Faire ses études au Royaume-Uni pendant et après le Bréxit

Depuis des siècles, des étudiants étrangers choisissent de faire leurs études au RU car l’enseignement supérieur britannique jouit d’une formidable réputation. Cela ne changera pas ! Voici quelques points essentiels pour ceux qui envisagent les études supérieures en Grande-Bretagne dans le contexte du Brexit.

Reconnaissance des diplômes

Quand le Royaume-Uni quitte l’Union Européenne, est-ce que les diplômes britanniques continueront à être reconnus par la France et les autres pays de l’UE ? La réponse est oui, car le processus de Bologne, qui a donné lieu à la création de l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur (EEES) dont le Royaume-Uni fait partie, est indépendant de l’UE ! Il est vrai que l’UE a été un moteur dans la création de cet espace (qui comporte désormais 50 membres), mais beaucoup de membres de l’EEES ne sont pas membres de l’UE. Le Royaume-Uni restera membre de l’EEES.

Souvent, il y a une confusion avec la reconnaissance de certains titres professionnels(avocat, médecin, architecte…) et il est vrai que cette reconnaissance des titres professionnels concerne uniquement les pays membres de l’UE. Mais pour la reconnaissance des diplômes universitaires, rien ne change.

Frais de scolarité

Les étudiants qui commenceront leurs études à la rentrée 2018 payeront les mêmes frais de scolarité que les étudiants britanniques (comme c’est le cas actuellement) et ce pendant toute la durée de leur formation. Ces mêmes étudiants auront accès à un prêt gouvernemental pour financer les frais de scolarité.

Pour les étudiants qui démarrent leur programme à la rentrée 2019, la situation n’est pas encore connue. Soit ils paieront la même chose que les britanniques (en cas d’accord entre la GB et l’UE), soit ils payeront le tarif international. Sur les sites internet des universités, les deux tarifs sont normalement indiqués sur la page dédiée à chaque formation.

Visa d’étudiant

Les étudiants français n’ont pas besoin de visa pour étudier en Grande-Bretagne. Cette situation pourrait éventuellement évoluer à l’avenir, mais cela ne devrait pas être un frein aux études en GB !

Couverture santé

Pour le moment, les étudiants français sont couverts gratuitement par le National Health Service. A l’avenir, il est possible que, tout comme les étudiants non originaires de l’UE, les étudiants français soient soumis au paiement du forfait annuel pour étudiants étrangers, dont le montant est actuellement £150.

En somme, faire ses études en Grande-Bretagne restera une excellente opportunité.