Proverbes Africains II

Sagesses et philosophies Africaines, pour que l’homme intelligent possède encore plus d’intelligence.

Suite de la première partie.

54- Comme dans la vie, les contraintes coexistent partout : dans l’organisation sociale et la vie affective, les échanges entre individus. Vivre et réaliser la contradiction, voilà l’essentiel.

55- Le coassement des grenouilles n’empêche pas l’éléphant de boire.

56- Le corps de l’homme est bien petit par rapport à l’esprit qui l’habite.

57- Si tu portes un vieillard depuis l’aube et que le soir tu le traînes, il ne se souvient que d’avoir été traîné.

58- Toute naissance est la renaissance d’un ancêtre.

59- Pour qu’un enfant grandisse, il faut tout un village.

60- Une petite colline te fait arriver à une grande.

61- Plus on se rapproche de Dieu, et plus on a de force vitale. Il reste que chaque être; même le plus humble, le plus apparemment inanimé, a une âme, une force.

62- On ne prend pas un hippopotame avec un hameçon.

63- Si en te baignant tu as échappé au crocodile, prends garde au léopard sur la berge.

64- Toute flèche dont tu sais qu’elle ne te manquera pas : fais seulement saillir ton ventre pour qu’elle y frappe en plein.

65- Si haut que parvienne une chose lancée, c’est à terre qu’elle retourne.

66- La mort engloutit l’homme, elle n’engloutit pas son nom et sa réputation.

67- Il est très facile de se perdre dans le monde profane ou d’oublier notre connexion à l’esprit. Et pourtant, sans ce lien, nous ne sommes que des morts vivants.

SANSPARTICI

69- La force de vie sacrée, invisible et puissante, contient la mémoire du passé et la vision du futur. Elle permet à la création de se manifester dans la matière ici et maintenant.

70- La Terre n’a qu’un Soleil.

71- La mort est l’aînée, la vie sa cadette ; nous, humains, avons tort d’opposer la mort à la vie.

72- L’esprit est la force, la vie qui se trouve en toute chose.

73- Il n’y a pas de plus grand bonheur que la venue d’un hôte dans la paix et l’amitié.

74- Le bien, c’est tout ce qui favorise, augmente la force vitale ; le mal c’est ce qui la contrarie, la diminue.

75- Là où on s’aime, il ne fait jamais nuit.

76- Il n’y a pas qu’un jour, demain aussi le soleil brillera.

77- Aimons naître, aimons vivre, aimons mourir : le néant n’existe pas.

78- On n’oublie pas l’arbuste derrière lequel on s’est caché quand on a tiré sur un éléphant et qu’on l’a touché.

79- Tous les blancs ont une montre, mais ils n’ont jamais le temps.

80- Le feu qui te brûlera, c’est celui auquel tu te chauffes.

81- Ce sont ceux qui ont peu de larmes qui pleurent vite le défunt.

82- Quand la force occupe le chemin, le faible entre dans la brousse avec son bon droit.

83- Un énorme éléphant n’a pas toujours d’énormes défenses.

84- On peut aider un bœuf à se lever seul, seulement s’il s’efforce lui-même de le faire.

SANSPARTICI

86- La personne est une multiplicité intérieure, inachevée, appelée à s’ordonner, s’unifier. Dieu ne fait qu’ébaucher l’homme, c’est sur la terre que chacun se crée.

87- On tarde à grandir, on ne tarde pas à mourir.

88- Si tu avances, tu meurs. Si tu recules, tu meurs. Alors pourquoi reculer ?

89- Un acacia ne tombe pas à la volonté d’une chèvre maigre qui convoite ses fruits.

90- Entouré d’un univers de choses tangibles et visibles : les animaux, les végétaux, les astres, l’homme, de tout temps, perçoit qu’au plus profond de ces êtres et de ces choses réside quelque chose de puissant qu’il ne peut décrire, et qui les anime.

91- Le palétuvier d’eau douce danse mal parce qu’il a de trop nombreuses racines.

92- Qui vit longtemps voit la danse de la colombe.

93- Chaque marigot a son crocodile.

94- Ce qui est plus fort que l’éléphant, c’est la brousse.

95- Le gibier peut oublier les chasseurs, mais les chasseurs n’oublient pas le gibier.

96- On est plus le fils de son époque que le fils de son père.

97- Si un petit arbre est sorti de terre sous un baobab, il meurt arbrisseau.

98- Marche en avant de toi-même, comme le chameau qui guide la caravane.

La suite ici.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.