Le premier jet n’est JAMAIS le bon.

Créer prend du temps. On s’imagine un créatif comme un génie possédant une sorte de puissance surnaturelle capable en quelques secondes d’avoir des idées révolutionnaires ou au moins de pondre quelque chose de beau, d’efficace et qui correspond exactement à ce qu’on attends. Après tout, c’est un créa n’est-ce pas ?

J’ai une grande nouvelle à vous annoncer … Ce gars (ou cette fille) est une putain de licorne. Ça n’existe pas. Un designer n’est pas un magicien qui peut sortir de son chapeau, en quelques minutes, une oeuvre parfaite. C’est un processus qui prend du temps et qui se construit versions après versions. On peut l’accélérer. On peut tricher pour gagner du temps. Mais honnêtement vous n’aurez rien de très bon avant au moins la 3ème version.

Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme.

La célèbre phrase de Lavoisier résume parfaitement le fonctionnement de la créativité. Imaginez votre cerveau comme une gigantesque banque de données. Il emmagasine non seulement des images, des mots, des goûts, des odeurs ou des sons mais aussi des expériences, des souvenirs ou des informations complexes.

La magie de notre cerveau est cette capacité incroyable à décomposer les éléments et de créer ensuite des connexions entre ses éléments. C’est ce qui nous permet de comprendre le monde qui nous entoure (1 tête + 1 corps + 2 bras + 2 jambes = 1 humain ), d’assimiler des principes qui répétés forment des apprentissages (la lecture, le vélo,… ) ou de conduire à des intuitions (telle chose m’a fait du mal donc il est probable qu’une autre chose du même genre produise le même effet).

Mais quel est le rapport avec la créativité me direz-vous. Et bien, la créativité apparaît quand le cerveau commence à faire des connexions inhabituelles en réaction à une demande. Il produit de cette façon une idée neuve qui se cristallise dans votre esprit si elle vous plaît. L’ennui avec le cerveau, c’est qu’il est difficile de le faire travailler sur commande, surtout quand les mécaniques de pensées sont inconscientes. Ne cherchez donc pas le bouton de génération d’idée, il n’existe pas.

L’art de l’affinage

Créer comporte une autre facette qui se rapproche de l’artisanat. Comme un artisan, le créatif doit travailler son art pour l’affiner et il n’existe qu’une seule façon pour le faire : recommencer et recommencer encore. C’est par la répétition et les erreurs que l’on devient meilleur. Et cette étape permet juste d’acquérir une certaine maîtrise de son métier.

Vous pensez que Michel-Ange s’est lancé directement sur le plafond de la chapelle Sixtine ? Non je ne crois pas. Vous pensez que Mozart composait des symphonies en quelques minutes ? Non plus. En fait ils ont multiplié les essais, accumulés des heures de recherches et de tentatives infructueuses. Ils ont fait travailler leur créativité à plein régime, posant, défaisant, affinant sans cesse leur travail. Parfois de manière plus visible que d’autre.

Mozart raconte dans des lettres que des morceaux de mélodies lui viennent à l’esprit dans des moments anodins. Il enregistrait dans sa mémoire ces petites pièces musicales et s’amusait à les coller les unes aux autres avant de trouver la combinaison parfaite. Puis il l’enrichissant, la retravaillait (le plus souvent mentalement) jusqu’à arriver au résultat final. Cet exercice était facilité par des heures et des heures de pratiques musicales mais seul le temps permet de créer de grandes choses. Même quand on s’appelle Mozart.

La paradoxe moderne

Le design est devenu en quelques décennies un élément fondamental de la vie courante. L’essor du web à largement contribué à son extension comme le montre les nouveaux métiers qui se créent années après années. Nous sommes passés de webmaster à web designer à UX designer en moins de 10 ans. Et comme la peinture ou la menuiserie, le design est un artisanat.

D’un autre côté, nous vivons dans un monde où le design est une partie d’un business et l’essence d’un business est de produire plus, mieux, plus vite et pour moins cher afin de croître. Et c’est à ce moment que les problèmes commencent. Comment créer des choses de meilleures qualités en moins de temps ?

La solution est simple : travaillez, jouez sur vos points forts, comprenez ce que vous faites et apprenez à générer plus d’idées pour vous ouvrir un maximum de pistes. Et surtout n’oubliez jamais que le premier jet n’est jamais le bon.

Alors pas de stress.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.