FICHONS-LEUR LE PET !

Ça y est, la décision a été rendue par la Cour d’Appel de Marseille. Beaucoup se languissaient de savoir si, oui ou non, notre Bébert Ménard (front) national pourrait ficher nos chiens. Et la réponse est dans la question… Oui et non. L’obligation faite aux maîtres de ficher leurs cabots est interdite, mais dans l’idée, la mairie peut quand même les ficher. Pas clair ? Pas de problème, Vitriol fait le point.

À Béziers, on a peur que les cacas fassent pousser la barbe

Explications. Ou plutôt, avant les explications, retour en arrière.

En avril 2016, Bob Ménard, le maire de Béziers, avait exigé que les propriétaires de chiens, prennent les dispositions nécessaires pour permettre le fichage de leur animal. L’objectif ? Retrouver les maitres qui leur font faire caca dans les rues sans ramasser.

Pour info, le Bébert, raciste notoire, surfe sans cesse sur la peur de l’immigration, du grand remplacement et veut armer ses policiers municipaux jusqu’aux canines. Donc ficher les cabots… ça n’étonne pas tellement.

Bon, et donc, le préfet de l’Hérault avait saisi le tribunal administratif pour faire interdire cet arrêté. En première instance, celui-ci avait été suspendu. Mais en appel, la cour de Marseille a rendu un arrêt alambiqué.

Panique et pas propre

Et pour tout vous dire, ça a semé la panique dans les titres de presse. Ni une ni deux, Paris Match annonce que le fichage est interdit, très vite suivi par Europe 1. Ceci étant, les deux boîtes ont le même maître (Lagardère), du coup c’est lui qui se fera poursuivre s’ils font caca partout. Voudrait-il se rassurer ? Peut-être, vu les lignes éditoriales du groupe, on a bien compris que Lagardère n’avait pas tellement envie de ramasser.

Mais d’autres, BFM et France 3 notamment, assurent de leur côté que si si, l’édile de Béziers pourra ficher les meilleurs amis de l’homme.

Et la bonne réponse est…

Au fond, les deux positions sont justes, avec un petit plus pour… les meilleurs amis de Lagardère. D’un côté, la cour écrit clairement que « la requête de la mairie est rejetée ».

Mais de l’autre, et là ça se complique, elle ajoute qu’obliger les maîtres à identifier génétiquement leurs bébêtes est disproportionné par rapport à l’objectif de l’arrêté. Qui est, rappelons-le c’est trop beau, de retrouver les vilains maîtres qui ne ramassent pas les cacas canins.

Trop content de son sursis, le malin Ménard s’en est réjoui. De fait, le bougre qui n’est pas homme à lâcher prise facilement, a juré mordicus qu’il allait prendre contact avec la préfecture pour « élaborer un dispositif » conforme « aux prescriptions du juge ».

Ce qui peut légitimement inquiéter. Parce qu’on connait l’animal. Il y en a eu d’autres de sa trump avant lui. S’il se met à ficher nos amis à quatre pattes pour nous traquer, on est en droit d’avoir peur de la suite. Le risque est grand qu’il nous mette à quatre pattes nous aussi. Pour nous ficher ?

A.K.