Lux Aeterna I

Lux Aeterna
Jan 11 · 18 min read

En hommage à ma cousine le commandant de police Fabienne Breton Bougaud, sa ‘soeur’ Chantal Pierre d’Annecy son compagnon, prétendu bras droit de Bernard Accoyer.

SUICIDE FABIENNE BRETON BOUGAUD CHANTAL PIERRE ANNECY ACCOYER
Lux Perpetua

Madame Courage,

Je vous remercie de m’avoir répondu. Comme convenu je vous relate mon expérience pour le sujet sur lequel j’ai contacté la Milviludes. Ma vie est simplement une continuité de catastrophes, de malheurs, de souffrances, en grande partie liés au contexte familial. Je vous relate donc AKEO , cette étrange expérience qui m’a conduit à vous contacter. J’ai rédigé ce document en toute sincérité. Aussi j’ai 40 ans depuis le 6 mai dernier, je n’ai aucune honte à vous révéler des informations personnelles. En effet, je n’ai rien à perdre, puisque je n’ai rien tout court. Cela vous montrera au moins ma sincérité. Je vous prie de m’excuser par avance des fautes d’orthographes, la rédaction a été pénible car elle ravivait de douloureux souvenirs.

AKEO, l’iceberg de ma vie

Le contact

L’an dernier je me rends sur mon compte Facebook vérifier si je n’avais pas écrit de bêtises. En effet, je l’avais créé pour jouer à un jeu vidéo gratuit de course de voitures. Se connecter avec ce genre de compte octroyait des points supplémentaires, c’était un élément de progression. J’ouvre la page et suis distrait par autre chose. Une heure après j’y reviens et à ma grande surprise mon frère que je n’avais vu depuis au moins 18 années me contacte. Nous échangeons de banalités, il me vouvoie au début, me donnant du ‘Monsieur’. Rapidement il souhaite que l’on se téléphone, il préfère…bon, comme il veut. La communication se poursuit, tout aussi futile, jusqu’à ce qu’il me fasse part de son appartenance à un réseau d’entrepreneurs, des personnes qui travaillent dans une entreprise d’un nouveau genre. Mon frère est routier de profession, entreprendre n’est pas son truc du tout.

Il habite à plus de 2h30 de mon point de chute. Il souhaite me voire, mais chez lui, surtout pas ailleurs. Je lui propose plutôt un endroit à mi-chemin mais il insiste. Je finit par céder. C’est la première fois de ma vie que mon frère m’invite chez lui…. première fois aussi qu’il me porte de l’attention, m’interrogeant sur ma situation, mes goûts, mes hobbies…inédit. J’imaginais à ce moment qu’il avait fini par devenir adulte, qu’il s’était construit et que la sagesse avait fini par l’avoir. Vouloir renouer avec moi au bout de tant d’années me semblait une noble quête. Le jour convenu de nos retrouvailles, je fini par arriver au bout de deux heures et demi de route chez lui. Je fût frappé par sa condition de vie. Il a racheté la maison de ma grand mère paternelle. Mon père et son frère jumeau l’ont construite quand ils étaient adolescents.

Élevés à coup de ceinturons par mon grand père Viktor, ancien combattant polonais des Zupros, prisonnier de guerre dans un château du côté de Baden Baden je crois. La légende familiale dit que c’est ma grand mère allemande, Marguerite, alors servante dans ce lieu qui l’aurait aidé à s’échapper. Mais ces deux frères ne connaîtrons pas les études, c’est à peine s’ils savent écrire. Je n’ai en tout cas jamais vu mon père écrire le moindre mot. Ils ont deux autres frères, l’un devint électricien un peu marginal. Son rapport aux femmes et à l’alcool lui ont fait connaître les joies de la séparation, longtemps il a vécu dans sa camionnette. Cela n’a pas empêché sa fille de faire science po et aux dernières nouvelles d’avoir un poste très important dans l’agglo de Lyon. Son fils est devenu prof d’histoire et moniteur de surf. Je ne sais rien de plus. L’autre frère est devenu chef d’atelier pour Rhône Poulenc, sa fille est devenue sage femme.

Son fils a gravi les échelons dans la même entreprise que son patriarche. Comprenez: il est passé de la production aux bureaux. Les deux ont de toutes façons connus le divorce. Mes grands parents paternels étaient venus en France durant la seconde guerre mondiale. Mon grand père Viktor était combattant polonais, dans les Zupros. Prisonnier de guerre dans un château du côté de Baden Baden, elle était servante dans ce lieu de captivité. Elle aurait aidé mon grand père à s’évader, c’est le contenu narratif familial, la légende, le mythe. La France fût leur point de chute, ils y ont vécu le reste de leur existence. Elle est très grande, en rase campagne, la 4ème et dernière de la rue, autour il n’y a que des champs. Assez jolie du temps de mes grands parents, fleurie et entretenue. C’est tout cela qui en fait un symbole. Je vois ce jour là des tas de ferrailles partout sur le terrain, rien n’est entretenu.

Mon frère a bouché la porte principale grossièrement. C’est tellement moche avec les moellons apparents qu’on se croirait revenu aux années trente. On y rentre par une petite porte sur le côté. Tout est en travaux et tout est à moitié fait, il n’a plus d’argent pour finir ce qu’il avait entrepris et de toutes façons, il a toujours été fainéant alors….Cela dit, en évoquant ses difficultés, j’apprends qu’il a touché l’héritage de ma grand mère décédée il y a quinze ans environs. Tiens tiens…je n’ai rien eu moi….peu importe. Les tas de ferrailles sont là parce qu’il fait des brocantes…il me parle de ça, puis bizarrement de franc maçonnerie, de choses bizarres dont je finis par comprendre qu’il s’agit du folklore maçonnique.

Le plan

Il est l’opposé de la personne cultivée, réfléchie et sinon adulte, mature. Cela m’intrigue. D’après lui le problème c’est Baphomet. Ah bon…tiens tiens…Il m’explique qu’il adore tout ce qui est occulte, secret. Il a beaucoup étudié la franc maçonnerie et depuis il voit la vie, le monde autrement. Il revient assez vite à son projet d’entrepreneur, son enthousiasme efface ce triste décorum figurant la décadence et la fin de ce que l’on aurait pu appeler une famille . Il finit par évoquer ‘le plan’, s’empresse de préparer son matériel de présentation. Je m’installe devant sa télé et il me déroule un DVD de présentation d’AKEO. Il accompagne le visionnage par un discours très structuré et je suis vraiment surpris. Ce n’est pas du tout son genre de parler comme ça et il se montre tellement professionnel que je l’écoute. Après tout, trente ans sans se voire…Le procédé est réellement…renversant. Quand j’y pense.

Je me prends au jeu, alors que j’étais très sceptique, je ne pensais pas être concerné au départ. Je ne m’en rend même pas compte, je glisse doucement dans son jeu. Presque immédiatement il agit comme si je faisait déjà parti de leur réseau. Il parle extrêmement peu des produits, de la vente, de ce qui fait qu’ AKEO est une société, son but, ce qu’elle commercialise. Plus simplement: on y fait quoi? Non, la discussion s’articule autour des grandes préoccupations de tout à chacun, la retraite, le complément de revenu. Le monde comme il va et ce qu’il deviendra. Le fait que toutes les sociétés sont pyramidales… Chez AKEO ils ne le sont pas, c’est différent, c’est nouveau, c’est génial. Chacun est indépendant, travail à temps choisit, n’a pas de chef. Mais surtout on parle de mes rêves. Quels sont ils et comment puis je les réaliser..de quoi ai je profondément envie. Naturellement les banalités sortent: être propriétaire, faire le bien autour de moi, aider…

Je suis resté une semaine et demi chez lui. Rien à l’échelle de l’humanité, bien trop dans cet entre soi pour se faire laver le cerveau autour du sujet AKEO. Chaque jour il fallait écouter un ‘audio’, des enregistrements de conférences passées, des leçons pour développer son réseau, etc…on y entends aussi des exemples, des gens qui ont réussit dans ce système. Il y a toujours une emphase particulière. Des applaudissements à n’en plus finir. Des récits qui sont censés nous toucher, mais j’ai tellement connu de galères improbables que cela n’a ma pas tant fait d’effet. Mon sens du réalisme confine au pessimisme naturel. Il n’y a pas de magie dans la vie, mais des magiciens, des illusionnés consentant ou entraînés, il y en aura toujours. Il faut aussi lire des livres qu’il faut acheter à AKEO. Des livres parfois intéressants même. Je ne les aurais jamais lu autrement tant ils font ‘bas de gamme’, enfin, je ne saurais expliquer.

Sa détermination semble à toute épreuve: il ne lisait aucun livre avant. Croire que des livres titrés ‘Comment se faire des amis ?’ , ‘L’industrie du nouveau millénaire’ éveillent en moi un appétit de savoir est pour le moins audacieux. L’objectif de cette littérature est la promotion de méthodes dites alternatives pour gagner plein d’argent ou accroître son réseau. Le moins que l’on puisse dire est que je n’étais pas très libre au fond. Je n’avais pas le droit de toucher ma voiture, c’est lui qui la conduisait. En effet, ça passe mieux auprès des clients. Lui n’a pas de voiture, juste une pauvre camionnette blanche pour ses brocantes. Je n’ai pas eu le droit d’aller sur Internet (au cas où je vérifierais je présume). Par contre pour tout payer j’étais là: nourriture, essence, même la réparation des toilettes. Je l’ai fait car je me suis aperçu qu’il faisait ses besoins dehors. Tout autour de la maison, dans le grand terrain, il y a des tas de morceaux de papiers toilette, partout où il a fait ses besoins.

J’ai tout lavé au passage. C’est vaste et tout était tellement sale que j’avais peur d’être intoxiqué. Je n’avais jamais vu une telle couche de graisse sur un évier. En regard de cela, AKEO c’est merveilleux. Tout est tellement génial, c’est le ‘plan B’ magique pour se sortir des impasses de la vie. Mais AEKO c’est quoi en fin de compte? En gros il faut vendre des produits d’une centrale basée en Bretagne, et développer son réseau. C’est de la vente à domicile, pas de démarchage autorisé, officiellement. Pour arriver à ses fins, on développe cette activité au travers des connaissances dans un premier temps. On appel cela le Marketing Relationnel Multi-Niveau , ou encore MLM (Multi Level Marketing). Il ne cesse de me vanter des produits aux noms les plus improbables les uns que les autres. Ils les utilisent (d’après lui), donc c’est forcément bien. Il se vit lui même comme un Diamant, un degré de réussite qu’il pense atteindre en deux ans.

C’est à dire qu’il pense gagner énormément d’argent d’ici là. Avec le recul, c’est impressionnant à quel point cet épisode AKEO est un récurrent de ma vie. A savoir que tout cloche. Se vivre comme un Diamant, et même pas être capable de faire sa propre vaisselle. D’ailleurs l’eau coule chez lui à début réduit faute de pouvoir payer les factures. Me faire embringuer dans quelque chose où je n’ai aucun prise, aucun libre arbitre…oui, c’est une récurrence. Tout perdre aussi…je connais bien.

La lignée

J’ai été réellement surpris par les visites incessantes de sa lignée. C’est un couple de jeunes qui font parti du réseau, ce sont eux qui l’ont recruté. Un choc car le jeune homme paraissait tellement ‘épanoui’ et présentait tellement bien…On aurait dit un milliardaire…J’étais très intimidé. Vous l’aurez compris, la lignée est la branche des personnes qui se sont recrutées dans la constellation AKEO. Ils emploient le terme de largeur pour désigner les personnes qu’ils ont recruté et qui ne font que de la vente. Le mot profondeur est utilisé pour désigner ceux qui développent aussi leur réseau. Si les lignées forment un groupe de personnes aux liens fort, elles se connaissent par les manifestations locales ou nationales qui les regroupent, mais en aucune manière ne se parlent entre elles. La sauce AKEO se déclinent en autant ramification à progression endogène. La discussion avec le couple tourne immanquablement autour d’ AKEO/

On reparle de tout ce qui s’était dit avec mon frère…avec des précisions, des ‘ajustements’…Il faut donc 3 profondeurs et je ne sais plus combien de largeurs pour être désigné manager. Au bout d’un moment on a le droit à sa propre boutique Internet, quand le chiffre d’affaire est important il devient obligatoire de créer sa propre société. Ils parlent du principe de rupture de commissionnement sans en évoquer l’origine, l’histoire. Or tout le système est fondé sur un principe de rétro commissionnement. Chaque tête de réseau perçoit une commission, un pourcentage sur le total des ventes réalisées par ses descendants. Elle n’est pas versée directement, mais dispatchée par la centrale. Il y a une quinzaines d’informaticiens dédiés à la maintenance de la plate-forme informatique, c’est très important. Les convives finissent par partir. Mon frère m’explique que le jeune aux airs de loup de Wall Street travaillait dans la restauration auparavant.

Il ne conduit pas sa voiture. Il n’en a pas, c’est celle de sa sœur… En fait il n’a rien. Mais question force de conviction, il est performant. La manière de faire est tout simplement renversante, je ne l’ai compris que bien plus tard, même si le mot ‘secte’ vient en bouche rapidement, il est occulté par le discours, le sur-enthousiasme des acteurs du réseau, omniprésents.. Parce que tout le monde veut la réussite de tout le monde…Ils m’apprennent que les enfants de ces membres veulent souvent se lancer dans cette nouvelle forme d’entreprise. Ils évoquent des histoires précises de personnes du réseau qui sont dans ce cas…. AKEO donc, c’est plus que faire partie d’une entreprise, c’est un choix de vie, le choix de la réussite. La discussion tourne ensuite autour d’une personne de leur réseau proche qu’ils ont vu il y a peu de temps. Ils le recadrent souvent. Enfin, d’une manière général ils se recadrent souvent entre eux…tout le temps en fait. Ils expliquent qu’ils lui apprennent à éduquer ses enfants.

Il le brusque pour qu’il ai des invitations car ils ne remplit pas ses objectifs, n’est pas assez motivé à leurs yeux. Ils appliquent à la lettre tous les préceptes des livres AKEO et de leur méthode. Parce que toute la littérature sur le développement personnel n’a qu’un seul but: inviter des personnes à rencontrer AKEO. Faire des plans, des présentations, leur rapporte des points. Recruter leur apporte un bonus aussi. Puis il me parle beaucoup des gens que l’on a côtoyé dans notre jeunesse, au collège surtout. Lui n’a pas fait le lycée. Quand j’écris ‘on’, c’était toute sa bande de copains à lui, je ne les connaissais que de nom, je ne les ai jamais fréquenté. Cela m’ a fait un effet étrange. Pas agréable. Après c’est un peu normal, nous n’avons jamais été proche et n’avons aucun bon souvenir en commun. Puis il me parle d’une personne que je fréquentais à cet époque. Quelqu’un de gentil, un artiste en herbe. Et il me dit qu’il a voulu le contacter mais qu’il n’y est pas arrivé.

Il me conseille d’aller le voire. Je ne sais pourquoi, je me suis exécuté le lendemain. Je suis allé en ville à l’endroit indiqué par mon frère. Je passe devant une vitrine et commence à me demander si je ne me suis pas trompé. Et là surprise! Je vois mon ami, que je n’avais pas vu depuis vingt ans, à l’intérieur de la boutique. Il s’agit en fait d’une entreprise de consulting, tout ce qu’il y a de plus banal. Sur le coup cela m’avait vraiment fait chaud au cœur de le retrouver. Comme moi il a passé un master, mais pas dans la même branche. J’ai un autre diplôme aussi de niveau bac +5. Nous avons passé un très bon moment.

La conférence

Au bout de quelques jours, je me voit embrigadé dans une sorte de conférence. Régulièrement ils louent une salle des fêtes dans le coin, jamais dans le même village apparemment. Et les membres du réseau s’y réunissent.. Oups, j’étais le seul sans l’habit du VDI AKEO: costume noir, chemise blanche, cravate. J’étais anormalement mal à l’aise, ils avaient l’air tous tellement épanouis, merveilleux. Cela me faisait penser même à une réunion d’évangélistes tellement ils sont enthousiastes. . Plus que prémonitoire, c’était vrai. L’évangélisation du marché peut être une étape stratégique dans la vie d’une entreprise, ou d’un produit. Il faut quand même payer pour entrer dans ce sanctuaire. C’était ma première, donc j’eus l’immense privilège de la gratuité. Les gens qui passent sur l’estrade sont des managers, ou des gens qui témoignent de leur réussite dans cette entreprise. J’entends à nouveau tout ce qui a été dit chez mon frère, amplifié par le contexte.

L’ auto-congratulation est à son paroxysme. La séance de motivation fonctionne. J’y croise un médecin, un ancien artisan, un ancien technicien, un employé communal…bref impossible d’établir une sociologie de la cible AKEO. J’échange un peu, je remarque que beaucoup sont simples et gentils au fond. Il y a des règles: ne jamais parler à une autre lignée de sa lignée, avoir de quoi noter parce que cela montre son investissement par exemple. Mon frère m’explique qu’il a été félicité par ses pairs lors de l’une de ces réunions. Il avait eu l’idée de promouvoir les produits sur ses brocantes. Ils l’avaient fait monter sur scène, il tremblait encore d’émotions quand il me racontait cela. Le projecteur de la salle repasse les mêmes photos que le DVD du plan. Ils montrent des photos d’un voyage en Amérique effectué un ou deux ans plus tôt. On y a droit à partir d’un premier succès avéré. Ils rappellent que ce sont les créateurs d’AKEO qui sont à l’origine du statut VDI.

On revoit le témoignage d’une sénatrice qui présente l’activité comme l’avenir de l’entreprise. On rappel aussi qu’un directeur de la Fnac a tout plaqué pour s’y mettre et même le comptable d’AKEO s’y est mis quand il a vu les chiffres qu’ils réalisaient. C’est encore un couple qui a tenu le plus longtemps la chandelle. Des managers je crois, lui était artisan avant. Il a du charisme, c’est lui qui parle des choses sérieuses. Sa femme a passé beaucoup de temps à nous présenter des produits, à expliquer comment les mettre en valeur. Comme c’était la première fois, je ne me sentais pas concerné. En observant un peu, certains me faisaient un peu peur. Cela m’a rappelé des endroits où j’avais du me rendre quand je cherchais un job d’informaticien sur Paris. Dans les très grandes SSII, les gens semblent être des acteurs, tout droit sortis d’une série américaine. Tout est brillant, mais tout est faux. C’est le marché aux illusions, des techniciens ou ingénieurs déguisé en hommes d’affaires.

Vers la fin de mon séjour, mon frère m’avait convaincu de participer à cette aventure. Intérieurement, je ne le voulais absolument pas. Une énième rencontre avec la lignée a pour objet de recadrer le … cadre. Lors de cette rencontre, il a été question de pratiquer le FBI, qui veut dire: Formule de Bonne Invitation. En effet, toute la méthode d’approche est expliquée dans un fascicule que l’on vous remet dans un valise, avec des CDs, des échantillons, un ou deux livres. Ils ont pris leur calepins, rappelé des personnes inscrites sur leur liste. Aucun n’est disponible, ce qui a laissé place à un énième brassage de tout ce qui concerne AKEO.

La méthode

La méthode est la suivante: quand vous débutez, vous devez lister toutes les personnes de votre entourage. Bons ou mauvais rapport, inscrivez sur une fiche leur nom, prénom adresse, téléphone, situation familiale et facteurs de motivation. Les facteurs de motivations sont les besoins de la personne sur lequel on va amener le sujet AKEO. Au départ on note ce que l’on pense ce que cela peut être (complément de revenu, financer un projet, etc…) et on rectifie / affine en fonction des discussions que l’on peut avoir avec la personne. L’approche peut donc nécessiter un, deux, trois..quatre rendez vous…il ne faut pas le presser, mais surtout ne jamais parler de l’entreprise directement. Une fois que l’on sent que l’on peut faire un pas dans ce sens, il faut dire des phrases du genre: ​

Écoute, pour ton besoin de X problème de Y…j’ai peut être quelque chose qui pourrais t’intéresser.

Éventuellement:

Je connais une personne qui développe un concept innovant et cela pourrais te plaire, mais je ne garantis rien.

Le mystère doit planer. Il ne faut pas de forcer la personne. Il s’agit de laisser planer l’idée, évoquer la possibilité que quelque chose de novateur puisse résoudre le problème de la cible. A ce moment, vous devez prendre contact avec un membre de la lignée qui va présenter le plan. Il faut connaître ses disponibilités. Entre un et trois jours plus tard, il faut rappeler la personne, lui rappeler cette discussion et lui dire qu’il est invité chez vous pour le lendemain ou le surlendemain soir. C’est le fameux FBI. Si la personne est en couple, elle doit venir avec son conjoint. Cela permet de réduire le champ du doute, d’embarquer deux personnes au lieu d’une dans l’aventure. In fine cela économise aussi une présentation. Il est préférable de contacter plusieurs personnes. En dehors des couples, aucune ne doivent se connaître: il est impératif ne pas s’influencer. Faire intervenir un tiers a plus d’impact pour le plan. Évidemment, vous comme lui êtes déguisés en VDI super star de l’entreprise…

Une autre façon de faire est d’inviter ces personnes en conférence publique, mais vous ne gagnez pas de point dans ce cas. Vous en gagnez surtout si vous êtes amené à faire le plan et faire signer les personnes. ​Les points se transforment un jour en prime qui s’ajoutent aux commissions, issues de votre réseau, que vous percevez. Votre suivi est assuré sur l’espace Internet qui vous est dédié sur le site AKEO. Là vous savez en temps réel le volume de ventes de votre réseau, dont vous, et les commissions que vous pouvez recevoir. Pour la vente, en fait c’est vous qui achetez le produit et le revendez après. Les chiffres étant connus de vos antécédents de la lignée, ils sont aussi source de discussions, de recadrages…il est important aussi que tous aient la même pratique. Le même costume (à part la cravate qui peut être de couleur différente), un bloc note pour les fiches, un crayon de papier et une gomme pour rectifier rapidement les écrits.

Ils appellent cela la duplication. Le procédé doit être simple mais facilement reproductible. A l’infini.

Bas les masques

Au retour j’ai tellement été excité et conditionné, que j’ai fait des démarches pour louer une salle des fêtes là où j’habite, contacter des personnes (qui sont vraiment des gens très bien) pour se revoir. Bref, j’ai commencé à être très actif. Cela a surpris, ce n’est pas ma nature d’appeler les gens pour les voire. J’ai contacté des maisons de retraite pour savoir si je pouvais faire une démonstration des produits. J’ai appelé des personnes que j’avais connu lors de mon séjour en clinique privé, qui étaient si gentilles…je voulais les rendre heureux. J’en ai même parlé au directeur du foyer où je me trouve. Je contacte à nouveau mon ami. Je lui parle d’une conférence sur l’entrepreneuriat, et l’invite par la même occasion à venir à une conférence. Il accepte et j’en informe mon frère. Il n’en croit pas ses yeux et me demande comment j’ai fait. Il n’y a pas de mystère, j’ai été honnête et sincère. Son étonnement me pousse quand même à parler de mon frère à mon ami.

Il m’explique que deux mois auparavant il l’a harcelé au sujet d’une nouvelle façon d’entreprendre. Comme il ne voulait jamais expliquer le fond de cette manière d’entreprendre, il lui a donné une fin de non recevoir. Mon ami est spécialisé dans le conseil aux entreprises, l’accompagnement dans leur gestion. il connaît beaucoup de monde de par cette activité. J’ai compris que mon frère m’a manipulé pour le faire rentrer dans le réseau. J’ai pris conscience que rien dans sa démarche n’était lié au hasard. Son message sur FaceBook, tout le reste était prémédité. Il m’avait donné toutes les clés en plus sans que je m’en rende compte. Il pratiquait à ce moment le FBI…sur moi. Son intérêt soudain, ses attentions. J’étais écœuré. J’en ai vomi. C’était mon ami, un ami de cœur. Ma prise de conscience m’a amené a rappeler tout le monde pour m’excuser, en expliquant que je m’étais fait avoir, sans en dire plus. La honte, sentiment récurrent dans ma vie, à refait surface.

J’ai envoyé un mail à mon frère pour lui dire que cette activité n’était pas très normale, que j’abandonnais. Il m’a répondu par “Tu confirmes que j’ai eu tort de te contacter”. Furieux, je lui ai envoyé un dernier mail incendiaire pour lui dire ses quatre vérités. J’ai vraiment compris de retour là où je suis que j’ai été manipulé, embrigadé, plus exactement: conditionné. Je me suis posé. J’ai fait un simple calcul. J’ai donc écrit un petit algorithme qui suit la progression naturelle de l’effectif du réseau, dans un cadre idéal, prenant en compte le nombre de personnes de votre réseau proche, ceux que vous devez recruter. Parmi eux, je différencie le nombre de personnes qui devraient vendre et celles qui constituent leur propre réseau. Ce sont les profondeurs, ceux qui ne font que vendre seront les largeurs. L’algorithme s’arrête quand l’effectif de l’humanité ne suffit plus. On voit bien qu’arrivé vers le niveau 10, le système s’essouffle.

Par ailleurs, ils véhiculent l’idée de ne pas travailler avec le Maghreb, les mentalités ne collent pas d’après eux. Cela enlève une bonne partie de la population tout de même. Aussi, après m’être informé sur ces systèmes de vente que je ne connaissais pas, il apparaît que le principe de rupture de commission justifie la légalité du système. L’idée est de dire qu’on ne fait pas de profit à l’infini. Cela reste à démontrer car les commissions remontent de toutes façons le long de l’arbre, mécaniquement. Mais le principe de la progression géométrique (exponentielle) demeure. La valise vous coûte 149.00€. J’ai su par suite, en investiguant sur Internet qu’à 150€ c’était illégal….Tout le matériel lié au Marketing ne sert en fait qu’à améliorer son efficacité dans la méthode. A l’intérieur, je remarque que l’échantillon de dentifrice est entièrement écrit en espagnol. Les autres échantillons sont petits et il n’y a pas de marque dessus.

Ensuite les produits ne sont pas très chers certes. Mais cela veut dire aussi qu’il faut en vendre énormément. Les produits les plus vendus et commercialisés par AKEO sont les consommables. Ils ont une très large gamme de produit du reste. Or tout est à la charge du membre du réseau : tous les déplacements, tous les frais que cela occasionne, tout est à sa charge. Les déplacements clients, les réunions indénombrables, les conférences…tout. Alors qu’ils vous vendent du rêve et de la liberté, rien ne ressemble plus à un cauchemar et une indépendance totale au réseau. J’ai tout jeté. Par peur. Peur d’être tenté de renouer avec ça, comme pour n’importe quel addiction, ou pour élément négatif de la vie, il faut jeter pour avancer. Je jette donc AKEO. Mon frère était en train d’en devenir un gourou. Cela explique son trouble comportemental et psychologique. Quand il m’a dit qu’il a tout arrêté il y a 3 mois pour ça, j’étais sidéré.

C’est d’autant plus gravissime ce qu’il se passe que c’est en rase campagne, loin de tout…. Bien sur, ils sont partout, ils peuvent être absolument partout. Voilà, les témoignages sur le NET m’ont bien confirmé ce que j’en pensais. Par exemple : http://forum.doctissimo.fr/psychologie/sectes/akeo-attention-danger-sujet_3680_1.htm#t203175

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade