Point de vue intéressant sur le nouveau monde du travail : entrepreneur/indépendant/salarié… Chacun…
Sophie R
11

Merci Sophie pour ce retour d’expérience.

Tu as raison, il est possible pour l’indépendant de se protéger en s’organisant, et sélectionnant les clients, en apprenant à dire “non”. Pour autant, l’indépendant n’est pas à l’abri que la situation lui échappe, et je pense qu’il est quelque part toujours un peu en tiraillé entre le fait d’accompagner le client, et le fait de se protéger. Cela dit, avec 95% de mes clients j’ai une relation tout ce qu’il y a de plus apaisée et agréable, mais il suffit d’une ou deux relations compliquées, me semble-t-il, pour que le ressenti général de l’expérience se dégrade et que cela impacte durablement le bien-être de l’individu.

Maintenant, tu fais bien de rappeler que chaque cas de figure est unique, et que ce n’est pas parce que cela se passe d’une certaine manière pour une personne, que ce sera le cas pour tous.

Pour ce qui est d’Emmanuel Macron, tu mets le doigts sur quelque chose de juste, je crois qu’il propose d’améliorer la couverture sociale pour les entrepreneurs. C’est un point à mettre à son crédit. Mais je trouve sa propension à sur-valoriser le statut de l’indépendant et à en permanence mettre celui-ci, ou l’entrepreneur, sur un piédestal, trompeur. En tout cas, son discours très offensif sur le sujet me gêne et ne me paraît refléter qu’une partie de la réalité de ce qu’est la vie d’un entrepreneur.

Ce que je souhaitais faire avec cet article c’était plus lever le voile sur tout un aspect de l’indépendance / entrepreneuriat dont on parle peu ou pas. Mais peut-être m’y suis-je mal pris ou n’ai-je pas atteint mon but… ;)

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.