Culpabilité, peur de l’échec, épuisement, solitude : les blessures taboues de la vie à l’étranger
Anne-Laure Fréant
9014

Oui je suis d’accord, cet article est assez negatif ne parlant “que” des choses disons difficiles a surmonter pour l’expat. J’habite a Londres depuis 6 ans, j’ai vecu une annee entiere sans travailler (je ne sais pas si on peut faire pire en termes d’angoisse) mais j’ai survécu car, a mon avis, la seule et unique chose à tenir à l’esprit est la “motivation”. Sans motivation rien! Ceux qui partent c’est surement que leur motivation n’est pas assez grande à mon avis.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.