Le Siroteur: appellation d’origine mystérieuse

Vous êtes nombreux à nous demander pourquoi Le Siroteur s’appelle Le Siroteur et quel est le lien avec les jeux en bois… Aujourd’hui, on officialise sur les internets les origines de ce nom intriguant. Et oui, c’est cadeau!

Evidemment, les plus proches et mauvaises langues aiment à dire qu’on apprécie de boire not’ petit verre. S’ils nous connaissent bien, s’ils savent que nous sommes deux épicuriens, ils savent aussi que c’est certainement ce trait de personnalité qui nous a poussé à chercher une vie privée et professionnelle plus en accord avec nous-mêmes.

Mais il y a d’autres mystères derrière Le Siroteur. Pour les percer, retour en 2016, dans notre bibliothèque, avec une marée de post-it et des gros feutres. On s’assied par terre et on balance toutes les idées qui nous viennent en tête. Avec quelques consignes tout de même: pas de mot anglais, pas de mot-valise, pas de nom en “-ez-vous” “-et moi” parce qu’on doit confesser qu’on n’aime pas du tout cette tendance. Bref, il reste du français bien ringard, ou pas. Alors on se creuse les méninges. On veut un truc qui ne soit pas trop long, question de facilité sur les réseaux sociaux. On veut un nom de domaine libre (c’est-à-dire un tructructruc.be qui n’existe pas encore).

Un brin d’histoire

On veut aussi, si possible, un clin d’oeil historique à la maison. Parce qu’on travaille de la maison, que la maison fait partie d’un bâtiment qui a vécu avant nous et dans lequel nous avons aussi installé notre atelier. Et parce que cette fermette était il y a cent ans une fabrique de sirop de poires. Donc nous cherchons un mot avec sirop dedans. Mais ça complique pas mal les choses. Et on n’a pas pour projet de commencer à commercialiser du sirop bio sur les marchés.

La grange de la Siroperie, notre atelier

Alors on va chercher du côté philosophique. Parce que notre projet a une vision, celle d’un monde qui tourne plus rond parce qu’il tourne moins vite. Et que cette vision se traduit en une mission, qui est d’inviter le public rencontré à lever le pied, à prendre le temps de se demander pourquoi, et à se reconnecter aux choses essentielles.
Et là, on se dit: tiens, y’avait pas un mot au rayon “sirops” qui pourrait coller avec cette idée? Mais si pardi!

Siroteur? Siroteur… Siroteur!

Mais oui mais c’est bien sûr! Le siroteur, comme le gamin qui aspire son sirop de grenadine à la paille, par petites gorgées et qui se fascine pour la vie qui l’entoure. Le Siroteur comme le regard du grand-père qui se pose sur sa chaise devant chez lui et qui prend le temps de voir ce monde qui a bien changé depuis toutes ces années.

Le Siroteur, comme cet humain qui sirote la vie, la déguste, prend le temps d’en voir et d’en apprécier les petits plaisirs, comme celui de se retrouver autour d’un jeu que d’autres auront pris du temps et du plaisir à concevoir et à fabriquer dans le respect de certaines valeurs, de partager cet instant avec des proches et de créer ensemble de doux souvenirs sucrés. Sucrés comme ce sirop de poires. Tiens, on y revient.

La fabrique à souvenirs — Karzat Funfair @Sziget Festival2016

D’ailleurs, on s’emballe, là. Allons vérifier la disponibilité du domaine lesiroteur.be avant de fondre d’enthousiasme. Ô l’univers est avec nous, la voie est libre! Tiens, et Google, qu’est-ce qu’il en dit? Miracle, uniquement des pages de dictionnaires… Et t’as vu, siroteur c’est l’anagramme de re-sourit.

Et bien, c’est sûr, le sourire s’étend d’une oreille à l’autre, je crois que nous sommes fixés, on écarte les post-it et on en garde un seul, précieux comme le Graal. Ca y est, on l’a, notre nom: Le Siroteur.