Petits films pour frimer #1 : Enemy

Envie de sa la péter à la machine à café ou à la cantine ? Voici quelques éléments pour y arriver : films originaux, analyse profonde d’un film banal, … Premier épisode : Enemy de Denis Villeneuve.

Enemy de Denis Villeneuve est une film canado-espagnol sorti en 2013. Il raconte l’histoire d’Adam, un professeur d’histoire qui mène une vie terne avec sa petite amie. Un jour, il découvre son sosie parfait dans un film et va essayer d’entrer en contact avec lui.

Denis Villeneuve, le réalisateur d’Enemy, avec Jack Gyllenhaal (qui joue Adam et Anthony)

Soyez prévenu, Enemy n’est pas un film à mettre entre toutes les mains. Enemy est un film qui va décevoir plus d’un. Il est le genre de film où la majorité des spectateurs réagissent en beuglant : “Quoi ?! C’est tout ?! C’est fini là ?”. Oui, c’est tout, car Enemy est une énigme dont il faut décoder le sens et c’est en cela que le film est intéressant.

Le moment où vous allez briller avec ce film est lorsque vous pourrez apporter l’explication, lorsque vous pourrez démontrer que vous, vous l’avez compris, ou tout du moins, vous avez compris quelque chose. Je vais essayer de raconter le film le plus simplement possible, puis je vais vous donner quelques éléments pour l’analyser.


L’histoire

Adam est un professeur d’histoire. Il passe certaines de ses nuits avec Mary, sa petite amie. Un soir, il découvre son sosie parfait dans un film, Anthony. Il va alors essayer d’aller à sa rencontre. Il tombe tout d’abord au téléphone avec Helen, la petite amie de l’acteur. Elle sera troublée par la ressemblance dans la voix entre les deux personnages. Adam est troublé, Helen est troublé, Anthony est troublé, tout le monde est troublé. Helen rencontre Adam à son université. Adam rencontre Anthony et ils se rendent qu’ils sont exactement pareils, à la cicatrice prêt. Adam et Anthony s’échangent leurs rôles, Adam va avec Helen et Anthony avec Mary. Mary se rend compte de la supercherie, elle est troublée, Anthony la raccompagne et ils ont un accident de voiture. Helen se rend elle aussi compte de la supercherie. Helen n’est pas troublée et semble savoir ce qu’il se passe. La nuit passe, Adam se réveille, trouve une carte pour un club de nuit dans sa poche, refilée plus tôt par le concierge, ment à Helen en lui disant qu’il ne sera pas là ce soir, retourne la voir dans sa chambre et :

Oui, ça, c’est Helen.

Et c’est la fin.

“Quoi ?! C’est tout ?! C’est fini là ?”

Oui, c’est tout, et c’est déjà pas mal !


L’analyse

Alors, par où commencer ?

Déjà le film vous avait prévenu, depuis le début :

“Le chaos est un ordre encore non déchiffré”

Donc oui, ce film est une énigme, un chaos, dont vous allez devoir trouver l’ordre. Et ce n’est pas si compliqué.

Tout d’abord, vous pouvez facilement décoder qu’Adam et Anthony sont une seule et même personne. Il n’apparaisse jamais ensemble, sauf s’ils sont que tous les deux, et ils sont exactement semblables. Adam et Anthony sont donc chacun une facette du même personnage, qu’on va appelé Adamthony, parce que je trouve ça marrant comme prénom, Adamthony. Adam est la part infidèle du personnage, il vit dans l’ombre, dans un petit appartement sombre. Anthony, lui, est la part paternel du personnage, qui assume sa femme et son futur enfant. Une scène est pivot pour cette déduction :

Adam et Helen, à l’université

Helen, dérangée par cette rencontre à l’université avec Adam, va appeler Anthony. Adam va se lever et rentrer dans le bâtiment. Le téléphone ne décrochera que lorsque Adam sera totalement sorti du champ.

Donc, Adam et Anthony sont une seule et même personne. Mais pourquoi l’araignée ? Bon, le symbole de l’araignée, c’est un peu plus compliqué, donc si vous voulez aller encore plus loin, je vous redirige vers la vidéo du Fossoyeur de Films à ce sujet.

Nous, on va seulement s’intéresser à son attitude : elle a peur. Mais pourquoi elle a peur ?

Adamthony est donc infidèle. Cette partie là est symbolisée par Adam. Il semble connaitre des clubs privés plutôt sympathiques. Lorsque Adam et Anthony échangent leur rôles, Adam se voit remettre une carte pour un club privé. Lors de cette soirée, Helen explique à Adam qu’elle a compris son petit jeu. Dans le même temps, Anthony et Mary se tue dans un accident de voiture. On peut donc en déduire que Adamthony a vaincu son côté infidèle, sa part sombre, puisque la tentation a été tuée. Sauf que non. Adam fouille ses poches le lendemain matin et trouve la carte du club. Ira, ira pas, ira, ira pas ? Finalement, il ment à Helen pour la prévenir qu’il passera sa soirée dehors. Helen comprend qu’il ment et elle a peur car elle sait que la boucle recommence. Pourquoi cette forme si ridicule alors, cette araignée géante et effrayée ?

Tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois […] la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce.

Cette phrase, elle est prononcée dans un cours sur les dictatures, par Adam, à l’université. La tragédie a eu lieu, l’homme a trompé sa femme alors qu’elle attend un enfant. Il semblait s’en être sorti mais retombe dans ses travers, la farce va donc commencer. Donc :

Oui, ça, c’est toujours Helen et maintenant, vous trouvez ça cool

La conclusion

Ce film est absolument génial. Tout le monde s’est déjà dit devant un film :

“Putain mais cette histoire là, je le connais déjà, c’est comme [insérer un nom de film]”

Enemy arrive à contrecarrer cette réaction de manière magistrale. L’histoire d’Enemy, c’est l’histoire d’un gars qui trompe sa femme. C’est tout. Sauf que dans sa forme, le film se construit comme une énigme. Une énigme dont la résolution est un problème en réalité très simple et bien connu. Et c’est fantastique comme message ! Parce que oui, la vie c’est ça, la vie c’est les mêmes problèmes, tout le temps, avec seulement des variantes dans la forme.

La vie, c’est avoir un problème, ne pas la comprendre, y réfléchir, toujours rien y comprendre, chercher, comprendre un peu mieux, continuer de chercher, comprendre un peu plus, y réfléchir fort et enfin, y voir plus clair. Enemy, c’est exactement ça aussi.

Alors, pour se la péter à la machine à café ou se la frimer entre le plat et le dessert à la cantine, je crois qu’expliquer un film entier et une leçon de vie à tout un groupe de collègues, c’est vraiment pas mal.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.