WhatsApp annonce son API. Et le sujet n’est pas la monétisation.

Simon Robic
Aug 21, 2018 · 3 min read

Billet initialement publié le 2 août dans ma chaîne Telegram.

Hier, WhatsApp a annoncé l’ouverture d’une API permettant aux marques d’être présentes sur ce canal, à l’instar de ce que le groupe avait annoncé pour Messenger en 2015. Ca faisait un petit moment que la documentation de l’API était disponible pour certains partenaires de Facebook et que WhatsApp annonçait clairement vouloir aller dans cette direction, avec la sortie (par exemple) d’une application Android pour les SMB permettant de traiter les conversations.

Depuis hier, la grande majorité des réactions tourne autour de la monétisation, soit disant tant attendue, de l’application qui compte 1,4 milliards de personnes et achetée 19 milliards par Facebook. “Enfin Facebook va commencer à monétiser WhatsApp”…

Facebook gagne énormément d’argent, a encore beaucoup de croissance à aller chercher sur Instagram et Messenger qui eux sont déjà des objectifs commerciaux pour les équipes. Malgré le coût de l’acquisition de WhatsApp, sa rentabilité (qui ne sera pas au rendez-vous en ne faisant payer que pour répondre aux messages au delà des premières 24h) n’est pas un sujet pour Facebook.

Penser que c’est la seule raison pour laquelle Facebook lance cette API c’est simplement passer à côté de la révolution de fond qui s’opère et de la place que le conversationnel occupe désormais 1/ dans la vie des gens et donc 2/ dans les stratégies des marques. C’est aussi, je pense, un marqueur de l’incapacité pour certains à analyser Facebook et les autres entreprises par un autre prisme que celui des revenus et donc un signal qu’on ne connait pas grand chose au secteur et surtout aux bouleversements qu’il est en train de subir.

Jusqu’ici, la plus grande partie du rapport entre la marque et le consommateur se faisait à travers de la publicité. Mais 1/ l’état d’esprit des consommateurs a changé. On n’a plus envie de voir George Clooney pour acheter du café mais plutôt de savoir d’où les grains proviennent, comment je vais pouvoir recycler mes capsules et d’être entendu par la marque sur ces sujets. 2/ Au delà de ça, les internautes se protègent même de la pub. Ils n’en veulent plus tellement ils ont été matraqués et ciblés dans tous les sens. 30% des internautes sont équipés d’un adblocker, c’est certainement LE chiffre que devraient avoir les marketeurs en tête.

30% d’adblockers alors que la publicité était le centre de ma stratégie marketing. Et dans le même temps, une explosition de l’usage des applications de messaging. WhatsApp : 1,4 milliards d’utilisateurs, Messenger 1,3, WeChat 1, et Instagram 500 millions de personnes qui s’échangent des messages privés tous les mois.

Nous sommes simplement en train de vivre la conjonction de deux phénomènes qui semblent éloignés mais qui reflettent le besoin de proximité, d’authenticité entre une marque et ses consommateurs. La fin de l’ère de l’exposition de masse pour entrer dans l’ère de la considération. C’est une révolution gigantesque, et qui ne va aller qu’en s’accroissant au fur et à mesure que les assistants vocaux, basés uniquement sur la conversation, vont continuer à se démocratiser.

Je ne sais pas si Facebook avait déjà ça en tête lorsqu’ils ont fait l’acquisition de WhatsApp. Mais penser qu’ils perçoivent l’application uniquement comme un nouveau support de monétisation, c’est passer à côté de la révolution qu’on est en train de vivre.

Facebook ouvre sa plateforme aux conversations entre marques et consommateurs parce que c’est aujourd’hui le moyen le plus efficace, parce que le plus demandé par les consommateurs, pour une marque d’être en relation avec ses consommateurs. La monétisation arrivera après, certainement par des biais qu’on n’imagine pas encore (fees sur les paiements ? Plateforme de bots ? …), mais ce n’est clairement pas le sujet aujourd’hui.

Le sujet aujourd’hui, c’est qu’1,4 milliard de personnes peuvent désormais entrer en contact en direct avec les marques présentent dans leur application préférée, sans page, sans post, sans pub, sans reach, sans taux d’engagement. Mais en discutant en 1 to 1.

C’est ça, que l’on doit commenter aujourd’hui.

Simon Robic

Written by

PMM & Partner @iAdvize — Founder https://TravelOffers.Email — xCEO @bringr — 💌 http://startupsnantes.com — Investor @numaparis @revolutapp @monzo @clever_cloud

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade