Grève et indemnisation, pourquoi Ryanair vous ment ?

Le PDG de Ryanair, Michael O’Leary, affirme, dans un article du Monde du 10 août 2018, que sa compagnie se conforme à la législation en n’indemnisant pas ses passagers victimes d’annulation de vol à la suite d’une grève interne.

Rappel des faits : après une grève du personnel naviguant en Espagne, en Belgique et au Portugal les 25 et 26 juillet 2018 qui a entraîné l’annulation de 600 vols, les pilotes ont fait grève le 10 août 2018. Cette grève a été suivie dans de nombreux pays avec 400 vols annulés.

Grève du personnel de Ryanair les 25–26 juillet et 10 août

La direction, après avoir menacé les pilotes Irlandais d’une délocalisation de certains postes, s’en prend cette fois ci aux passagers.

En effet, Ryanair vient d’annoncer qu’elle n’indemniserait pas les passagers subissant des retards ou des annulations en arguant que la grève sauvage de leurs pilotes est une circonstance extraordinaire :

“comme ces annulations de vols relèvent de circonstances extraordinaires, aucune indemnité n’est due” a expliqué son PDG, Michael O’Leary

Pourquoi c’est faux ?

Les passagers subissant des annulations ou des retards de plus de 3 heures à l’arrivée peuvent légitimement percevoir une indemnisation en plus du remboursement du billet non utilisé (si aucun réacheminement n’est effectué par Ryanair).

« Ryanair profite d’un effet d’annonce pour laisser penser aux passagers qu’ils ne seront pas indemnisés. C’est bien entendu faux et nous incitons tous les passagers concernés à demander leur indemnité et faire valoir leur droit ! » Anaïs Escudié — Présidente de RetardVol.Fr

Un cas similaire a d’ailleurs récemment fait jurisprudence lorsque la Cour de justice de l’Union européenne a décidé le 17 avril dernier de répondre favorablement aux passagers, dans une affaire relative à une grève sauvage de la compagnie aérienne allemande TUIfly.

Elle avait a bon droit jugé dans son arrêt qu’une « grève sauvage » du personnel navigant à la suite de « l’annonce surprise » d’une restructuration ne constituait pas une « circonstance extraordinaire » permettant à la compagnie aérienne de se libérer de son obligation d’indemnisation des passagers.

La CJUE avait statué que « les restructurations et réorganisations font partie des mesures normales de gestion des entreprises. Ainsi, les compagnies aériennes peuvent être, de manière ordinaire, confrontées, dans l’exercice de leur activité, à des désaccords, voire à des conflits avec les membres de leur personnel ou à une partie de ce personnel », ajoutant que de telles mesures doivent être considérées comme « inhérentes » à l’exercice normal de l’activité de la compagnie aérienne concernée.

« La CJUE a déjà estimé que ce type de grève n’était pas une circonstance exceptionnelle. Ryanair a, depuis des années maltraité socialement son personnel avec des contrats précaires aussi bien chez les pilotes que les personnels navigants commerciaux. Cette grève était donc prévisible puisqu’elle est la conséquence du management de Ryanair » estime Anaïs Escudié, présidente de RetardVol.fr

Comment être indemnisé et combien ?

Les passagers ayant eu un vol annulé lors de ces grèves de Ryanair peuvent donc prétendre à une indemnisation. Pour cela, deux possibilités :

  • Traiter soi même son dossier : attention Ryanair pousse le vice jusqu’à faire parfois buguer ses pages de réclamation. Ainsi de nombreux passagers ont abandonné en pensant de pas pouvoir effectuer de réclamation en ligne
Bug sur le site de Ryanair
  • Traiter via RetardVol.fr : déposez votre dossier en ligne, RetardVol traitera le dossier pour vous. Une commission de succès est appliquée, mais vous êtes sur de faire respecter vos droits.

Ce que vous devez retenir c’est que en cas d’annulation ou de retard de plus de 3 heures à l’arrivée vous pouvez percevoir une indemnisation allant de 250€ à 400€ comme suivant :

  • 250€ par passager pour une vol annulé dont la distance est de moins 1.500km
  • 400€ par passager pour un vol annulé dont la distance est entre 1.500km et 3.500km

À noter que le règlement Européen prévoit également une indemnité de 600€ pour les vols de plus de 3.500km (ne concerne pas les distances des lignes Ryanair).