Avons nous foiré Internet ?

Pour ma part, je pense que oui, on s’est totalement planté. Certes y’a du bon mais ces derniers temps y’a surtout beaucoup de mauvais. Comme le disent si bien les vieux : «C’était mieux avant !». Mais qu’est-ce qui était mieux avant qui ne l’est plus maintenant ? Qu’est-ce qui a fait que moi, gamin du Web désormais jeune adulte, arrive à me dire que «Internet, c’est plus pareil» ? Surtout, quelles sont les erreurs qu’on a commises ?

Attention toutefois, y’a pas mal de choses qui vont sembler très élitistes et qui pourront même choquer la plupart d’entre vous, donc gardez votre acide pour vous ou alors cracher le sur votre voisin (ça se trouve il écoute du Justin Bieber en cachette) !

Ouais mais, c’était quoi Internet avant ?

On va éviter de prendre des chemins détournés à grands coup de «Non mais ouais, tu sais, à l’époque c’était cool man ! Tu pouvais aller sur des forums pour parler avec des potes et on discutait sur MSN ! Même qu’on s’envoyait des Wizz !» (Même si je viens de le faire) mais à l’époque, oui, Internet rappelez-vous, c’était ça :

  • MSN Messenger avec MSN+ si tu voulais être in avec tes smiley custom et pour pourrir tes potes de Wizz
  • - Des forums en veux-tu en voilà portant sur tous les sujets avec de la modération bien lourde et un respect scrupuleux de la Netiquette
  • - Des Skyblogs à la pelle pour tout et surtout n’importe quoi
  • - MySpace qui voit poindre le bout de son nez
  • - Kazaa, eDonkey, eMule pour télécharger ton film en, accroche-toi, 10h si t’es patient !
  • - Napster pour ta musique (avant que ça ferme)

- mIRC (IRC pour les intimes) avec ses salons par serveur où t’allais discuter IT d’un côté (EpikNet #informatique) ou organiser ton 5v5 sur CS 1.6/1.5 de l’autre (QuakeNet)

  • - Tout ce qui se passait sur /b/ restait sur /b/
  • - Ton adresse email qui se finissait en @wanadoo.fr, @hotmail.com ou encore en @voila.fr
  • - Mr LeNeuf te haïssait
  • - Si t’avais Free, t’avais pas tout compris
  • - Lycos allait encore chercher
  • - Google n’était pas encore ton ami
  • - Wikipédia n’était pas encore là.

Ça c’était il y’a 15 ans et vous savez quoi, je regrette l’Internet de maintenant. Cet Internet de l’époque, il était certes un peu désuet mais il était bien. (C’est à ce moment là que vous pouvez sortir vos petits cailloux pointus car oui, je vais le dire) Il était bien cet Internet car il était *élitiste* (Ça y est je l’ai dit ! Maintenant vous pouvez soit fermer votre fenêtre navigateur, soit continuer).

Un Internet élitiste du passé vers un (sic) Internet autiste du présent

Ok. OK ! Autiste est un grand (gros) mot. J’aurais pu dire assisté, fade, imposant, laxiste comme j’aurais pu dire TROP accessible.

Une journée type sur Internet il y a 15 ans c’était parfois une aventure qui pouvait durer des heures ! Imagine toi, oui toi le lecteur derrière ton écran qui maintenant avec les technos 2.0 tu cherches la recette de la « parfaite Forêt Noire «comme le faisait ma grand mère allemande»» (et encore, j’évite les fautes d’orthographe) ; tu fais quoi ? Illico Google Search, ça te renvoie directe vers Marmiton, 750g ou encore Pinterest. Et là c’est le Grall en 3 minutes !

Il y a 15 ans c’était ça :

  • La barre d’adresse n’est PAS une barre de recherche donc tu tapes www.google.fr (Pro Tip : à l’époque et comme toujours maintenant tu pouvais mettre par défaut une page au chargement, essaie c’est trop pratique ;) )
  • - Tu tapes sur le seul champ texte «Forêt Noire» et tu ne cliques JAMAIS sur «J’ai de la chance»
  • - Tu parcours la liste de fragments de recettes issues de 15 forums différents.
  • - Tu t’inscrits sur celui qui te paraît être le plus crédible
  • - Tu fais ta présentation en français assez correcte avant de pouvoir poster une réponse sur la recette qui t’intrigues
  • - Répéter ces opérations par recettes / forums.
  • Temps total : 4h et t’es même pas sûr s’il faut 4 ou 6 oeufs et de la réelle quantité de farine (Tattie-Gateaux59 ne t’as pas répondu assez rapidement)… Mais quelle aventure !

Ok je m’emporte un peu mais dans le fond, pas mal de choses ont changé. Le Web sémantique et le SEO (Optimisation des moteurs de recherche) rendent les choses tellement accessibles qu’au final, cet outil qui reliait les gens à des gens par des idées ne relie plus que des gens à des données, et leurs idées, il y a une app pour ça : Facebook (ou Twitter si ton âme tient en 140 caractères)

Les réseaux sociaux. Car c’est en faisant rentrer n’importe qui que ça devient n’importe quoi…

Like, #hashtags, tweet, +1 et j’en passe… Ces termes on les connait. Ils sont récents et à eux seuls ils ont montré comment Internet a changé. Du «Big up lach ton coms» au «1 Like si t’es d’accord, 1 Partage si t’es un vrai» il n’y a qu’un pas. Et on l’a fait.

Petite parenthèse : qui a connu cette époque bénie où Facebook bah, c’était pas un Skyblog d’ado géant ? Vous savez, ce court instant de calme qui a duré deux ans où on comprenait pas la différence avec Copains d’Avant ? Mais si, allez, y’avait pas encore FarmVille et King’s Game n’avait pas encore les moyens de faire Candy Crush <Anything> ! Et bah, ce Facebook là, l’ancien, celui d’il y a près de 10ans (8 pour moi) il était génial !

Bref, revenons à nos moutons. Les réseaux sociaux c’est pas le mal. Mais c’est pas le bien non plus. C’est juste que c’est «le truc» qui a fait que l’Internet d’aujourd’hui est ce qu’il est : un immense clusterfuck de datas à tout va, de l’info qu’on a pas le temps de lire, des vidéos de chatons «qu’il sont trop mimis», des distractions dans tous les sens, des gens qu’on aimerait même pas connaitre, des amis plus virtuels que réels, des échanges de stickers plutôt que de vrais sentiments… Internet maintenant, c’est un Tamagochi ™ à grand échelle que tu gardes dans ta poche, sur ton smartphone.

«Mais si je n’actualise pas mon statut toutes les heures il meurt»

Vous voulez continuer à vivre proprement, il n’y a PAS d’app pour ça ! Ah le smartphone ! À l’heure où j’écris, la cybersphère entre en ébullition pour savoir si 700€ est un prix exorbitant pour un casque de réalité virtuelle mais pas pour un smartphone. Je ne donnerai pas mon avis là dessus (d’ailleurs je préfère la réalité). Par contre sur ce petit truc qui tient dans ta main, avec lequel tu joues tout le temps et qui t’énerves toi ou ton/ta partenaire quand il a plus de pile (je parle bien sûr de ton superbe téléphone) j’ai à dire. Comme dirait l’autre «C’est une révolution !», enfin, c’était.

À l’époque c’était juste trop hype d’avoir un portable qui faisait des photos et on avait pas 32Go pour stocker notre vie. Aujourd’hui, si t’as pas un smarphone, t’as un frigo. Je ne dis pas que le smartphone est un problème ; je dis juste que donner un ordinateur complet avec un accès internet permanent qui rentre dans ta poche à tout le monde, c’est un peu comme laisser une lame de rasoir à un bébé ; tu sais pas ce qu’il va se passer mais ça ne sera sûrement pas joli joli.

Et c’est pas joli joli du tout en ce moment. Internet n’est pas né, pour ma part, pour accrocher des gens à des objets mais pour connecter les gens. Internet n’est pas né pour exposer au monde entier ton repas, ton bébé, ton tatouage, ta cicatrice, ton sexe, tes boobs ou ce que tu veux ! Mais apparemment, d’après SnapChat, Facebook, 9Gag, Instagram ou autre, ça l’est, et ça me désole. Désormais, les gens ont besoin de consulter leur téléphone sans cesse. Comme une drogue. Dure. Pire : Internet est une drogue. Douce pour ceux qui y sont habitués, dure pour les autres…

Ce que j’en pense.

Voilà c’est quoi Internet maintenant : des zombies devant leur(s) écran, nourrissant un flot constant de données, se nourrissant de ce même flot de données, oubliant le réel et pensant que le virtuel peut apporter toutes les solutions (divertissement ? Internet a la solution ! Film pour ce soir ? Netflix ! Musique ? Soundcloud ou Spotify ! Sexe ? Pr0n ou Netflix and Chill ! Et j’en passe). Mais à qui ça rapporte tout ça ? À plein de monde mais ça sera l’histoire d’un autre billet.

Je ne dis pas qu’Internet va mal. Au contraire il va même trop bien ! C’est un ado incontrôlable qui se cherche et qui ne sait pas où il va. C’est à nous, parent de ce sale gosse d’apprendre à se comporter. D’éviter de lui faire dire des bêtises à tout va et de lui permettre de grandir proprement. Tout le monde en profitera et tout le monde sera content. Du moins, j’espère.