Twagiramungu Faustin — Un Defi de Taille


Il n’est pas facile qu’après tant de moments sombres de notre histoire jalonnée de tant de crises et de violences ayant contribué au chaos et surtout à la perte de vies humaines par millions, nous puissions réaliser ce rêve d’un Rwanda uni et réconcilié. Cependant, nous sommes déterminés à le faire et nous devons à tout prix réussir ce pari. Aussi, atteindre ce but de vivre en parfaite harmonie suppose-t-il qu’il faille éliminer préalablement les obstacles devenus tradition dans la politique rwandaise.

Twagiramungu Faustin Président du Parti RDI Rwanda Rwiza (Rwandan Dream Initiative). Ancien Premier Ministre du Rwanda.

L’un des défis majeurs n’est autre que le conflit dit « ethnique », à savoir le conflit présenté erronément dans les médias, par les chercheurs et par les organisations internationales comme un confit plutôt

« tribal », car il se passe malheureusement entre ceux qu’il est convenu d’appeler les Bahutu et les Batutsi. Il est vrai que ce conflit entre les deux principales composantes de la société rwandaise est une réalité historique et sociologique de notre peuple, mais il est loin d’être tribal. Aussi, devrions-nous reconnaître honnêtement qu’en un certain moment de notre histoire récente, il a cessé d’être un conflit entre les Bahutu et les Batutsi pour devenir un instrument de conquête du pouvoir rwandais tout court!

La question fondamentale qui se pose est de savoir si nous avons la force, mais aussi la volonté et les moyens de résoudre ce conflit. La réponse est tout simplement affirmative. Il nous faut ce courage de nous regarder les yeux dans les yeux, d’oser nous dire la vérité et d’affirmer avec conviction en guise de conclusion que nous sommes un même peuple, un peuple uni par notre langue et nos coutumes. Nous mettrons un terme définitif au conflit hutu-tutsi, non seulement en nous disant la vérité, mais aussi en confirmant avec fierté notre identité.

Pour mettre en place un Rwanda de notre rêve, Rwanda rwiza, et le léguer aux générations futures, nous avons le devoir de convenir dans un proche avenir des mécanismes appropriés pour consigner dans une nouvelle constitution la ferme volonté des Rwandais de vivre ensemble dans un pays où ses composantes résolvent pacifiquement les conflits pouvant surgir entre elles.

Nous ne pouvons prétendre établir un système démocratique fiable dans notre pays, sans avoir préalablement mis en place un espace de liberté pour tous, et sans avoir affirmé solennellement que notre avenir ne sera garanti que par une coexistence pacifique entre les Rwandais.

Il est important de faire remarquer que si le conflit hutu-tutsi n’était pas résolu, les violences récurrentes seraient toujours menaçantes et les mouvements de réfugiés rwandais inévitables, avec leur cortège de malheurs dans les pays d’accueil, surtout africains. Il est tout aussi impératif de résoudre définitivement la question des réfugiés rwandais, non seulement en créant un espace de liberté dans notre pays, mais aussi en faisant de la vérité une valeur citoyenne pour construire le Rwanda sur des bases solides. En particulier, un véritable état de droit doit être instauré en vue de combattre l’impunité, de faire régner la démocratie et la justice pour tous, et de garantir à chaque fille et à chaque fils du Rwanda le bien-être quotidien et des lendemains meilleurs.

Tel est le « Rwandan dream ».