Le Fitampoha de Menabe, dans la tribu de Sakalava.

Dans chaque région de Madagascar existe un rituel de vénération des défunts, consistant à chouchouter les ancêtres. Pour la majorité des Malagasy les ancêtres qui résident dans l’au-delà sont les intermédiaires entre le divinité « Zanahary » et les vivants, donc les autochtones leurs accordent une place primordiale.

Le Fitampoha, par définition

Fitampoha ou bain de reliques royales, est une cérémonie traditionnelle pratiqué par la tribu du Sakalava dans la Région du Menabe.

C’est à dire dans l’ouest de l’île et du Boeny dans le Nord-Ouest. Ce pratique consiste à nettoyer les ossements des défunts roi qui jadis régnés sur le royaume des Sakalava, ainsi que de l’imbiber d’huile aromatiser, et de miel ; cela dont le but de chouchouter les ancêtres royaux et montrer un respect envers celui si, et quémander leurs bénédiction.

Historique

Autrefois ce rituel sur le culte des morts se pratiquait annuellement, cela depuis le 17ème siècle et ce fut le Roi Anrdiandahifotsy qui en est à l’origine. Mais durant l’époque coloniale ce rituel a été presque banni et devenu praticable seulement qu’après une dizaine d’année. Ce rite étant accompagné d’un tenu traditionnel évidement.

Actuellement la tribu du Menabe organise ce rite tous les cinq ans, et mise à part le culte des morts, le Fitampoha est aussi une grande fête de célébration.

Depuis sa naissance, cette coutume s’est toujours étaler sur 7 jours.

En ce qui est des jours qui précèdent la première semaine, cela se traduit par le regroupement des invités venant dans toute la région du Menabe, ainsi que les habitants de Belo sur Tsiribina.

Déroulement proprement dit :

Le commencement de la cérémonie se définisse par une grande célébration en l’honneur de la tribu et de la célébration elle même, d’ou viande de zébu et alcool s’entasse pour satisfaire l’appétit de tout tribu. Cela étant suivit d’une music traditionnelle.

Puis, le 5ème jours, c’est à ce moment que les reliques royales ou le «Dady » bien conservés dans le « Zomba » ou case royale sont amenées sur l’îlot d’Ampasy pour y être lavées ou souvent lavées sur la plage du Belo sur Tsiribina.

Depuis le commencement du Fitampoha, il est tabou d’utiliser la rivière à un usage habituel jusqu’à son aboutissement.
Le 6ème jours du rite, il réside un coutume pratiqué pendant la cérémonie du soir que l’on appelle « Tsanga-tsanga ». Cela insinuant, qu’une femme se doit de s’offrir à la demande qui lui est assigné.

Puis, le 7ème jours à la fin concerne le séchage, puis on enduit d’huile de « zébu » les ossements qui vienne d’être lavé.

Lors du déplacement des reliques sont autorisés à approcher les gendres du roi, la femme habités par l’esprit, ceux qui sont chargé de porter les reliques et celle à qui est choisi pour le bain. Bien après le séchage, les ossements sont induit de huile de zébu aromatisé, et est ramenée dans la case royale le « zomba » là ou elle y est conservée.

Cet article vous est offert par Madagascar Tropic Voyage

Like what you read? Give Madagascar Tropic Voyage a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.