Comment aider les entreprises à recruter des talents plus passionnés que diplômés ?

Comment aider les entreprises à recruter des talents plus passionnés que diplômés ?

Combien de personnes, parmi les 6 millions de chercheurs d’emploi, rencontrent de réelles difficultés à s’insérer ou se réinsérer sur le marché de l’emploi malgré leur fort potentiel ? Difficile de répondre précisément à cette question mais je dirais beaucoup, voir beaucoup trop.

Par “fort potentiel”, je veux parler de toutes ces personnes aux profils autodidactes, aux parcours atypiques et aux multiples facettes, ayant diverses compétences et aptitudes mais pas de diplômes qui les reconnaissent. Or, je crois qu’il existe d’autres manières d’apprendre que par les études, et les apprentissages terrains et personnels en font partis. Ceux-ci découlent souvent de nos centres d’intérêts ou encore d’opportunités offertes par la vie que l’on a su saisir. Ces parcours montrent, pour la plus part, un dynamisme, une motivation et une persévérance qui ne peuvent être que bénéfiques à la réussite de n’importe quels projets.

C’est à partir de ce constat que j’ai voulu répondre à la question suivante : « Comment aider les entreprises à recruter des talents plus passionnés que diplômés ? »

Pourquoi cette question ? Tout simplement parce que “Nous avons changé de siècle mais toujours pas la manière d’être recruté !”. A ce jour nous rédigeons toujours consciencieusement un joli CV et une belle lettre de motivation pour répondre à une annonce.

En France, les entreprises ont la particularité de s’attacher fortement au parcours académique comme « le critère de choix n°1 » pour recruter leurs collaborateurs. Nos années d’études dans le supérieur, les écoles que nous avons fréquenté, les diplômes que nous avons décroché. Tout cela semble être les seules garanties qui feront de nous un excellent élément pour une entreprise.

Et nous sommes tellement habitués, voir pré-formatés, à cette idée, qu’il n’y a pas, pour la plus part d’entre nous, d’autre possibilité de réussir dans la vie que de faire des études supérieures. Des études qui nous permettrons évidemment de décrocher un magnifique diplôme, nous ouvrant ainsi les portes du succès au travail, un bon salaire donc de l’argent pour acquérir une belle maison, une voiture, de beaux vêtements, et tout ce dont nous aurions envie ….Car sinon, notre avenir risque de ne pas nous laisser d’autre choix que de devenir soit petite main d’œuvre, chômeur ou voyou. Et pourtant, ces certitudes deviennent de plus en plus fragiles et risquent de disparaître plus vite qu’on en le pense.

Mais bon, maintenant que nous avons posé le décor, revenons à notre sujet. Talent plus passionnés que diplômés, qu’est-ce que ça veut dire ? Cela sous-entendrait que lorsqu’on est diplômé, on ne pas être passionné ? Non, je ne cherche pas ici à opposer le monde des diplômés et des non diplômés, prétendant qu’un serait meilleur que l’autre. Bien au contraire, je souhaiterai créer un pont entre ces deux mondes, pour que le talent par la passion devienne un critère de recrutement aussi attractif qu’un diplôme, car en réalité, en alliant, l’un à autre, des collaborateurs de ces deux univers, ils pourraient former des équipes redoutables.

Mais définissons d’abord le mot « talent » ? Ce mot, aussi commun soit-il, fait polémique dans le milieu des ressources humaines. Vous pourrez trouver plusieurs définitions mais je vous en propose une toute simple : “Le talent, ce sont des prédispositions qui vous rendent excellemment efficace et performant dans certaines fonctions, de manière naturelle presque comme si vous aviez toujours su le faire.” Pour résumer un talent possède toutes les compétences nécessaires pour performer dans son domaine.

Si on y réfléchit bien, combien d’entre nous sommes talentueux ? N’aurions-nous pas tous une prédisposition naturelle dans un domaine ? Par exemple, le dauphin est naturellement un des talents du monde aquatique. Mais si nous lui demandions de grimper à un arbre ? Perdrait-il son statut de talent des mers ? Je ne doute pas que vous avez sûrement la réponse à cette question.

Plus passionné que diplômé !

Mais pour bien utiliser son talent, il faut de la passion. Qu’est-ce qu’un passionné ? Sous quelle forme se présente la passion et plus précisément dans le monde professionnel ?

La passion c’est un mot qui peut faire peur. Souvent on réagit à ce mot en pensant : guerre, fanatisme, folie... On y associe aussi ses dérives et les excès de violence qu’elle peut engendrée. Ou encore, la passion comme un mot a ranger dans une belle boîte catégorie loisirs ou hobbies, quelque chose de pas très sérieux et pour lesquelles nos parents nous auront souvent répétés : « ce n’est pas un métier, ce n’est pas avec ça que tu gagneras ta vie ».

Pourtant la passion, lorsqu’elle est utilisée dans sa forme la plus juste et la plus noble, est capable de soulever des montagnes. Je pourrais vous citer de fervents défenseurs de la passion comme le philosophe Kant qui écrivait : «Les passions sont les véritables moteurs de l’histoire individuelle et collective des hommes. » Ou encore Hegel pour qui « Rien de grand ne s’est accompli dans le monde sans passion . La passion est en réalité une ruse de la raison pour permettre à l’homme, à l’insu de sa volonté, de s’accomplir en toute liberté. »

Alors si l’on consent à la passion qu’elle est une folie, on comprendra que la folie des hommes n’est rien d’autre que le moteur du progrès des hommes.

Waouh ! Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me fait du bien d’entre ça ! Car cela nous indique que tout est encore possible, que tant qu’il y aura des hommes et des femmes passionnés, nos sources d’innovation, de créativité et de progrès seront intarissables.

Mais qui sont ces passionnés ? Des Audacieux, des déterminés, des créatifs, des intuitifs, des curieux, des optimistes, des enthousiastes… Bref toutes les qualités du candidat idéal pour une entreprise qui aurait pour ambition de se renouveler pour se démarquer sur un marché économique tendu. Or ces qualités ne s’apprennent pas à l’école, elles se construisent au travers d’expériences réelles.

Donc, pour ne pas vous perdre, si je résume, un talent passionné ce serait une personne qui possède naturellement toutes les compétences pour occuper une fonction et qui s’investit sans limite, sans avoir l’impression de travailler, transporter par son désir permanent de découvrir, connaître et expérimenter. Une personne épanouie au travail car comblée par le plaisir d’exercer sa passion.

Aujourd’hui combien d’entre nous peuvent se revendiquer d’être des dauphins parcourant les mers ? Très peu malheureusement. Soit parce que l’on pas encore découvert quel dauphin sommeillait en nous, soit par qu’on nous a fermé l’accès à la mer, condamné à la terre ferme. Et les talents passionnés au chômage font partis de cette deuxième catégorie, celle des dauphins parqués sur la terre ferme.

Talent parqué sur la terre ferme !

Et pourtant, il n’y a plus à prouver qu’ils sont et vont devenir indispensables dans un monde du travail en pleine mutation. Plusieurs d’entre eux ont marqué notre société jusqu’à modifier profondément nos modes de vies et sont la preuve de l’impact dont est capable un passionné. Pour les plus anciens : Léonard de Vinci, Thomas Edison, Abraham Lincoln, Ambroise Paré. Et les plus récents : Einstein, Steve Jobs, Mark Zuckerberg, Xavier Niel…

Et à l’ère du MOOC, de l’open source de la connaissance et de l’émergence de nouveaux métiers, il est fort probable que ce siècle soit celui des autodidactes passionnés. D’ailleurs, aux Etats Unis, Peter Thiel l’a bien compris en créant, il y a 5 ans, la Thiel Fondation qui a été créée pour proposer à des lycéens prometteurs 100 000$ pour ne pas aller à l’université et développer leur propre projet. Et depuis, plusieurs projets impressionnants ont vu le jour avec en dernière date celui de la jeune Laura, 20 ans, qui vient de découvrir le gène qui nous permettrait de vivre plus longtemps.

Alors pourquoi l’entreprise, fort de tous ces exemples de réussites, se passerait-elle délibérément de ces talents ?

Je ne lui jetterais pas la pierre, car depuis quelque temps les RHs réfléchissent à cette ouverture et cherchent à diversifier les profils de leurs futurs collaborateurs mais elles n’ont pas forcément les outils nécessaires pour repérer et recruter ce genre de profil.

Il est évident que le monde du recrutement a évolué proposant, grâce à la technologie du digitale, de nouvelles formes d’approches dans le sourcing RH comme les réseaux sociaux, les plateformes de Cv vidéo, les tests de personnalité, le cooptage, les entretiens en vidéo chat, les serious games… toute une nouvelle gamme d’outils, mais ce n’est pas suffisant. Pas suffisant car, bien que toutes ces solutions soient intéressantes, elles restent incomplètes et ne permettent pas forcement de repérer des talents passionnés rapidement et efficacement.

Trust & Try Job

C’est pour cette raison que, début 2015, j’ai imaginé la plateforme Trust & Try Job. Trust & Try Job est avant tout une réflexion systémique prenant en compte les évolutions sociales, sociétales,économiques et pédagogiques. Cette réflexion c’est matérialisée par une plate-forme répondant aussi bien aux besoins des entreprises que des candidats. Nous permettons aux candidats passionnés, aux profils autodidactes ou atypiques, de démontrer tous leurs talents pour trouver l’entreprise idéale et s’épanouir au travail, et nous permettons aux entreprises d’innover et de promouvoir la diversité dans leurs recrutements. Cette nouvelle approche métamorphe les méthodes de recrutement en rencontres professionnelles authentiques. En plus de la force du digitale que la plate-forme leur offre, ces rencontres se réalisent sur la base de 3 dimensions indispensables à mes yeux dans n’importe quel contexte d’une rencontre : Se découvrir, gagner la confiance et cibler ses affinités.

Par cette nouvelle approche, c’est un adieu définitif à ce vieux Curriculum vitae, à cette insipide lettre de motivation et à cette classico-classique annonce d’offre d’emploi !

Place maintenant aux profils multimédias, aux défis/challenges et aux algorithmes de matching !

Like what you read? Give Samira Seltani a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.