Alaska #1

Cette nuit, j’ai atterri à Anchorage, Alaska. Il faisait froid, -6°C, je m’y attendais. Et il faisait nuit, je m’y attendais aussi. Avec 5 heures de soleil par jour, je risquais plus d’arriver dans l’obscurité qu’en pleine lumière.

Il est 23h50. La neige tombe, le vent souffle. Au travers le hublot, je vois des fantômes d’humains, marchant contre le blizzard. Depuis des mois je pense à cet instant, et le vivre semble presque irréel.

Je traverse un aéroport vide. Les boutiques sont fermées, les seules personnes autour de moi sont les gens qui étaient dans le même avion que moi : quelques natifs, des hommes d’affaire, un couple russe, et une grosse majorité d’Alaskiens.

Pour arriver jusqu’ici, je suis passé par New York, Dallas, Los Angeles et Seattle. Et à première vue, ce que je peux déjà dire, c’est que les américains des “Lower 48” et les américains de l’Alaska, ce ne sont pas les mêmes. La rigueur du climat et le côté “frontierland” font s’envoler les frivolités. Ici, c’est de l’authentique, de l’essentiel. Ça doit être chaud, solide, résistant, nourrissant, sinon ça ne dure pas.

Au travers les fenêtres de l’aéroport, j’ai l’impression de ressentir le froid. Je perçois que ce n’est pas le même froid que chez moi. Plus froid que le froid… J’imagine que c’est aussi l’environnement de béton, d’acier et de machines qui rend cet effet encore plus prononcé.

Il a neigé toute la nuit. Je me lève vers 6h, décalage horaire oblige. Il est 16h en Belgique. Dehors, il fait noir, mais pas tant que ce que j’imaginais. La neige et le ciel blancs réverbèrent la moindre source lumineuse. Le soleil se lèvera à 9h49.

J’ai passé la journée à défaire mes bagages. La lumière est agréable. Je trouve qu’il fait plus lumineux qu’en Belgique, finalement. Le manque de lumière, qui m’inquiétait un peu, n’est pas si flagrant. Le soleil se couche à 15h50, mais il fait toujours clair.

En début de soirée, j’ai été chercher une carte SIM et faire quelques courses. Les routes sont complètement glacées. La plupart des véhicules sont de gros 4x4, certains équipés d’une pelle chasse-neige! Je me demande d’où ils peuvent bien venir…

À partir d’aujourd’hui, je suis en Alaska.

Like what you read? Give Alex a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.