Le difficile exercice de priorisation

Tant d’idées, si peu de temps et encore moins d’argent. Voici le triptyque de la startup, la trilogie du pire prête à nous emmener dans les bas-fonds de la procrastination stoïque, de l’épuisement mal contrôlé ou de la franche panique sincère.

La solution : PRI-O-RI-SER. C’est si simple : une chose avant l’autre et la plus importante d’abord. Si il est une chose simple dans le management d’une startup, c’est bien de croire qu’il en existe. Souvent reléguée à une activité silencieuse, dans le pli d’une réunion ou le coin d’une demande de fonctionnalité pressante, la priorisation est en elle même un art, répondant à ses méthodes, ses courants et ses techniques. Si les gens du Produit, développeurs et designers sont habitués aux techniques agiles, les gens du Business eux ont la culture de la décision arbitraire de manager. Quand ces deux univers se rencontrent et doivent décider des prochains fonctionnalités à implémenter sur le produit le bât peut faire du mal, beaucoup de mal : Perte de focus, décisions contradictoires, changements de priorités trop fréquents, perte de temps sur des fonctionnalités non importantes…

Eléments de contexte de la priorisation

La priorisation des nouvelles fonctionnalités d’un produit ou même des actions marketing est le fruit de différents éléments qui impactent positivement ou négativement la prise de décision. Les connaitre permet de trouver la meilleure solution de priorisation pour son organisation.

  • Valeur pour l’utilisateur : Plus le produit a de la valeur pour l’utilisateur, plus il est utile, plus il restera, reviendra, recommandera notre produit. Mesurer la valeur d’une fonctionnalité pour un utilisateur est simple quand il arrive à l’exprimer clairement. Sinon il faudra détecter les problèmes exprimés et espérer que la solution fonctionnelle proposée y réponde.
  • Impact Business : C’est le fait de pouvoir tirer le maximum de revenu de l’usage amélioré par l’ajout de la fonctionnalité. On remarquera que ceci est bien différent de la valorisation de l’usage, même si l’un a un impact sur l’autre. Si notre produit a de la valeur pour nos utilisateurs, ils seront prêts à payer pour cela. Si nous mettons en place des fonctionnalités à fort impact business, il paieront plus souvent, au bon moment, de la manière la plus simple et efficace pour eux. Souvent la différence entre les deux n’est pas comprise, elle est pourtant importante même si subtile.
  • Préférences de l’équipe technique : Les développeurs, designers et product managers auront naturellement tendance à pousser des fonctionnalités avec lesquels ils ont une affinité parce qu’ils maîtrisent ou apprécient le sujet. Oui, on peut être en affinité avec une fonctionnalité :-D
  • Influence interpersonnelle : Le poids des membres de l’équipe dans les discussions internes peuvent jouer sur la priorisation quelque soit la taille de l’équipe. Charisme, éloquence, facilité de communication, séduction, agressivité sont des éléments de caractère pouvant biaiser la prise de décision collective.
  • Jeux de pouvoirs : Différents services peuvent se battre pour faire sortir “leur” fonctionnalité.
  • Effort de développement / Difficultés : Le temps qu’une fonctionnalité prendra à mettre en place doit influencer profondément la prise de décision. Les méthodes agiles répondent bien à cela.

De l’importance de mettre en place des outils

L’avantage d’un outil est son côté systémique, pragmatique et non discutable.Il élimine les débats, du moins si il y a consensus sur les paramètres de base. Il permet de ne pas réfléchir à la méthode à chaque fois. Il fluidifie la prise de décision. Il permet de gagner du temps. Pour cela, il doit être simple à mettre en place et à optimiser.

Essai de définition d’un outil de priorisation des fonctionnalités d’un produit web dans une startup

L’éminent Dave Mc Clure a théorisé et formalisé une vision synthétique et centré utilisateur du processus marketing et commercial d’un produit web avec son célèbre AARRR (Acquisition — Activation — Recommandation — Rétention — Revenu). Il définit ainsi les 5 étapes clés du parcours client, les points d’attention du management et les grands domaines des opérations.

Nous pouvons donc considérer que si l’une de nos idées de fonctionnalités vaut le coup d’être développée c’est qu’elle impacte positivement l’un de ces 5 points.

Notre outil s’attachera donc à identifier l’impact de la fonctionnalité sur chacune des 5 étapes, tout en conservant la charge de mise en oeuvre comme paramètre de base.

Cela donne un tableau simple à remplir :

Le petit plus :

Le sondage est une méthode de remplissage du tableau rapide, démocratique et sérieuse. Le Product Manager diffuse un formulaire permettant à chacun de donner sa propre notation dans un délai limite. La moyenne des notes sera établie permettant de déterminer la priorisation finale.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.