Des bribes

Il y a des moments où je pense à des choses à écrire, et puis ça s’en va. C’est un peu l’automne dans ma tête, avec des feuilles jaunes et rouges et brunes et parfois vertes qui volettent par-ci, par-là.

Ce matin, dans un podcast, un intervenant remarquait que l’on avait été tellement bien éduqués à être des consommateurs qu’on réagissait en consommateurs et non en citoyens aux problèmes politiques ou de gouvernement. Je pense que c’est une remarque très juste, et que c’est grave. On ne résout pas les problèmes politiques en agissant comme des consommateurs mécontents.

Ça me fait penser aux personnes qui “boycottent” les scanners à la Migros. Ça n’a aucun sens, autre que se donner bonne conscience. Ce n’est pas un problème de consommation, c’est un problème d’évolution technologique. On n’a pas sauvé les fiacres en boycottant les taxis. On n’a pas sauvé l’usine à glace en boycottant les frigos.

Ça me fait penser à Paléofutur, le podcast de Laurent. Un excellent podcast en français pour comprendre les enjeux de notre époque!

L’histoire, c’est important. C’est important de pouvoir prendre un minimum de distance historique et critique sur ce qui est sous notre nez. Au risque de répéter l’histoire aveuglément, de ne pas même voir que nous marchons dans les pas de ceux qui sont allés dans le mur bien avant nous. Oh! Un mur! Si on avait su…

L’histoire, c’est l’histoire de notre société et de notre civilisation, mais en tant qu’individus, nous avons aussi une histoire. Notre histoire personnelle. Et nous avons un regard sur celle-ci, qui n’est pas le même à 15, 20, 30, 50 ou 70 ans. Ou 100. Je pense beaucoup aux âges de la vie.

Mon regard sur le monde a beaucoup changé ces dernières années. Et je me demande combien de ce changement de regard est dû à ma mi-quarantaine, dû à mon âge de la vie, et non simplement aux événements récents qui semblent avoir chamboulé ma vision du monde.

Fin 2016, l’élection du 45e président des Etats-Unis, un dénouement impensable et qui m’a laissée dans un atmosphère de cauchemar pendant très longtemps. Pas tant pour le mal que je craignais pour le pays (même si j’y ai des amis et que je suis triste pour eux), mais parce qu’après Brexit, que je n’avais pas vu venir du tout, et ça, mon optimisme et ma foi en la résilience du monde en avait pris un grand coup. Sans compter que derrière tout ça, à un moment où ma carrière dans le domaine était en souffrance, il fallait bien se rendre à l’évidence du rôle important et grave qu’avait joué la désinformation via internet, qui est devenu tout entier “l’internet social/sociable” qui m’avait tant émerveillée il y a 15–20 ans.

Les réseaux sociaux ont le pouvoir de rassembler ceux qui ont des idées semblables, mais malheureusement, les complotistes et conspirationnistes auront toujours plus d’énergie pour faire circuler leur pourriture que les gens relativement raisonnables et sains d’esprit. On voit aussi, dans un environnement où tout est mesurable et où le profit est maintenant le maître-mot (droit derrière, car le profit en dépend, la course à l’attention), que l’exploitation du système est à présent un business, bien évidemment fort lucratif. Tu veux que je fasse circuler telle ou telle idée? Influencer l’opinion vers ici ou là? Polariser les gens sur des questions qui divisent comme l’avortement ou l’immigration? Pas de souci, balance les sous, on va payer des tas de gens dans des bureaux pas chers pour déséquilibrer l’information.

Ça me fout le moral en bas, ça. Et je me dis: est-ce que je vois ce genre de chose et ça me dérange parce que nous vivons effectivement une époque très particulière, ou bien est-ce que mon regard sur le monde est celui de mon âge, est-ce que c’est le propre de tout quarantenaire d’ouvrir les yeux sur le monde autour de lui et de se sentir découragé?

Alors j’en sais rien, vraiment, mais à la lecture du passage sur les âges de la vie dans le livre Comment rester vivant au travail, que j’ai lu il y a un an environ, j’ai pris conscience que l’âge colorait quand même beaucoup notre attitude face à la vie. J’ai perdu espoir que nous étions à l’abri (je pense à l’Iran, souvent), j’ai perdu confiance dans le jugement des hommes (humains), et je crains que les choses doivent maintenant devenir bien plus graves avant de s’arranger. Alors, est-ce parce que nous sommes dans une période plus sombre, ou simplement parce que j’ai l’âge que j’ai?

Parce qu’objectivement, si on prend un peu de recul, il n’a jamais mieux valu être une femme qu’aujourd’hui. Revenez en arrière ne serait-ce que 100 ans. Vraiment? Il vaut mille fois mieux vivre aujourd’hui. #metoo nous ouvre les yeux, mais n’a pas créé une nouvelle réalité. C’est un mouvement qui nous invite à voir et lire autrement ce qui était déjà là. Les choses bougent.

Alors malgré les anti-vaccins, les trumpistes, les voleurs de selle de vélo et les gens qui ne voient pas le problème avec #notallmen, j’essaie de me concentrer sur le verre à moitié plein. Mais c’est pas tous les jours facile.


Originally published at Climb to the Stars.