Le parcours d’un UX Junior

Les stages de fin d’étude ont généralement comme but de t’immerger dans le monde professionnel afin d’avoir une transition douce des bancs de l’école au bureau. C’est pendant ma dernière année d’études que j’ai entrevu le monde professionnel et c’est ici que l’histoire commence…

Mon stage de fin d’études

Un nouveau trajet le matin, un nouveau lieu de travail, un Mac fourni par l’entreprise, un nouveau logiciel (Adobe XD) et de nouveaux collaborateurs. Ici, plus de professeurs pour me guider, aucun horaire variable, mais des projets concrets. C’est lors de mon premier stage que j’ai appris le plus et c’est là où j’ai fait le plus de découvertes. 
Durant mes études, on m’a appris à faire mes design d’interfaces sur Photoshop et c’est en arrivant en stage que j’ai compris que ce n’était pas vraiment l’outil le plus adapté. Mon maître de stage m’a donc montré Adobe XD. Mon premier réflexe a été de chercher des tutoriels sur YouTube. Puis après une prise en main de quelques heures et de la pratique sur 2 jours, je maîtrisais l’outil. L’avantage de nos logiciels dans le design est qu’ils se ressemblent tous et il suffit d’un petit peu de pratique pour connaître les grandes lignes. Mais l’outil ne fait pas tout dans le design…

Je me suis rendu compte également de mon manque de références…
Mon maître de stage m’a donné une source que j’utilise encore aujourd’hui en cas de doute: design d’expérience utilisateur” par Sylvie Daumal.
Dès que j’ai une zone d’ombre, je cherche dans les livres, les articles ou les vidéos conférences sur internet.

Photo by Dakota Corbin on Unsplash

Voici quelques livres que j’aurais aimés connaître avant d’attaquer un stage et mon premier boulot:

_ Design Émotionnel par Aarron Walter

_ Ux Design et ergonomie des interfaces par Jean-François Nogier et Jules Leclerc

_ Méthodes de design UX par Carine Lallemand et Guillaume Gronier

_ Stratégie de design UX par Antoine Visonneau

_ User experience revolution par Paul Boag

Lors de ce stage, j’ai pris connaissance de la culture “agile” et de son fonctionnement. J’ai travaillé sur divers projets : carte de voeux, animation de SVG et design d’une application. Ces projets m’ont apporté une certaine méthodologie de travail. J’ai appris à structurer et prioriser mes tâches, selon l’urgence. Malheureusement, je n’ai vu qu’une partie du process utilisé dans cette agence, car mon stage n’a duré que 3 mois. J’ai donc cherché moi-même un design process qui conviendrait à mon projet de fin d’études.
Recherches (comparaison, user-feedback), Wireframe (prototype testable), création d’écrans, développement back/front-end et rendu pour présentation. Voilà le process utilisé pour créer mon réseau social pour triathlètes.
Depuis le stage et la fin de mes études, mon process a bien évolué.

Photo by Oliver Roos on Unsplash

Le choix avant le monde professionnel

J’ai dû prendre une décision drastique qui a changé ma vie… On est seul maître de ses décisions et je pense que cette partie est importante à partager. Jeune passionné par le monde de l’UX, je ne voulais qu’une chose, apprendre encore et toujours plus sur l’expérience utilisateur ! Je me suis donc lancé dans un concours pour entrer en Master Stratégie Digital avec spécialisation UX Design. L’école était à Toulouse et en alternance, car je voulais devenir financièrement autonome.

Direction la ville rose, accompagné de mes parents…
Tout se concrétise : appartement trouvé, une agence est emballée par mon profil, j’arrive déjà à me projeter. Les semaines passent et les nouvelles arrivent… L’appartement ne sera jamais acheté, car la banque refuse le crédit et l’agence refuse mon profil pour une raison qui, aujourd’hui encore, me laisse perplexe…

À ce moment-là, le moral en prend un coup, mais je ne perds pas espoir et je continue d’envoyer des CVs pour trouver mon alternance. En parallèle, je postule chez Maltem Consulting Group au Luxembourg pour mettre toutes les chances de mon côté.

Je reçois une réponse rapidement et je passe les premiers entretiens. Le mois de septembre approche et avec des amis nous avions prévu une semaine de détente au Portugal à proximité de Braga. Une maison, des amis, des soirées, un bon mélange pour remonter le moral de quelqu’un qui se sentait un peu perdu. Mardi matin, je reçois un appel d’une entreprise de Toulouse qui me propose une alternance et un CDI par la suite. Maltem m’annonce également qu’il souhaite me recruter au sein de leur web studio. Je me retrouve confronté à deux possibilités : partir dans le Sud pour faire mon alternance ou sauter sur l’occasion d’entrer dans le monde du travail et acquérir de l’expérience. Je me pose avec mes amis et on en discute. Comme dit précédemment, on est seul maître de ses décisions, j’ai donc choisi de travailler pour…

Photo by Ben White on Unsplash

Maltem Consulting Group

“Pourquoi Maltem et pas l’alternance ?”

En dehors de mes choix personnels comme la famille et les amis, j’ai préféré Maltem, car la société m’offrait pas mal d’avantages. À commencer par acquérir de l’expérience… Ils se sont développés à de nombreux endroits dans le monde et j’ai beaucoup aimé leur implication avec l’humanitaire.

Après de longs mois à faire de l’administratif, j’arrive enfin chez Maltem. J’ai commencé le 7 janvier 2019 et depuis ce jour, j’ai appris énormément. Le contact avec l’équipe et mon mentor se fait rapidement et naturellement. Je travaille avec 4 développeurs full-stack qui se chargent du back-end/front-end des produits et mon mentor est un UX designer avec une super expérience. Il partage ses références, ses créations, il me guide en cas de doutes et m’aide à trouver de nouveaux ateliers.

Arrivé dans la société, on me lance sur un projet en interne et il a fallu que je trouve un design process bien plus détaillé que celui que j’avais à l’école.
J’ai repris les informations existantes et je me suis intégré au projet.
J’ai utilisé des ateliers comme l’interview à questions ouvertes et le tri à cartes pour avoir le maximum d’informations.

Je balance une petite source qui m’a servi pour me guider dans ce nouveau challenge: https://uxchecklist.github.io/
Sur base de cette “checklist”, j’ai pu visualiser certaines tâches, prendre connaissance d’autres que je n’imaginais pas et mettre en place un process efficace.

Photo by Ben Kolde on Unsplash

J’ai dû apprendre un nouveau logiciel de design également. Ma licence Adobe étant expirée, l’équipe de Guiz (agence sur Paris qui fait partie du groupe Maltem) m’a invité à utiliser Sketch. Aujourd’hui je ne jure que par lui, la puissance des symboles rend le travail tellement plus facile. Il faut quand même une certaine méthodologie pour que son utilisation soit optimale, mais l’essayer c’est l’adopter (#téléachat).

J’ai pris goût à la recherche et à la découverte en général dans le monde de l’UX. Que se soit de nouvelles méthodes de travail comme le sprint, le boot camp, le hackathon, ou encore organiser et animer des ateliers (faire des crazy-eight, du shadowing), augmenter mes connaissances en ergonomie, en design pattern… Bref, depuis que je suis arrivé chez Maltem j’ai envie d’apprendre encore et encore, pour un jour peut-être partager toutes ces connaissances avec d’autres passionnés en montant sur scène.

J’ai également laissé la partie front-end de côté pour me focaliser sur mes principales missions, l’expérience et le design d’interface. Il a fallu trouver un outil de collaboration pour que les développeurs puissent avoir accès à tout le nécessaire pour coder le front sans soucis. J’ai donc utilisé Zeplin, mais je me penche également sur Figma et InVision.

Et enfin, en dehors du travail, je pratique beaucoup de sport pour décompresser et me maintenir en forme. J’ai donc trouvé une salle de crossfit, à chaque problème sa solution !

En conclusion de cette expérience

J’ai appris les bases en cours et je me suis adapté aux outils et aux méthodes employés dans le milieu. Je suis passé d’une école à un stage en agence, puis à un cabinet de conseils avec beaucoup de collaborateurs. Mon design process a évolué, mon vocabulaire également, j’ai bien plus de références à partager qu’avant et je me sens bien plus investi dans mon travail que durant mon stage ou mes études. Avoir un mentor est aussi un gros point fort puisqu’il permet d’avoir un oeil extérieur sur le projet et favorise l’itération. Enfin, j’ai quelques conseils à partager avant d’entrer dans le monde du travail qui vous serviront surement:

  • Ne pas hésiter à dialoguer avec d’autres UX Designer
  • Participer à des meetups
  • Trouver des références et s’en imprégner
  • Lire régulièrement des articles concernant l’UX
  • Connaître les ateliers et leur utilisation
  • Etre curieux dans tous les domaines où l’expérience est appliquée (en dehors des écrans et des interfaces)
  • Connaître et comprendre la méthode “agile” ainsi que le travail d’un Product Owner et d’un Scrum Master.
“ Si je sais que je ne sais rien, alors j’ai envie de savoir, alors je suis curieux, alors j’écoute, alors je questionne, alors je m’étonne ”— Charles Pépin