A la découverte de la grande mosquée de Londres

Initialement écrit pour la BBC

La mosquée centrale de Londres accueille en son sein des fidèles venus de plusieurs continents : l’Europe, l’Afrique, l’Asie et l’Amérique. A l’image de la capitale britannique, elle revêt un caractère très cosmopolite, vue la diversité des personnes qui la fréquentent.

Détour sur un cadeau de la couronne britannique aux musulmans du Royaume-Uni.

Wikimedia Common

Avec son dôme doré et son minaret imposant mais silencieux, la grande mosquée située en plein cœur de Londres domine Regent’s Park. C’est l’une des plus grandes mosquées au Royaume-Uni. Ici se pressent cinq fois par jour les fidèles musulmans de différentes origines, des Britanniques convertis ou ceux dont les parents ont immigré d’Afrique ou d’Asie, ou encore des touristes du Moyen-Orient venus profiter des commerces de luxe.

La mosquée centrale de Londres n’est pas qu’un endroit de prière et de recueillement. Elle est aussi un lieu de socialisation, où sont donnés des cours d’arabe et d’éducation religieuse. L’édifice comprend aussi une salle de conférences, une bibliothèque, une librairie, une boutique de vêtements et un restaurant. La mosquée est un lieu de consultation, où les fatwas — avis religieux — sont livrées et les problèmes matrimoniaux discutés, y compris ceux du mariage et du divorce.

‘’Les musulmans sont libres au Royaume-Uni’’

A notre arrivée à la mosquée, nous avons été reçue par le cheikh Khalifa Ezzat, entre deux consultations liées aux questions religieuses.

“Le Royaume-Uni est l’un des meilleurs pays pour les musulmans. Les musulmans se sentent libres de vivre leur foi. Il n’y a pas de problèmes d’opposition ou d’oppression. Pour les femmes qui portent le voile, il n’y a pas non plus de problèmes, mis à part quelques cas isolés. Le Royaume-Uni offre aux musulmans un environnement propice à la pratique de leur religion”, assure Khalifa Ezzat.

Ce dernier, né en Egypte, a étudié les sciences religieuses à l’université d’Al-Azhar, au Caire, avant de rejoindre la mosquée centrale de Londres en tant qu’imam en chef, chargé des affaires religieuses.

Il condamne les attentats survenus récemment dans plusieurs pays, dont la France. “Bien sûr, la vaste majorité des musulmans rejette ces attaques, parce que le fait de tuer des personnes innocentes, y compris des musulmans, n’est pas du tout autorisé. Aucune religion n’incite à la violence. Les religions, y compris l’islam, appellent à la paix, à la tolérance et à la coexistence”, explique-t-il.

“Les auteurs de ces attaques visant des personnes innocentes ne représentent pas la communauté musulmane, qui condamne ces violences”, poursuit l’imam Khalifa Ezzat.

En sortant du cabinet de ce cheikh, nous rencontrons une dame, dans la salle d’attente. Elle nous aborde et se dit affectée par les attaques terroristes dont la dernière en date est celle du prêtre égorgé dans une église, dans le nord de la France. Une attaque revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique. “C’est triste ce qui arrive dans le monde. L’image de l’islam est salie”, se désole-t-elle.

D’origine égyptienne, notre interlocutrice a immigré en Grande-Bretagne en compagnie de sa fille née dans ce pays, où elle travaille en plus d’y être mariée, tout comme d’autres Britanniques issus de familles immigrées d’Asie ou d’Afrique. Des familles qui se sentent intégrées au modèle multiculturel du Royaume-Uni.

Un cadeau du roi George VI

La mosquée centrale de Londres est un cadeau offert par le roi George VI aux musulmans du pays, sous le gouvernement Churchill, en 1944. Le terrain a été octroyé la même année, et les travaux entamés 30 ans plus tard, en 1974. Ils ont pris fin en 1977. Les plans du centre culturel de la mosquée sont signés par l’architecte anglais Frederick Gibberd.

Le cadeau du roi George VI profite également aux ambassades des pays musulmans. L’édifice est en même temps un outil de promotion des liens diplomatiques. L’Arabie Saoudite, le Qatar et les Emirats Arabes Unis sont les principaux donateurs financiers de la mosquée.

La Central London Mosque, appelée aussi Regent’s Park Mosque, peut accueillir 5 000 fidèles. Les femmes occupent l’étage supérieur. Elles se séparent ainsi des hommes, lors des offices.

“Tout le monde est le bienvenu ici. Si vous assistez à une prière, vous verrez des personnes venues de différentes nations, des Asiatiques, des Africains, des Chinois, des Arabes, des Européens. Des personnes de toutes les cultures, de toutes les ethnies et de toutes les origines, qui parlent différentes langues. Vingt-quatre langues sont parlées ici”, explique Khalifa Ezzat.

La mosquée est cosmopolite, à l’image de Londres. En sortant de cet édifice religieux, par sa porte principale, qui s’ouvre sur l’esplanade, nous nous éloignons des fidèles, qui souhaitent un monde tout aussi apaisant que ce lieu de culte en plein centre-ville de Londres.

Vous pouvez voir l’article original sur le site de la BBC.