Deux photos, une génération

J’écris pour Ouest France, à Rouen, depuis décembre 2015. Une activité journalistique que j’aime pour de multiples raisons, et, principalement, parce qu’elle me fait écrire, raconter des choses et rencontrer des gens. Bref, rien d’original.

Il se trouve que je prends des photos pour illustrer mes articles. Je ne me prétends pas photographe. Mais cela fait partie du job. J’utilise un appareil automatique, pas de réglage. Juste à me préoccuper d’être à peu près au bon endroit au bon moment, que le cadrage est correct, que je ne bouge pas trop, et que cela a une chance de ressembler à quelque chose.

Je suis un spécialiste de la photo floue, et j’appréhende toujours un peu le résultat. Mais, parfois, j’ai de la chance.

J’ai pris récemment deux photos, dans deux contextes très différents, à moins de deux semaines d’intervalle,et que je réunis ici, car elles semblent se répondre. Et l’une comme l’autre me semblaient sur le moment représenter la jeunesse d’aujourd’hui. Ce qui voudrait dire qu’il y a deux jeunesse qui n’ont rien à voir. A moins que, et cela ne me semble pas impossible… A moins que, donc, ce soit le même jeune sur les deux photos. Allez savoir.

A l’arrivée de la Color me rad, à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, le 17 avril 2016.
Lors de la manifestation contre la loi Travail, le 28 avril 2016, à Rouen.

Article initialement publié ici.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.