Proverbes Africains III

SANSPARTICI

Sagesses et philosophies Africaines, pour que l’homme intelligent possède encore plus d’intelligence.

Suite de la seconde partie et fin.

99- La terre est mère de tout ce qui est animé, le lien des générations passées, présentes et à venir.

100- Homme, bois de l’eau pour te rendre beau. Gave-toi de soleil pour te rendre fort. Et regarde le ciel pour devenir grand.

101- Le lieu où on attend la mort n’a pas besoin d’être vaste.

102- Tout être, même une simple apparence, le moindre signe sensible, est doué d’une force singulière. Il reste que l’homme, surtout l’homme vivant, est doué de ce privilège d’avoir la plus active, la plus dynamique.

103- La plume de l’oiseau s’envole en l’air mais elle termine à terre.

104- Si le rat a mis une culotte, ce sont les chats qui l’ôtent.

105- C’est au bout de la vieille corde qu’on tisse la nouvelle.

106- L’oeuf ne danse pas avec la pierre.

107- Quiconque ira verra ; celui qui restera n’aura rien.

108- C’est en essayant encore et encore que le singe apprend à grandir.

109- Si tu supportes la fumée, tu te réchaufferas avec la braise.

110- Le jour éloigné existe mais celui qui ne viendra pas n’existe pas.

111- Quand un homme, la corde au cou, passe près d’un homme tué, il change de démarche et rend grâce à Dieu du sort que le Tout-Puissant lui a réservé.

113- L’éléphant meurt, mais ses défenses demeurent.

114- Mouche du roi est roi.

115- Celui qui t’empêche de te battre, donne-lui une récompense.

116- Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.

117- Le vieil éléphant sait où trouver de l’eau.

118- Une pirogue n’est jamais trop grande pour chavirer.

119- Le destin souffle sans soufflet de forge.

120- Qui va loin revient près.

121- La chèvre morte est un malheur pour le propriétaire de la chèvre ; mais que la tête de la chèvre soit mise dans la marmite n’est un malheur que pour la chèvre elle-même.

122- C’est celui qui n’a jamais exercé qui trouve que le pouvoir n’est pas plaisant.

123- Que personne ne se hâte de voir le jour où tous ses parents et leurs familles feront un éloge.

124- On dit que la mort est préférable à la honte, mais il faut rapidement ajouter que si la honte porte des fruits, la mort n’en porte pas.

125- Le bien, c’est tout ce qui favorise, augmente la force vitale ; le mal c’est ce qui la contrarie, la diminue.

126- Ce n’est pas toujours par manque de briques qu’on rencontre plus souvent des petits murs.

127- Le veau ne perd pas sa mère même dans l’obscurité.

128- Quand l’éléphant trébuche, ce sont les fourmis qui en pâtissent.

SANSPARTICI

129- Quand les poules de la basse-cour deviennent trop nombreuses autour du mortier et harcèlent les pileuses, celles-ci suspendent leur action.

130- Si le crocodile achète un pantalon, c’est qu’il a trouvé où mettre sa queue.

131- Si ton lit bouge et fait une bosse, c’est qu’il y a un singe dedans.

132- Si ton visage tourne au soleil, les ombres tombent derrière toi.

133- Le cri de détresse d’un seul gouverné ne vient pas à bout du tambour.

134- Dans un pouvoir despotique, la main lie le pied ; dans une démocratie, c’est le pied qui lie la main.

135- Le singe ne voit pas la bosse qu’il a sur le front.

136- Les bonheurs n’ont pas de campements rapprochés.

137- Le bélier porte des cornes comme son père.

138- Si la petite souris abandonne le sentier de ses pères, les pointes de chiendent lui crèvent les yeux.

139- Le singe n’abandonne pas sa queue, qu’il tient soit de son père, soit de sa mère.

140- On ne met pas les vaches dans tous les parcs que l’esprit construit.

141- La mort moud sans faire bouillir l’eau.

142- L’enfant qui a grandi trait les vaches de son père.

143- Il n’y a pas de mauvais roi mais de mauvais courtisans.

144- Un seul chagrin ne déchire pas le ventre en une seule fois.

145- La buse qui plane ne se doute pas que ceux qui sont en bas devinent ses intentions.

146- La vache qui reste longtemps en place, s’éloigne avec une fléchette.

SANSPARTICI

148- Le ciel n’a pas deux soleils, le peuple n’a pas deux souverains.

149- Marche sur une fourmi, et mille autres t’attaqueront.

Like what you read? Give SansParti a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.