Retour d’expérience « Entrepreneur·e d’intérêt général »

Il reste encore quelques jours pour postuler à la 2ème promotion du programme « Entrepreneur·e d’intérêt général » (EIG) et plusieurs personnes m’ont contacté pour avoir mon retour d’expérience sur la 1ère promotion qui se termine bientôt. Je résume ici les réponses que je leur ai données.


Comment s’est déroulée la sélection ?

J’ai postulé au programme EIG en novembre 2016 en remplissant sur le site dédié un formulaire qui détaillait mes expériences et ma vision des défis qui m’intéressaient. J’ai été sélectionné et 15 jours plus tard je passais un oral dans une salle impressionnante autour d’une immense table de réunion. J’étais seul d’un côté et face à moi se trouvait un jury composé d’entrepreneurs, de membres d’Etalab et de mentors des administrations. Dès le lendemain, je recevais une réponse positive et je démissionnais de mon poste de l’époque.

L’immense table de réunion en question

Quel était ton défi ?

Le défi proposé par la Cour des comptes était de créer un chatbot qui permette aux citoyens d’avoir accès plus facilement à ses rapports. Dès l’oral, j’ai émis des réserves par rapport à l’aspect chatbot qui me semblait un peu gadget. Finalement, j’ai pivoté plusieurs fois, tout d’abord vers un moteur de recherche, et finalement vers une API qui délivre les rapports de la Cour des comptes en format HTML.

Comment était ton cadre de travail ?

Mon bureau était au sein du pôle données de la Cour des comptes, une équipe d’une dizaine de personnes dont deux data scientists. Je codais seul la plupart du temps mais j’ai aussi travaillé en équipe sur certains projets comme la datasession que nous avons organisée avec d’autres administrations. J’étais très autonome sur mes missions et j’ai pu travailler avec les technos que je voulais (Python, Elasticsearch, etc.), même si cela a compliqué la reprise des outils que j’ai développé par les équipes de la DSI.

As-tu été bien accueilli ?

J’ai été très bien accueilli par tout le monde à part peut-être ma collègue de bureau qui m’a demandé le premier jour si j’étais le nouveau stagiaire (nous avons sympathisé depuis) ! Le fait d’avoir un mentor haut placé dans la hiérarchie a beaucoup facilité le déroulement de ma mission en débloquant certaines situations.

Quelle était ta relation avec les autres EIG ?

Nous nous retrouvions toutes les deux semaines, soit pour échanger entre nous, soit pour assister à des ateliers organisés par Etalab et le Liberté Living-Lab. Tout le monde s’entend bien (à ma connaissance) et nous partageons une culture commune à base d’entraide, de logiciel libre, d’entrepreneuriat et d’engagement associatif.

Présentations de nos projets à mi-parcours au Liberté Living-Lab

Que vas-tu faire ensuite ?

Je vais continuer à travailler dans la fonction publique car c’est là que je me sens le plus utile. Le programme EIG nous a ouvert beaucoup de portes et j’ai eu plusieurs offres de la part de startups, d’associations et d’administrations.

Est-ce ce que je peux postuler si je suis jeune diplômé·e ?

Un des entrepreneur·e·s de notre promotion était jeune diplômé quand il a postulé. Si vous avez effectué des stages intéressants, si vous êtes engagé dans une association ou si vous avez une expérience entrepreneuriale, cela jouera en votre faveur. Le terme « Entrepreneur·e » du nom du programme n’est pas à prendre à la légère : pour que le défi soit mené à bien, personne n’ira vous dire ce qu’il faut faire ni ne vous prendra par la main.


Vous souhaitez postuler pour la 2ème promotion ? Rendez-vous sur cette page.

Et si vous avez d’autres questions, vous pouvez les poser ici (après avoir consulté la FAQ officielle évidemment).