à une véritable formation adaptée à son profil (sénior, enfant, salarié, demandeur d’emploi, dirigeant etc…).

Oui tout le monde est concerné et disons le tout de suite, aucune personne au monde ne peut prétendre connaître absolument toutes les facettes du monde numérique et informatique. Ce qui reviendrait à dire qu’un être humain aurait exploré tout l’univers. Oui les ressources de notre monde informatique sont presque aujourd’hui aussi illimitées que celles de l’univers. Peut-être demain l’intelligence artificielle aura tout envahi, la vie éternelle sera devenue aussi une réalité ! Ce vaste monde ne semble plus, aujourd’hui, avoir de limites. Et pourtant, du matin au soir, nous continuons d’entendre trop souvent, par-ci, par-là, que l’informatique c’est simple, Internet également, qu’il suffirait presque d’appuyer sur un seul bouton et que tout fonctionnerait ensuite tout seul. La publicité est évidemment passée par là : pas une seule pub high tech ne nous vantant pas la soi-disant facilité d’utilisation de tel outil numérique, pas un seul homme politique ne nous décrivant pas les qualités de cet univers aux possibilités infinies mais facilement maitrisables (même si certains sites administratifs de l’état sont parfois dépassés, confus, à l’ergonomie compliquée et souvent piratables par des personnes malintentionnés mais apparemment chuttttt il ne faut rien dire), pas un enfant, un adolescent ne nous expliquant pas que l’informatique c’est très simple, sauf qu’à l’arrivée, là aussi, malheureusement, c’est la jeunesse qui se fait trop souvent voler ses photos et données personnelles, sans parler du harcèlement numérique et du danger que représente de nombreux sites de manipulation, d’endoctrinement de nos enfants. Et oui tout ça n’est pas si simple. L’informatique, le numérique, ça s’apprend mais pas seulement en sachant faire un clic droit et un clic gauche.

Actuellement c’est tout le problème, l’informatique fait appel à de nombreux savoirs divers, certes techniques mais pas seulement. Cela demande aussi de connaître le langage numérique nécessaire, les codes médiatiques, journalistiques, artistiques et de nombreuses règles absolument pas seulement inhérentes à la technique. Combien de personnes sachant se servir parfaitement de la technique (notamment chez les plus jeunes) sont malheureusement incapables de dissocier le vrai du faux sur certains sites ? Oui ce monde-là fait appel à de nombreux savoirs complémentaires et c’est là que l’accès à la formation doit être majeur. Ce n’est pas uniquement la technique qui vous permettra de comprendre ce monde-là et maîtriser votre ordinateur, mais ce sont aussi, je le répète, les règles journalistiques, le langage numérique, les connaissances médiatiques, artistiques, culturelles informatiques…, c’est fondamental. Oui l’apprentissage de cet univers dépend de ces différentes connaissances à acquérir et toute l’importance de la formation est là. Apprendre la souris, le pavé tactile c’est bien mais pour en faire quoi ? N’oublions jamais, l’informatique n’est qu’un outil, comme un crayon ou un pinceau et nous devons surtout apprendre à l’utiliser, savoir quoi en faire, où cliquer et où naviguer. C’est nous qui en faisons un outil bénéfique ou néfaste. Nous devons mettre en marche notre gps personnel afin de pouvoir nous balader en toute sérénité dans ce dédale et cette profusion infinie d’informations, de sons et d’images.

J’en profite pour citer quelques exemples éloquents du manque de formation numérique dans notre société. Au cours du mois de mai, différents médias ont beaucoup parlé d’un virus appelé wannacry (ransomware) qui a infecté de nombreuses machines à travers le monde. Ils ont couvert cette information anxiogène pour beaucoup de personnes, sans jamais expliquer précisément un minimum les causes de cette attaque puissante et mondiale. En effet, il était absolument édifiant dans cette histoire que de nombreuses grandes entreprises, hôpitaux… soient touchés par ce virus à cause de leur système totalement obsolète (Windows XP) et de l’absence de sa mises à jour. https://fr.wikipedia.org/wiki/WannaCry.

Tout simplement incompréhensible et surtout inconscient quand on travaille pour de telles grandes structures et notamment des hôpitaux. Leurs ordinateurs étaient devenus des passoires à ciel ouvert pour toute sorte de virus dangereux.

Mais comment se fait-il qu’en 2017, des personnes à la tête de grandes entreprises privées et structures publiques continuent d’utiliser des logiciels, systèmes d’exploitation obsolètes, rarement mis à jour et qui mettent en danger leur établissement ? C’est sidérant. On ne le dira jamais assez mais un ordinateur rarement mis à jour, à tous les niveaux, est un ordinateur en grand danger ainsi que toutes vos données. Et bien pourtant, certaines grandes boîtes continuent encore d’utiliser ces systèmes et logiciels plus adaptés. Effarant et effrayant dans un monde numérique. Autre exemple, récemment un chef d’entreprise, nous expliquait au cours d’un journal télévisé d’une grande chaine, que son entreprise allait fermer car son ordinateur avait été piraté et que toutes ses données avaient été perdues. Là aussi incroyable et surréaliste, comment un chef d’entreprise n’a-t-il pas un seul instant pensé à sauvegarder toutes ses données sur différents supports externes et réseaux différents ? Là aussi malheureusement, un manque de formation qui peut être fatal.

Quant au langage, les mots de cet univers doivent aussi être appris et utilisés à bon escient pour qu’enfin, on parle tous la même langue lorsqu’on évoque un point précis de ce monde-là. Combien de publicités n’utilisent même pas le bon terme pour nous vendre un logiciel ou un ordinateur ? Combien de personnes, malheureusement, ne connaissent pas les touches du clavier, le nom des symboles, caractères… ? Combien, malheureusement, ne connaissent pas les noms, par exemple, de ces deux caractères très utilisés dans les URL des sites et adresses e-mails : « — » et « _ ». On entend très souvent pour désigner ces caractères, tiret du 6 et tiret du 8 alors que tout cela ne peut apporter que de la confusion suivant le clavier que nous possédons et aussi suivant notre interlocuteur. Pourtant, il existe des termes simples et universels pour nommer ces caractères. Comment peut-on, dans de telles conditions, échanger et se comprendre, surtout dans un monde numérique aussi complexe ? Si nous ne possédons pas un langage commun, comment pouvons-nous surtout utiliser le numérique à des fins constructives et enrichissantes ? Même certains personnels de services de sites de l’état ne sont pas assez formés et sont bien trop souvent incapables de répondre aux questions techniques spécifiques du public (pôle emploi, caf, améli…) et je ne parle même pas de l’envoi de pièces jointes parfois très difficile par ces sites. Quant aux diverses hotlines, elles sont trop souvent tout simplement effrayantes pour le consommateur, avec certains soi-disant techniciens qui parfois ne connaissent pas eux mêmes les bons termes pour expliquer aux clients… Hallucinant !

Et enfin, que dire de certains fournisseurs d’accès internet souvent malheureusement incapables d’accéder aux requêtes du public, à cause de moyens techniques défaillants, utilisant des arguments commerciaux parfois mensongers (oui vous pouvez avoir ce service numérique mais en fait non vous ne pouvez pas l’avoir car votre ligne ne le vous permet pas etc etc). Et oui, c’est malheureusement dans ce monde numérique là qu’il va falloir se frayer un chemin pour éviter le maximum d’obstacles dans nos recherches, nos paiements, nos multiples navigations diverses. Alors qu’est-ce qu’on attend pour que, demain, tous les publics soient enfin formés au numérique ou alors, nous résignerons-nous, à devenir des proies faciles pour tout manipulateur, pirate numérique et site dangereux ? Est-ce que notre société cherche vraiment cela ? Certainement pas. Bien alors, qu’elle nous le démontre en donnant les moyens techniques et humains, à tous les publics, sans exception, d’avoir accès à une connexion et formation digne de ce nom. Et une formation vraiment complète digne de ce nom, ça se paye aussi. Comme tout service de qualité. On ne devient pas familier et à l’aise avec l’outil informatique avec une simple formation de base pour manipuler uniquement la souris et 2/3 fenêtres par-ci, par-là. Avec cela, l’apprentissage informatique est vite limité mais malheureusement, c’est ce qu’on continue à constater beaucoup trop souvent sur notre territoire. Comme si une simple initiation était suffisante pour acquérir les bases nécessaires à la connaissance de cet univers complexe et à une navigation sécurisée sur Internet. Qui peut croire aujourd’hui qu’on peut savoir télécharger n’importe quel fichier et numériser n’importe quel document comme cela, avec un simple clic de souris, sans formation plus poussée sur ces outils ? Combien de personnes « galèrent » malheureusement, régulièrement, pour effectuer des démarches administratives en ligne ?

Pour conclure, j’ajouterais que le numérique a aujourd’hui presque tout envahi, ce n’est qu’un début, mais peu de personnes sont malheureusement formés et ont pu bénéficier de véritables formations élaborées et structurées prenant en compte tous les paramètres de l’outil informatique. Si vous ne maitrisez pas la technique, vous aurez de grosses difficultés pour vous en sortir mais si vous ne maîtrisez pas non plus les aspects culturels divers, journalistiques, médiatiques, visuels, sonores, publicitaires etc, vous risquez également de nombreux problèmes importants : piratage, falsification d’informations, virus, malware, phishing… Sans oublier le langage de base, les règles élémentaires de précaution qu’il vous faudra acquérir pour éviter les manipulateurs en tout genre qui rodent sur le net. Ca aussi cela s’apprend. Mais, rassurez-vous, si vous réussissez à acquérir toutes ces connaissances indispensables pour vous frayer un chemin dans cet univers complexe, alors n’ayez crainte mesdames, messieurs, un monde merveilleux, s’ouvrira devant vos yeux ébahis, facilitera votre quotidien et vous permettra de découvrir toutes les beautés de notre monde… si vous évitez bien sûr les commentaires des réseaux sociaux mais ceci est une autre histoire.

L’équipe de Provence Multimédia

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.