Quelques bonnes habitudes d’entrepreneur

Au fil des années, j’ai remarqué que certaines habitudes étaient communes à beaucoup de gens qui réussissent. Avec cet article, j’ai voulu faire une liste (non exhaustive) de ces bonnes pratiques.

Ne pas manger seul et, de manière générale, travailler son réseau.

Lorsque j’ai créé ma première entreprise, je croyais que les deux choses les plus importantes étaient d’être bon et de travailler dur. Après quelques années, je pense toujours que ces deux choses sont primordiales mais qu’il y a une chose plus importante : Avoir un bon réseau (professionnel et personnel).

Avoir un carnet d’adresses bien rempli, c’est l’assurance de trouver des solutions à tous ses problèmes mais surtout, si on prend le temps de rester en contact avec tout le monde, c’est la meilleure source d’opportunités qui soit. Je suis désormais persuadé qu’il est impossible de réussir seul et qu’il faut s’appuyer sur son réseau. Comme le disait Zig Ziglar : “Pour obtenir ce qu’on veut, il faut aider les autres à obtenir ce qu’ils veulent”.

Améliorer et travailler son réseau est presque devenu une science et, pour s’y mettre sérieusement, je vous conseille le livre “Never Eat Alone” qui détaille bien l’état d’esprit à avoir, les qualités à développer et les techniques pour avoir un deal gagnant/gagnant avec son réseau. Bon, c’est très “américain” dans le style (avec l’enthousiasme qu’on leur connait) mais il y a beaucoup de conseils intéressants.

Tout ceci n’est pas neuf, Sun Tzu disait déjà que pour s’assurer l’invincibilité, le stratège doit s’attacher à mettre en place un tissu de relations légitimes et ritualisées qui se structurent en un ensemble cohérent et réactif.

Avoir des mentors.

S’il y a une chose sur laquelle tout le monde s’accorde, c’est que rien ne remplace l’expérience et l’expérience, c’est quelque chose qui ne s’achète pas !

Il y a quand même des façons de combler cet handicap. L’une d’entre elles, c’est de se rapprocher de gens expérimentés et d’en faire des mentors. Par exemple, il y a quelques années, j’ai rejoint une association régionale qui regroupe des entrepreneurs dans le domaine des TIC (http://www.spn.asso.fr). Cela m’a permis d’apprendre auprès de ceux qui étaient déjà passés par les étapes que j’allais rencontrer. Grâce à leurs conseils, j’ai gagné énormément de temps en évitant les erreurs qu’ils avaient commis.

A l’heure des réseaux sociaux, une autre solution consiste à utiliser Twitter pour suivre les personnes qui vous paraissent les plus pertinentes. Même si l’on est surtout dans une relation unidirectionnelle, on peut quand même arriver à engager des discussions et à apprendre beaucoup des gens que l’on suit.

Adopter la méthode Getting Things Done.

Getting Things Done (ou GTD) est une méthode “inventée” par David Allen qui permet d’améliorer son organisation et de réduire son stress. Le principe est assez simple, il s’agit d’avoir un système fiable qui permette de lister tout ce que l’on a à faire et de choisir ce sur quoi l’on va travailler à l’instant T.

Afin de mettre oeuvre cette méthode, j’utilise l’outil Remenber The Milk qui est une application de gestion des tâches full web (compatible igoogle, gmail, android, blackberry, iphone…).

J’y ai créé trois listes :

  • Boîte de réception : Liste fourre tout qui permet de lister rapidement tout ce que j’ai à faire.
  • Professionnel : Toutes les tâches liées à mon travail (contacter un client, rédiger un dossier, envoyer des offres de stage…).
  • Personnel : Toutes les tâches personnelles (pressing, courses, paiement de factures…).

Chaque tâche a une date d’échéance et une priorité :

  • Haute — Doit être faire.
  • Moyenne — Devrait êre fait.
  • Basse — Tâche récurrente non urgente.

Le stress est en grande partie lié au fait que notre esprit ne sait pas maintenir son attention sur plusieurs choses à la fois. Si vous avez 15 choses à faire dans une journée, vous allez stresser car votre cerveau va constamment les passer en revue et essayer de les lister. Si vous écrivez ces tâches sur un bout de papier en les priorisant, votre journée sera beaucoup plus facile car vous n’aurez qu’une seule chose à penser : la tâche en cours à réaliser.

C’est pour cela que la boîte de réception est vraiment importante car elle permet de rapidement se vider la tête. Quand une tâche m’arrive, je la rentre dans la boîte de réception et je l’oublie. Je trierai chaque soir cette liste le soir pour fixer une échéance et une priorité.

Revue journalière et hebdomadaire.

Le temps passe vite, les journées et les semaines défilent et on peut oublier pas mal de choses. Une bonne habitude consiste à mettre en place des revues journalières et hebdomadaires qui sont des petits moments réservés pendant lesquels je passe en revue différentes choses.

Voici ce que je fais tous les soirs avant de quitter le bureau :

  • Revoir l’agenda de la journée et créer des tâches en fonction de ce qui s’est dit à chacun des rendez-vous (rédaction de compte rendu, rdv à prendre, personne à contacter…).
  • Vider ma boîte mail en répondant à chaque email ou en les transformant en action (ma boîte de réception doit être vide en quittant le travail).
  • Voir mes tâches pour le lendemain et re planifier si nécessaire.
  • Revoir les rendez-vous du lendemain et valider qu’il y ait bien un ordre du jour pour chacun.
  • Planifier et prioriser les actions dans la liste “boîte de réception”.

Voici ce que je fais tous les dimanches soirs :

  • Revoir l’agenda de la semaine passée et voir si chaque rendez-vous a bien été traité correctement (email de remerciement, comptes rendu envoyés…).
  • Revoir l’agenda de la semaine prochaine, valider les rendez vous, vérifier qu’il y ait bien un ordre du jour clair, et que j’ai tout ce qu’il faut pour m’y rendre (nom du contact, adresse du rendez vous…).
  • Revoir les tâches planifiées pour la semaine prochaine et prioriser.
  • Vérifier que tout ce que j’ai prévu de faire correspond bien à mes objectifs à long terme.

Faire du sport.

Quand on travaille beaucoup et qu’on adore ce que l’on fait, on a tendance à ne faire plus que ça. Le problème, c’est que ce genre d’activité a quelques “mauvais côtés” comme le stress ou le surpoids (à cause des restos ☺ ).

Je ne vous apprendrai pas grand chose en vous disant que le sport est un bon moyen de s’échapper, d’évacuer le stress et de perdre le surpoids accumulé.

Le plus dur étant de trouver la motivation (et le temps), il est intéressant de savoir que le sport, en plus d’être bon pour le corps, est aussi très bon pour le cerveau ! L’exercice physique détruit les substances chimiques liées au stress et favorise les capacités de résolution de problèmes, de planification et d’attention.

Le livre “Brain Rules” décrit assez bien l’importance du sport pour le cerveau. Voici donc de nouvelles bonnes raisons de faire du sport, merci la Science !

Toujours apprendre

“Vivre comme si on allait mourir demain. Apprendre comme si on allait vivre pour toujours“ — Ghandhi

Cette phrase résume très bien le mode de pensée à adopter pour toujours s’améliorer, il faut continuer à lire et à se former en permanence. Avec Internet, nous avons tous accès aux meilleurs auteurs, articles et livres, il n’y a donc plus d’excuses pour ne pas apprendre des meilleurs.

Se concentrer sur l’exécution (les idées, ça sert à rien).

Un homme averti en vaut deux alors, avant de planifier sa semaine de travail, il est important de savoir qu’un dirigeant, sur une semaine de 55 heures, n’a la possibilité de travailler tranquillement qu’environ 6 heures (Source Harvard Business Review).

Avec si peu de temps disponible, l’esprit d’un entrepreneur doit se concentrer sur une chose : l’exécution. Avoir des idées, c’est facile mais ceux qui réussissent se concentrent sur comment résoudre le plus efficacement possible la prochaine tâche à réaliser.

Conclusion.

Voilà, si vous avez d’autres “bonnes habitudes” à partager, n’hésitez pas à les donner dans les commentaires pour que je mette à jour mon article et n’hésitez pas non plus à me suivre sur Twitter ou à devenir ami avec moi sur Facebook : http://about.me/straumat.


Originally published at straumat.blogspot.fr on October 18, 2014.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.