Un chat c’est CHF 2000.- par an

En moyenne. Sur une vie de chat. A la louche.

Ça paraît beaucoup, hein?

En faisant ma compta 2016, je me suis amusée à extraire mes frais de vétérinaire. C’était une mauvaise année. La première pancréatite de Quintus, la maladie de Tounsi.

Un jour, au guichet après une consultation, je mentionne le chiffre à l’assistante. Elle n’est pas étonnée. Et elle m’en donne un autre: le montant que j’ai dépensé chez eux, depuis 17 ans que je suis leur cliente.

Alors j’ai fait des calculs. Sur 20 années de vie de chat en moyenne, à la louche, en rajoutant un bout pour les consultations d’urgence hors du cabinet, les spécialistes, le Tierspital. Bagha, Safran, Tounsi, Quintus, Erica, une poignée de chatons. Ça comprend les croquettes (médicalisées parfois) et les médicaments. Les vaccins, les bobos, les grosses maladies, les accidents, les mystères.

Et à la louche, un chat, ce serait sage de budgeter CHF 2000.-/an.

Certes, il y a des années qui ne coûteront pas grand-chose. Et des chats qui ne coûteront pas grand-chose. Une moyenne, c’est une moyenne. Mais je me dis que se rappeler qu’un chat c’est 2000.-/an au budget, ça éviterait les gens qui se plaignent sur Facebook du prix d’une stérilisation (les chatons ça peut coûter cher aussi, en passant), ou qui “n’ont pas les moyens” d’amener leur chat clairement malade chez le vétérinaire.

Le jour où on a un souci sérieux avec un chat, on est vite dans les grosses centaines de francs, et facilement dans les quelques milliers. Il vaut mieux y avoir pensé avant.

Pour ma part, je me dis que deux chats, c’est un nombre sage pour moi.


Originally published at Climb to the Stars.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.