Les passions de vos enfants ne sont jamais anodines

A 12 ans, j’avais deux livres de chevet.

Le premier était un livre du Mensa Club. Comment un club américain pour surdoués qui édite des tests de QI est arrivé entre mes mains ? Sérieusement, aucune idée. Je ne pouvais pas lire le Club des 5 comme tout le monde.

Non. Faut toujours que je fasse ma crâneuse.

Je me souviens uniquement que je m’entraînais comme une brute à ces tests en me disant que le jour du concours, si j’avais le max des points, je deviendrais forcément américaine.

Je ne pouvais pas échouer puisque je vivais dans une cité de merde où à l’âge de 9 ans j’avais reçu mon premier oeil au beurre noir.

Mon deuxième bouquin préféré de l’univers était “Le grand livre des arts divinatoires”.

Donc, il faut m’imaginer, dans ma chambre, en 1992, sur ma moquette marron, à faire des tests de QI ou à apprendre à tirer les cartes, à comprendre l’astrologie, et à faire des thèmes avec la géomancie.

Drôle de passion pour une gamine.

Ce qui est assez déroutant c’est que finalement c’est assez logique.

Prenons la géomancie par exemple, c’est l’art de lire dans la Terre. C’est un art divinatoire ancestral chinois mais qui a été trusté par les arabes. Je vous passe le fait que cela a été un truc à la mode entre le 15 et 18eme siècle porté par quelques ritals cultivés et puis un certain Cattan.

Tellement fan, que j’en ai acheté une édition photocopiée moche sur Gallica il y a quelques temps déjà.

Avec le temps, j’ai voulu me faire des dés Quira qu’on utilise en géomancie. Mais je n’en ai jamais trouvé…..

…. Jusqu’au jour où tout s’est aligné nom d’une pipe à écume de mer !

Un ami iranien de passage à Paris ce week-end m’a appris que ces dés se trouvaient facilement dans son pays. Et ce que je faisais depuis des années avait une origine moyen orientale, caucasienne… iranienne, pakistanaise, afghane, turque.

Je suis d’origine arménienne. Bim, au coeur du poulet.

Je suis chamane mongole. Bim, au coeur du poulet. Et bien oui, parce que Gengis Khan a envahi tout ce foutu monde : les turcs, les iraniens et j’en passe. Il était conseillé par des chamanes du “courant noir” (oui en chamanie on appartient à un “courant” comme dans Harry Potter).

RE TRIPLE BIM : je suis du courant noir. Je t’expliquerai plus tard.

D’ailleurs, pour vous éclairer sur les origines du chamanisme, vous devriez lire Mircea Eliade.

De fil en aiguille, je lui parle de cet oncle que j’ai vu une seule fois petite et qui m’avait impressionné.

Il avait mis du sel dans une assiette et avait demandé à ma mère de laisser ses empreintes de doigts. Après ça, il lui a lu l’avenir sur 30 ans.

Mon ami m’a dit que c’était très courant comme technique en Iran.

D’ailleurs cet oncle viendra me parler (c’est un grand mot puisque je suis rentrée en transe) en 2013 alors que j’ai pris une demi cuillère d’ayahuasca pour une cérémonie au fin fond de l’état de New York. Mais sois patient, on y reviendra.

Bref, tout ce petit bordel n’est peut-être pas cohérent pour toi mais pour moi ca l’est. Et cette phrase qui a tourné en boucle pendant des années dans ma tête : je ne sais pas ce que je deviendrai, mais je deviendrai

Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito.
Like what you read? Give DARTA a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.