Chacun fait de son mieux

Dans une équipe, on peut partir du postulat que chacun fait de son mieux, est de bonne volonté, voire est bienveillant avec les autres. C’est parfois faux dans la réalité, mais il vaut mieux partir de cette hypothèse que du postulat inverse, non ? Ce ne serait pas très constructif de soupçonner chacun du pire, d’emblée et sans données factuelles.

On peut donc, par postulat, accorder sa confiance à chacun. Il sera toujours temps de réviser son jugement plus tard en cas d’erreur.

C’est un état d’esprit qui simplifie beaucoup les relations humaines dans le cadre professionnel, et probablement dans le cadre personnel.

Merci à Colin Garriga-Salaün pour m’avoir donné ce conseil, il y a presque 10 ans, qui m’a beaucoup servi au quotidien et dont j’ai mis des années à comprendre à la portée.