Le Récap’ du 5 septembre : #IA + #Pacemakers + #VoituresAutonomes…

Chaque semaine, retrouvez le “Récap’” : le condensé d’informations et de lectures intelligentes sur le numérique. Ici, on ne commente pas les petits mots et les programmes des politiques, on vous invite à lire des articles d’analyse sur les enjeux du numérique actuels. Fans de numériques, intellos sur les bords : vous allez devenir accrocs à cette revue du web.

#VoituresAutonomes

Les voitures autonomes feront prochainement bientôt partie de notre quotidien, bien qu’elles posent encore de nombreux problèmes éthiques. L’entreprise américaine Qualcomm souhaite profiter de cette tendance et s’imposer dans la sécurité routière en améliorant la communication entre les voitures autonomes et leur environnement. Pour cela, Qualcomm installe des détecteurs, des capteurs et des radars sur les voitures. Les données sont transmises via les réseaux 4G et 5G sans avoir besoin d’un abonnement ou d’une carte SIM. Lire l’article

#Pacemakers

L’entreprise américaine Abbott a annoncé que plusieurs de ses stimulateurs cardiaques étaient susceptibles d’être contrôlés par des tiers. Des failles ont en effet été repérées dans le système informatique. L’entreprise souhaite effectuer des mises à jour afin de limiter les risques de piratage, les firmware. Des hackers mal intentionnés pourraient s’introduire dans les pacemakers et imposer au patient un rythme cardiaque inapproprié ou encore vider rapidement la batterie. Sur les 465 000 pacemakers concernés, 40 000 sont implantés dans des patients Français. Pour illustration, Jack Barnaby, hackeur néo-zélandais, avait notamment réussi à faire exploser sur scène, un pacemaker et avait ainsi démontrer le potentiel massacre de masse que ces objets connectés pouvaient créer. Lire l’article

#IA

L’entreprise Unilever pré-sélectionne désormais les salariés grâce à l’intelligence artificielle. Ce système de recrutement composé d’algorithmes vendu depuis une dizaine d’années par HireVue, analyse et traite la gestuelle des candidats, la position de leurs yeux ou de leur sourire en fonction des réponses données, afin de détecter leur enthousiasme ou leur gêne. A la fin de l’entretien, ce même algorithme attribue une note finale déterminante pour l’employeur. Lire l’article

Un test de genre nouveau a lieu dans la ville d’Hangzhou en Chine. La chaîne de fast-food KFC en collaboration avec le groupe Alibaba propose que les repas soient payés grâce à un outil de reconnaissance artificielle dénommé “Smile to pay”. Comme son nom l’indique, il suffit de sourire et d’avoir son smartphone à portée de main, afin de valider la transaction pour procéder au paiement. Cette nouvelle modalité de paiement vise à diminuer les tentatives de falsification. Lire l’article

Ultime nouveauté dans le reconnaissance faciale, l’application Polygram propose de faciliter la réaction des internautes face aux vidéos ou aux photos mises sur ce réseau social grâce à l’intelligence artificielle. Le fonctionnement est simple : les expressions faciales des utilisateurs sont capturées et transposées directement en emoji. L’application propose ainsi d’avoir un compte-rendu des différents émoticônes, ainsi que le détail des personnes ayant regardé la publication. Lire l’article

#Estonie

Pionnière en matière d’e-administration, e-santé et d’e-citoyenneté, le magazine Regard sur le Numérique propose un article sur les avancées de l’Estonie en la matière. Le passeport numérique que détient chaque habitant lui permet aussi bien de voter, d’aller chez le médecin que de monter son entreprise. Lire l’article

Lire et relire notre rapport sur cet État précurseur : “Estonie, se reconstruire par le numérique”.

#Drones

A Reykjavik, un nouveau système de livraison couvre le ciel. Les drones assurent le transport de colis dans la capitale islandaise sur un rayon de 3,2 km. La première phase d’élaboration ne se fait pour le moment qu’à l’échelle d’un quartier, mais la start-up en charge des livraisons, Flytrex, estime déjà que les trajets effectués permettent de faire des économies de temps, de coûts et d’énergie, puisque les colis sont livrés en 4 min à l’inverse de 25 en voiture. Lire l’article

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Le Récap’ du numérique’s story.