Laeken Leaks 0009 : Le roi taille une plume

Baudouin Van Humbeeck
Jan 14 · 5 min read
(Photo de Sophie Voituron)

Dans le système politique belge, le secret de leurs colloques singuliers est respecté par deux interlocuteurs distincts, mais presque d’égale importance : le Premier ministre qui raconte sa semaine et le roi, qui pose les questions. Voici leurs histoires.

Lundi 14 janvier 2019, 10 h 46, Charles Michel est dans l’antichambre du bureau royal. Sur un mur, un cadre est recouvert par un drapeau belge. Il remplit les mots croisés de Du Mouvement, Mais Pas Trop, le mensuel des membres du Mouvement Réformateur. Une définition lui donne du fil à retordre : « membre du bureau qui ne plante jamais de couteau dans le dos de ses camarades ».

Le chambellan Bertrand ouvre la porte du bureau royal. Charles Michel retire ses pieds de ses pantoufles, sort ses chaussures de ville de sa mallette, les noue et se dirige vers le bureau royal d’un pas pas très pressé.

— Votre Majesté comprendra que cette semaine encore mon gouvernement a obtenu des résultats en affaires courantes !
— Comme chaque semaine, monsieur Michel. Comment vont les petites affaires courantes ?

Charles Michel s’est déjà assis dans un fauteuil, le roi prend place dans le fauteuil opposé.

— Oh, c’est calme, Sire. Ca me laisse du temps pour me consacrer à mon prochain.
— Mais c’est tout bien ça dites-moi, monsieur Michel. À quelle bonne cause donnez-vous ?
— En ce moment, je donne un coup de main au service Ressources Humaines de Proximus, Sire.
— Oh je vois. Le matin vous travaillez pour le roi et l’après-midi vous travaillez pour Leroy !

Charles Michel rit comme si c’était drôle.

— Quels sont les dossiers en affaires courantes qui ont retenu votre attention en affaires courantes, monsieur Michel ?

Charles Michel ouvre la bouche pour répondre, mais… un sifflet de locomotive à vapeur résonne dans la pièce. Le roi sursaute. Charles Michel consulte son téléphone.

— Sapristi !
— Rien de grave ?
— Je vous laisse juge, Sire. Bart De Wever est candidat ministre-président.
— De quelle région ?
— De la Flandre.
— Ah. C’est assez logique.
— Et… et…
— Et ?
— Et il propose monsieur Jambon comme candidat Premier ministre. Il ne veut plus que j’aie mon jobjobjob, Sire. Je le dis très sereinement : je vais me retrouver sans rien, sans mandat, sans emploi… Heureusement que nous n’avons pas encore voté la dégressivité des allocations de chômage, Sire. J’ai créé cent mille jobjobjobs et maintenant je vais perdre le mien.
— Allons, allons, je suis certain qu’un garçon comme vous va pouvoir se reclasser très rapidement… Quel diplôme avez-vous ?
— Oh, j’ai bien fait un peu de droit, mais..

(tweet effacé depuis de @avocatbxl)

— Mais j’y songe, avec votre crâne rasé, vos costumes sombres vous pourriez faire un de nos agents de sécurité tout à fait présentable…
— Merci, Sire. J’y réfléchirai.

Le roi presse un bouton. Bertrand apparait avec un ouvrage relié en cuir et doré à l’air fin. Il tourne les pages. Les écritures des rois des Belges se succèdent. Les deux rois les plus récents ont rédigé bien plus de procédures que tous leurs prédécesseurs réunis.

— Vous savez que j’ai dû créer la procédure Michel ? Vous allez entrer dans Notre Procédurier, monsieur Michel.

Le roi taille une plume, la fait pénétrer dans un encrier et écrit sur le vélin, dans la description de la Procédure Michel : « recaser le Premier ministre à l’issue de la procédure ».

— Soufflez, Bertrand.

Bertrand souffle doucement. L’encre sèche peu à peu.

— Je propose d’exposer Le Procédurier au grand air, Majesté. Il fait si doux pour la saison…
— Vous avez raison, Bertrand. Procédez, procédez.

Bertrand emporte l’ouvrage.

— Vous ne pouvez pas, je ne sais pas moi… trouver un poste dans une institution internationale ?
— Didier… Monsieur Reynders est passé avant moi, Sire. Il va se la couler douce au Conseil de l’Europe pendant cinq ans, pendant que serai jeté dans la précarité.
— On ne vous a pas assez souhaité la bonne année, monsieur Michel, je ne vois que ça.
— Oh si sire. Il faut bien le dire : les vœux de ce week-end ça a été un festival. Vous savez que Rudi Vervoort veut même créer des coopératives locales populaires dans chaque quartier de Bruxelles ? Pourquoi est-ce qu’il n’appelle pas ça un soviet directement ? Vous imaginez, Sire ? Une réunion de la coopérative locale populaire de Laeken au Palais ?
— Oh la la…
— Je ne vous le fais pas dire, Sire.
— Non, je veux dire « Oh la la, il n’y a rien à ce sujet dans Le Procédurier ». Je vais devoir faire revenir Bertrand et entamer une nouvelle page. Mais si la page de la Procédure Michel n’est pas sèche, ultra-sèche, nous risquons la tache.

Le roi presse un bouton. Bertrand entre.

— Alors Bertrand ?
— Encore au moins 23 minutes, Sire.
— Bien, bien. Nous attendrons 23 minutes. Vous attendez avec nous, monsieur Michel ?
— Impossible, Sire.
— Depuis le temps que je vous le répète monsieur Michel : impossible n’est pas Belge.
— Je vais être tout à fait précis, Sire, les syndicats de Proximus n’attendent que moi pour débuter une réunion.

Le roi raccompagne Charles Michel jusqu’à l’antichambre.

— Pas si vite, Monsieur Michel. Vous allez manquer la petite cérémonie d’inauguration.
— Qu’allez-vous inaugurer, Sire ?
— La preuve photographique que notre petite Élisabeth est devenue une vraie femme.
— Vous en êtes bien certain, Sire ?
— Plus que tout, monsieur Michel.
— Dans ce cas, Sire, procédons, procédons…

Le roi fait tomber le drapeau du cadre comme s’il avait fait ça toute sa vie. Dans le cadre : une couverture de Paris-Match.

— Elle a fait sa première couverture en solo, monsieur Michel. C’est une étape qui compte dans la vie, savez-vous.
— S’agissant de Proximus, j’aimerais bien…

Mouvement de tête de Charles Michel vers la porte.

— À quoi allez-vous consacrer votre énergie cette semaine, monsieur Michel.
— À obtenir des résultats exceptionnels en affaires courantes, Sire.
— Comme chaque semaine, monsieur Michel.

Charles Michel sort de l’antichambre. Le roi redresse le cadre qui penchait d’un demi-degré vers la droite.

Baudouin Van Humbeeck

Written by

écrit des articles, du contenu en ligne et des fictions, en fait parfois des films.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade