et si … ?

J’ai un pote qui n’a rien à cacher, un pote parti travailler à l’étranger, dans un pays dans une situation instable. Assez pour qu’avant son départ il me demande de nettoyer son ordinateur et son téléphone personnels. Assez pour qu’une fois il prenne conscience d’un risque et qu’il me demande de lui expliquer Signal, Telegram, GPG, Tor Browser, comment chiffrer ses disques. Je l’ai nargué, on a rigolé, lui qui n’a “rien à cacher”. Il est parti serein, je l’étais aussi. Son niveau de menace n’est pas très élevé comme on dit.

Puis on discute sur les réseaux, un soir je me suis retenu de lui envoyer une image de lui et son copain lors d’une soirée, en me disant “et si malgré tout une personne tombait dessus ? L’homosexualité c’est tendu là bas”. J’ai aussi réalisé que tout allait bien dans nos conversations. La météo, un peu de boulot mais pas trop, rien de plus que ce qu’il dirait à une terrasse de café. “Romain” est devenu “sa copine qui lui passe le bonjour, elle est à côté de moi [sur Grinder se disant qu’il se ferait bien dérouiller par un brun…]”.

J’ai un pote qui n’avait rien à cacher, mais depuis on échange que des banalités car on se dit que ça pourrait lui causer des problèmes s’il devait ouvrir son ordinateur ou téléphones.

“Quand on se sait surveillés on se comporte différemment”. Je le sais, je l’ai déjà répété, conseillé. Je l’ai déjà appliqué dans un cadre professionnel, mais j’avais vraiment des trucs à cacher. Pour la première fois je dois l’appliquer dans un cadre privé, car suivant les tiers on pourrait avoir quelque choses à cacher. C’est différent, ça fait bizarre.

A single golf clap? Or a long standing ovation?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.