Giardiose: ma copine giardia lamblia

Je dis que giardia lamblia est ma copine parce que ça fait probablement deux ans ou plus qu’on traine ensemble. Oui oui, probablement chopée en Inde, mais ça existe aussi dans nos contrées (chats, chiens, et jeunes enfants).

L’histoire? Je vous la résume, si vous n’avez pas suivi le feuilleton sur Facebook. Début décembre, “gastro” qui tarde à passer. Analyse de selles. Giardiose! Premier traitement. Rechute. Deuxième traitement. Rechute. Médecin spécialiste des maladies tropicales.

Si j’ai un tuyau à vous donner: la prochaine fois que vous avez un truc tropical, allez directement voir un spécialiste.

Des mots dudit spécialiste, c’est une “belle saloperie” pour s’en débarrasser. En fait ça me rassure et me soulage infiniment d’entendre ça. Il confirme que je me balade certainement avec depuis au moins deux ans. Oui, l’intolérance passagère au lactose, c’est ça. Les douleurs, ballonnements, gaz, et diarrhées intermittentes. Moi qui croyais que j’étais un peu trop relax avec le nombre de jour que je gardais mes restes au frigo (ou le nombre d’années au congél).

Semblerait que dans nos contrées, ce sympathique protozoaire soit même responsable de “mauvaises classes” chez les enfants. Celles où ils sont fatigués, pas à leur affaire, absents…

Je n’ai aucune peine à l’imaginer. Depuis des mois voire des années (et maintenant, je me dis “depuis en tous cas octobre 2015”), je me trouve fatiguée, sans énergie, et à la digestion souvent pénible. J’en ai même parlé à mon médecin, on a fait des analyses sanguines, quelques mini-carences, mais rien de profondément anormal. Et c’en est resté là.

On est toujours plus intelligent après: en gros, ça fait probablement deux ans que j’ai une infection parasitaire qui a un impact négatif sur ma capacité à être active dans ma vie. Con, hein.

Ce qui me fait penser ça?

Après le premier traitement (3x250mg de metronidazole par jour pendant 5 jours, un peu léger en première instance semblerait-il) je me suis sentie plus en forme et pleine d’énergie que je ne l’avais été depuis “des siècles”. Digestion nickel, je dormais même pas plus que d’hab, mais j’avais la pêche. Et patatras dix jours plus tard.

J’ai vu quelque part (je ne retrouve plus où) qu’il suffit d’une dizaine de ces bestioles dans un verre d’eau pour vous faire une belle infection.

Deuxième traitement, albendazole (400mg 1x/jour pendant 5 jours, bon choix en deuxième instance selon le spécialiste). Et moins d’une semaine après la fin de ce traitement, me voilà de nouveau HS (vive les vacances de ski).

Au programme:

  • éviter les produits laitiers pendant 2 mois (intolérance passagère aux produits laitiers)
  • si dans 10 jours j’ai toujours des symptômes, commencer mon troisième traitement d’antibios (histoire de se donner une chance que les symptômes soient dus à l’intolérance passagère)
  • troisième traitement, dose de cheval: ornidazole 500 3x/jour pendant 10 jours, qui devrait liquider l’éventuel ami blastocystis aussi.
  • si dix jours après le traitement je pète pas le feu, je retourne et on relance les analyses.

Au-delà de mon propre cas et des conséquences de cette infection sur ma vie (qui est encore à mesurer, une fois que je serai guérie, et que j’aurai un point de repère pour ce qu’est “aller bien”), ce qui me fait vraiment frémir c’est l’impact des infections à large échelle sur des sociétés entières. Si giardia lamblia peut nous donner une “mauvaise classe”, on ose à peine imaginer son impact sur les populations de pays en voie de développement où 30% des gens peuvent être infectés.

Ça ne m’étonne pas d’apprendre qu’elle a été largement négligées jusqu’à il y a peu.

Cette expérience me fait penser à Unrest — de nouveau, on est à une autre échelle de gravité que ce qui m’arrive, mais il y a des parallèles: le mari de la réalisatrice explique à quel point il est délicat d’obtenir de l’aide. Si on dit trop peu, personne ne peut nous aider, et si on en dit trop, on passe vite dans la catégorie “patient psy”.

Que faire avec ces symptômes vagues ou sub-cliniques? J’ai mal au ventre, je suis fatiguée, j’ai des coups de barre digestifs… C’est vrai qu’à force de revenir à la charge avec ces choses qui objectivement ne sont “rien”, on finit aussi par se demander si on imagine des choses.


Originally published at Climb to the Stars.