Chammal : le volet français de l’opération Inherent Resolve (1/4)

Chammal est une opération conduite par les armées françaises depuis septembre 2014. Elle est le volet français de l’opération Inherent Resolve (OIR) lancée par la coalition d’une soixantaine de pays et placée sous l’égide des Etats-Unis. L’opération est destinée à arrêter la progression de daech, à affaiblir ses capacités militaires et à rétablir la stabilité dans la région.

1. COMBATTRE DAECH

Devant l’expansion du groupe terroriste daech qui proclame la constitution d’un califat sur les territoires d’Irak et de Syrie le 29 juin 2014, la communauté internationale a décidé de lancer l’opération Inherent Resolve (OIR). Elle répond ainsi à la demande du gouvernement irakien et inscrit son action dans le cadre de la résolution 2170 du conseil de sécurité des Nations Unies en date du 15 août 2014.

Placée sous l’égide des États-Unis, une soixantaine de pays met en place une coalition destinée à :

  • arrêter la progression de daech ;
  • affaiblir le groupe terroriste en détruisant ses capacités militaires et en désorganisant ses flux logistiques ;
  • appuyer la reconquête des territoires et rétablir la sécurité dans la région.

L’opération Chammal est lancée le 19 septembre 2014. Le Chammal est un vent de nord-ouest, soufflant sur l’Irak et le golfe arabo persique. Il provoque de violentes tempêtes de sable qui touchent l’Irak, le vent provenant de Jordanie et de Syrie.

Elle constitue le volet français de l’opération Inherent Resolve (OIR).Commandée par le chef d’état-major des armées, le général d’armée Pierre de Villiers, à partir du Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) situé au coeur de Balard, elle est conduite en étroite coordination avec nos alliés et partenaires présents dans la région. Elle s’intègre dans une stratégie militaire globale de lutte contre les groupes armés terroristes qui menacent les Français et le flanc sud de l’Europe. Agissant au sein de la coalition OIR, la France intervient en appui des forces armées irakiennes. Il s’agit d’une opération qui s’inscrit dans le temps long et dont le but vise à mettre daech à la portée des forces irakiennes. Son premier effet a été de donner aux forces irakiennes le temps nécessaire pour remonter en puissance afin de reconquérir les territoires perdus.

Le 8 septembre 2015, sur décision du président de la République et face à la menace terroriste pesant sur la France, la zone d’intervention de l’opération Chammal est étendue à la Syrie afin de pouvoir frapper également les centres depuis lesquels daech planifie et organise ses attaques.

Le 20 novembre 2015, à la suite des attentats perpétrés à Paris, l’adoption par les Nations Unies de la résolution 2249 marque la détermination de la communauté internationale à combattre par tous les moyens la menace terroriste, qu’il s’agisse de daech ou des groupes armés associés à Al-Qaïda.

2. ACTUALITÉ DE L’OPÉRATION

Depuis le mois de juin 2016, la situation est marquée par le recul de daech en Irak comme en Syrie. Les offensives lancées par l’organisation terroriste se sont soldées par des échecs .Le groupe terroriste est contraint d’adopter une posture défensive. En Irak, soumis à la pression des forces armées irakiennes et des frappes de la coalition, daech limite son action au harcèlement des forces locales et à des attaques terroristes à fort retentissement médiatique contre les populations civiles. Dans la vallée de l’Anbar, les Forces de sécurité irakiennes (FSI) ont libéré la ville de Falloujah, dans laquelle des opérations de sécurisation doivent encore être menées suite à la pose de pièges par daech. Au nord de l’Irak, les FSI avancent dans la vallée du Tigre, et se sont emparées de plusieurs villages au nord de la ville de Baïji. Elles font cependant face aux premières défenses de daech au sud de Mossoul, qui bloquent pour l’heure leur progression au niveau de la ville de Qayyarah.

En Syrie, les forces locales poursuivent leurs actions contre daech. Les semaines précédentes ont été marquées par un recul du groupe terroriste autour de sa zone sanctuaire dans le secteur de Raqqah. Les dernières opérations ont permis l’encerclement de la ville de Manbij par les forces démocratiques syriennes, affaiblissant significativement daech dans le nord syrien. Néanmoins, l’organisation conserve toujours sa combativité.