Je le répète : les idées, ça ne sert à rien !

Je l’ai lu, entendu et vu un bon nombre de fois… Je pensai que tout le monde l’avait compris… mais non ! Je croise encore des gens qui pensent que, pour monter une boite, le plus important c’est d’avoir une idée et que tout le reste va couler de source. Après quelques années en tant qu’entrepreneur, je peux le confirmer : une idée ne sert absolument à rien si l’on a pas la capacité à la mettre en oeuvre. J’ai vu de nombreuses personnes (y compris moi !) arriver avec des idées, se lancer à fond dedans et se rendre compte, une fois l’application finie, qu’il manquait pas mal de choses pour que ça marche… par exemple un plan de communication, un site web, un commercial, des outils pour gérer le support, une équipe de développement permettant de gérer la charge de travail, des tarifs, un business plan, un chef de projet, de la trésorerie… A l’inverse, j’ai vu un certain nombre de projets réussir avec des idées pas forcément révolutionnaires. Ces projets avaient tous en commun une équipe flexible, travailleuse avec des compétences complémentaires. Tout le monde avait une vision et avait les compétences pour la réaliser. Nous venons d’ailleurs d’avoir un bon exemple avec le film “Le discours du roi”. Franchement, quelqu’un vient vous voir avec le projet d’un film sur l’histoire d’un roi qui a un bégaiement, vous investissez 10 millions d’euros dans le projet ? Non. Pourtant, il en a déjà rapporté 150 et a obtenu quatre Oscars. C’est un exemple qui montre bien que si l’idée est importante, c’est l’exécution du projet qui fait le succès (mais aussi un peu la chance…). Plus le temps passe, plus je pense qu’il est intéressant d’utiliser le capital d’une entreprise pour faire venir quelques personnes exceptionnelles dans leur domaines et qui vont pouvoir donner un véritable coup de boost à l’entreprise.

PS : Ce texte exclut en partie les idées “brevetables” même si déposer un brevet demande aussi, entre aure chose, une certaine expertise.


Originally published at straumat.blogspot.fr on October 12, 2014.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.